Depuis plusieurs jours je suis en terre helvète. Foulant cette terre pour un petit job, au moment de repartir face à la gare de Lausanne, j’ai opté pour un virage à droite, une rotation à 180° … et une montée dans le premier tramway mènant vers la belle Balbc.

Ce tram un peu étrange, m’a laissée à un arrêt quasi-désertique, face au bureaux du FBI (qui se révèlera en fait être le nom d’une salle de fitness… j’me disais bien aussi).
Là, mon portable sonne… Une voix sensuelle & assurée, me dit :
« Céline, prend le souterrain puis contrairement aux autres personnes, bifurque vers la droite. Tu vas sortir au milieu d’un terrain vague en travaux… Ne bouge pas, je viens à toi ».

Quelques minutes plus tard la voilà. D’une accolade chaleureuse, elle me salue, puis marque la pose. Elle me regarde droit dans les yeux puis me dit :
–  J’ai encore quelques expériences à terminer. Tu m’accompagnes ?
Mon honneur était en jeu. Je l’ai regardé avec assurance et j’ai dit « OUi ».

Elle m’a guidé, avec la fermeté d’un pas de scientifique. Nous avons croisé des gens discrets (comme toujours dans ce milieu). Arrivée devant la porte, elle a sorti son badge et nous a ouvert, l’endroit interdit. J’ai arpenté avec elle, des couloirs labyrinthiques en béton brut, meublés de casiers aux noms étranges.  Nous sommes rentrées dans une salle envahie d’éprouvettes, de machines tremblotantes et de flacons aux logos marquant le danger ou la mort.

Elle a mis sa main sur la poignée d’une autre porte, s’est tournée vers moi et a plongé à nouveau ces yeux bleus dans les miens, comme pour sonder si j’étais enfin prête… La porte s’est enfin ouverte …. Dévoilant à mes yeux, une bande de joyeux drilles, scientifiques confirmés ou en herbe, festoyant dignement la bourse de recherche décrochée par l’éminente Balbc.