Article NON sponsorisé

Apprendre que ma mère était entrain de mourir n’a pas arrêté la terre de tourner, mais cela a figé mon monde : mes peurs, mes préoccupations, ma vie pro, ma vie sociale. Je vous avoue que rien ne comptait plus que sa vie à elle dans ces moments là.

Je passais ma journée à remuer ciel et terre pour tenter de la sauver. Fier comme un petit soldat, je ne voulais pas pleurer, j’usais de l’humour pour ne pas flancher, je lui assurai qu’une thérapie à base de michokos avait fait ses preuves.

Deux mois avant, maman travaillait. On nous a annoncé le diagnostic, deux semaines plus tard, elle n’était plus capable d’aller aux toilettes seule. La rapidité avec laquelle un corps peut ne devenir que l’ombre de lui-même m’a lacéré le corps et le coeur.

Puis vient un temps pendant lequel on est pris entre le désir de survie, et la prière pour que la mort la délivre de tout ça. Vient alors ce jour où l’on réalise qu’il n’y aura plus d’après… et avec cette peine pas mal d’emmerdes.

Outre mes tracas avec la banque postale, j’ai rencontré d’autres difficultés liées à une asssurance décès relative à un crédit à la consommation contracté auprès de Carrefour banque. Moi qui pensait que tout était réglé et « safe » j’ai appris la nouvelle comme un coup de massue.

Je ne vais pas rentrer dans les détails de mes échanges avec cet organisme, tout comme j’ai souligné l’incompétence et le manque d’empathie de la banque postale, j’aimerai souligner ici le grand professionnalisme de Carrefour banque. Chaque interlocuteur a tenté de trouver une solution équitable, mais surtout de comprendre le particularisme de ma situation. S’en est suivi des échanges, des pistes de solutions, des actions.

Aujourd’hui, une personne (dont malheureusement je n’ai pas retenue le nom) m’a appelé personnellement pour m’expliquer le dénouement du dossier. J’ai été marquée par la volonté de traiter de bout en bout le dossier avec sérieux et par le fait que bien que n’ayant pas vécu ma situation, ils avaient complètement cerné le problème.

Puisque je critique quand c’est nécessaire, je congratule aussi : alors bravo pour votre conception de la relations clients !