Hyphen Hyphen, je ne connaissais pas le nom de ce groupe, mais retenez-le bien. Ecouter l’album, c’est l’adopter. Je l’ai découvert pour les besoins de cet article, depuis il ne me quitte plus !

Give me some light, haven’t ever felt this cold before. I cry all night, glad it’s over. Give me some light, cause I find someone soon or later. Give me some light, my whims will go on now it’s over …

… raisonne entre les murs de mon antre champenois. Impossible de ne pas être pris aux tripes par cette chanson, entre le souvenir, la tristesse et la rage de vivre de ce qu’elle évoque. J’ai vibré sur cet album avec délice. Les rencontrer (Santa, Adam, Line et Zaccharie) et les voir sur scène était une belle surprise, même si les interviews d’artistes me tétanisent. Ne me demandez pas pourquoi, je l’ignore, mais ils réveillent l’enfant timide qui dort en moi.

Ce soir-là, j’avais froid. J’étais devant cette chapelle reconvertie en salle de concerts quand leur régisseur m’a interpellée. Je les ai suivis comme une souris qui file en coulisses. Premiers contacts et me voilà marquée par leur gentillesse et leur simplicité. Le groupe Hyphen Hyphen, c’est un mélange de maturité, de candeur, de timidité et d’assurance. C’est surprenant et rafraîchissant, j’adore !

HyphenHyphen_thecelinette1

HYPHEN HYPHEN : INTERVIEW

LEUR METHODE DE TRAVAIL

TheCélinette : Je ne connaissais pas votre album du coup, j’ai travaillé avec votre album toute la semaine. Ca m’a vraiment plu. Ca m’a même aidé à travailler sur des trucs chiants ;)

On sent beaucoup de maturité dans votre façon de mener à bien votre projet. Quand on lit vos interviews, on voit que vous voulez faire les choses, bien dans l’ordre, apprendre et ça vous réussi … J’ai senti que vous aviez une vraie méthode de travail, que vous ne vouliez pas brûler les étapes. L’énergie de gens qui ont la 20 aine avec une maturité Comment ça vous est venu ?

  • Hyphen Hyphen : notre méthode de travail s’est imposée à nous. Dès le début on avait envie de monter sur scène et de faire toutes les erreurs possibles. De se laisser 2 ans, d’erreurs possibles, d’expérimentation parfois à l’arrache pour vraiment apprendre à monter sur scène, à devenir musicien et performer. Et après ces 2 ans, et 200 dates, on avait enfin réussi à apprendre pas mal de trucs et à trouver notre méthode.

TheCélinette : justement, on sent que votre relation à la musique passe beaucoup par la scène. En quoi c’est important pour vous, et qu’est-ce que ça vous a appris ?

  • Hyphen Hyphen : ça nous a appris à être, à exister sur scène en tant qu’entité. Du coup, après avoir dépassé ce challenge et avoir appris à nous canaliser d’une certaine façon. On avait envie d’un autre challenge, et c’était l’album.

TheCélinette : vous avez fait un peu les choses à l’envers : commencer d’abord par la scène avant de faire un album

  • Hyphen Hyphen : quand tu es sur scène, si un type n’est pas content de ta prestation et veut te balancer son verre, tu te le prends en pleine figure. Alors que quand tu rates un album au pire, il ne fonctionne pas, tu restes dans ta chambre. Là, sur scène, si ça ne fonctionne pas, tu es seul ! Aller directement sur du frontal, c’était la seule manière pour nous de conquérir, de voir comment si ça allait marcher. Ca nous a permis d’aller vite sur des grandes scènes et de finir sur des gros festivals dont Rock en Seine avant même d’avoir signé avec une maison de disques. Et ça nous a également orientés dans ce que l’on voulait faire notamment, le caractère universel de fédérer des vagues de gens …

TheCélinette :  l’aspect collaboratif dans les méthodes de travail. Comment ça se passe ?

Hyphen Hyphen : oui, on compose tous les 4. Chacun fait un morceau ou une ébauche de morceau. Puis, on se les fait écouter, on se le passe et chacun pioche dedans pour créer un morceau qui nous plaise à tous les 4. On se remixe, on confronte nos avis « tiens, moi je le voyais plus comme ça, ah non moi comme ça … ». C’est fatigant et bien plus lent comme processus mais dans la gestion de notre entreprise, il n’y a pas de patron Chacun va chercher la notion du beau dans le morceau et on la trouve ensemble.

HyphenHyphen3_©RODRIGUE-GUILLOT

HyphenHyphen4_©RODRIGUE-GUILLOT

LEURS EMOTIONS :

TheCélinette : dans une interview que vous avez donnée aux inrocks, j’ai pu lire : « Aujourd’hui, le groupe a su contenir ses pulsions pour les mettre au service d’un songwriting pop racé, où l’efficacité s’exprime non pas dans la performance vocale, mais dans la capacité à créer de l’émotion ». Etes-vous d’accord avec ça ? Et quels types d’émotions avez-vous envie de faire passer ?

  • Hyphen Hyphen : quand on compose les morceaux individuellement, on recherche une émotion la plus sincère possible. La phase collaborative de notre création va nous pousser à chercher une émotion plus fine. Et c’est ce qui fait que cela reste frais et sincère.

HyphenHyphen2_©RODRIGUE-GUILLOT

HYPHEN HYPHEN ET LE CINEMA :

TheCélinette : j’ai pu lire sur vous : « ils imaginent leurs titres comme des bandes sons de film, d’œuvres d’art, de tableaux, de scenarii pas encore filmés. » Si vos chansons devaient illustrer un film ou une série, si vous aviez carte blanche vers qui se porterait votre choix ?

  •  Hyphen Hyphen : Steven Spielberg par exemple pour ET 2 et bien sûr Tarantino !

TheCélinette : Comme je vous ai posé la question, je me suis dit que je me devais de me la poser. Et j’aurai bien vu « The Fear is blue » dans la série sense8.

  • Hyphen Hyphen : Oooh ! Pas mal ! On adore cette série ! Pour nous c’est la meilleure série 2015. Oui, on imagine bien Naomi entrain d’hacker avec the fear is blue en fond sonore !

TheCélinette : votre challenge, réussir à être dans la BO de la saison 2 !

solidays_2013_ben_031©ben_viaperalta_RERE

Merci à Charlotte la maison de disque Parlophone (warner) de m’avoir permis de les rencontrer. Merci à Hyphen Hyphen pour leur accueil, pour leur prestation scénique extra et pour m’avoir permis de rester avec eux jusqu’au bout de la nuit. J’étais crevée mais heureuse :)

IMG_0900

Infos :

  • Les photos de scène sont signées par mes talentueux amis (bénévoles de Solidarité Sida) Rodrigue Davila (pour les 3 photos de scènes) et Ben Viaperalta pour la dernière (tête contre tête)
  • Merci à Jérôme pour la photo de groupe :)
  • Hyphen Hyphen, les suivre sur : FacebookInstagramTwitter.