Act I. Passer d’un chat à deux en un claquement de doigts.

« Voulez-vous tester un produit qui vous permette de vous aider à mieux faire cohabiter deux chats ? » m’avait demandé Feliway. J’avais lu ce mail en souriant, pensant décliner leur proposition car je n’ai qu’un seul chat chez moi. Puis je suis sortie pour aller tenir la boutique d’une amie. Deux petits pas plus tard, venant à peine de passer la porte d’entrée j’entends un chat miauler. Me voilà en deux coup de cuillère à pot, avec uen petite chatte abandonné dans les bras. Là, je me suis dit, soit le hasard est malicieux, soit les agences de comm’ vont beaucoup beaucoup trop loin ;)

Premier protagoniste : mon chat

Mon chat Haïku a 3 ans, c’est un siamois thaï. Si vous ne connaissez pas bien ce type de race, c’est ce que l’on appelle un « chien chat ». Il est en interaction quasi-constante avec moi, et bien que sociable, il est très mono-maître. Il n’a jamais connu d’autres chats dans la maison et est en stress total quand il en voit un.

13381331_1698816450383924_819029864_n

Deuxième protagoniste : la petite chatte abandonnée

Ce petit trublion a été trouvé dans ma rue (en plein centre ville) caché sous les voitures. J’ai attendu quelques heures pensant qu’elle était à quelqu’un mais la proximité des voitures m’inquiétait. J’ai donc fini par la prendre avec moi. C’était manifestement une chatte d’appartement habitué à l’humain. Sa robe noire et sa trombine adorable lui valurent le surnom de Barbastelle (variété de chauve-souris). Après un tour chez le vétérinaire notre invitée n’était ni pucée, ni tatouée et venait d’avoir une portée. Il m’a été impossible de retrouver les petits malgré des recherches dans le quartier. J’ai gardé la chatte le temps de voir si je retrouvais ses propriétaires (un grand merci aux pages FB dont Petalert 10). Mais mes recherches ayant été infructueuses, je lui ai trouvé une famille d’accueil. Je l’ai gardé plusieurs jours, c’est là, que l’étape cohabitation a commencé !!!

IMG_2995

Acte II. La cohabitation entre les deux chats : Barbastelle 1 – Haïku 0

Alors comment fait-on lorsque l’on doit faire cohabiter deux chats ? J’ai envie de vous dire : comme on peut !

Dans la salle d’attente du vétérinaire, de nombreuses personnes m’ont donné leurs conseils et astuces. Ils m’ont prévenu : ça prend du temps, ça fight, c’est impressionnant mais ça finit par bien se passer.

Barbastelle était bien plus petite que mon chat, mais elle était aussi bien décidée à faire comme bon lui semblait. Elle était très bien chez moi, et il devait s’y faire. Preuve à l’appui : la détermination dans le regarde de l’invitée.

IMG_2997

La cohabitation a été punchy. Haïku était dans un premier temps terrorisé, caché sous le lit dans la chambre pendant que la princesse vaquait à ses occupations dans le reste de l’appartement. Puis il a commencé le jour suivant à sortir et à se mettre sur le lit (dans un état de stress total : je crache, je râle, je menace). Elle était placide comme tout et j’avoue qu’elle adorait le narguer. La différence de taille ne l’impressionnait pas du tout et elle l’a chargé plusieurs fois avant de venir ronronner entre mes jambes.

La nuit, mon chat dormait mal en restant sur le qui-vive et le jour il était super stressé. J’ai donc décidé de tenter la solution Feliway friends.

feliway_friends

Le principe d’utilisation est super simple, c’est un diffuseur, on l’enclenche et on le branche sur une prise électrique. J’ai fait le choix de le mettre dans ma chambre car c’est là qu’Haïku restait cloîtré et c’était de loin, lui le plus stressé.

Est-ce que ça fonctionne ? Dans mon cas, oui. J’ai trouvé Haïku plus détendu et bien que ce soit encore un peu la guerre, ils arrivaient (enfin) à être dans la même pièce couché à quelques mètres l’un de l’autre.

Barbastelle est maintenant dans une autre famille et tout va très bien pour elle. Ce que je retiens de cette expérience : il faut du temps, de la patience et j’avoue que ce produit a été un coup de pouce bien appréciable.

Article partenaire – Feliway