Serge Hefez dans le numéro de janvier de Psychologies magazine dit :

« Je t’aime agglutine le moi et le toi et n’admet qu’une réponse : moi aussi »

Comment peux t-on se dire thérapeute et être si peu ouvert d’esprit ? Pourquoi aimer, se conjuguerait-il au temps de la réciprocité ? Ne peux t-on pas s’affranchir de la synchronicité ? Pourquoi l’amour serait-il une prison et non un espace de liberté ?

Mon école n’est sans doute pas la sienne. J’ai appris très tôt à dire, je t’aime sans l’once d’un retour (merci papa). J’en ai d’abord atrocement souffert, puis un jour, j’ai compris que mon envie d’aimer ne dépendait pas de l’autre. Je n’ai pas besoin, d’un moi aussi (cela reste une envie, mais en rien un passage obligé) , tout simplement, car je n’ai pas besoin qu’on m’autorise à aimer. J’aime une humeur, un épanchement, un geste de sa main. Ma liberté est là, aimer qui je veux, quand je veux !

J’ai aimé des hommes, qui ne m’aimaient pas. J’ai été aimée par des hommes que je n’aimais pas. En quoi un amour non réciproque serait-il indigne, une honte, une faiblesse ?

La dernière fois que j’ai aimé sans retour, cela m’a donné une force qui manquait à ma vie. Car aimer c’est un élan de vie, un putain de courage, une sensibilité. Point de diktat pour moi dans ce pays là !

——

Dans la série on ne change pas une équipe qui gagne : vous pourrez aussi lire dans ce numéro Jean-Claude Kaufmann* (sociologue) qui dit concernant la Saint Valentin « le pauvre amoureux s’engage dans une spirale infernale, où il faudra chaque année inventer davantage ».

Alors là aussi, point de salut. On comprend vite qu’à la Saint Valentin, seuls les hommes triment. Les femmes se font sécher les doigts de pieds au soleil (ce qui est déjà ‘achement dur au mois de février). Elles attendent (les feignasses) pendant que les gentils zhommes, tels des chadoks creusent encore et encore, les méandres de leur imagination, pour trouver ce qui pourrait contenter la belle.

  • – Ta ! Ta ! Ta ! Ton cadeau ma chérie :)
  • – Qu’est-ce que c’est ? (dit-elle la chose au bout des doigts).
  • – Une culotte mangeable !!!!
  • – Elle est bio ?
  • – Euh, non ?!
  • – Tu te fous vraiment de ma gueule !!!

Alors surtout suivez le conseil avisé de Jean-Claude : ne vous renouvelez pas (allez on élargit) dans tous les domaines. Ne tentez pas de renouveler votre amour, vos escapades, vos voyages amoureux. Restez morne et morose et sans surprise, c’est comme ça que votre couple sera épanoui ou moisi :)

  • – Chéri tu penses quoi de cette tenue ?
  • – Ca te va très bien la jupe.
  • – Mais … C’est un pantalon.
  • – Attends le Jean-Claude, il a dit de ne pas se renouveler. Tu veux flinguer notre couple ou quoi ? Non, mais si c’est le cas, tu le dis directement ! Merde à la fin !

* cet article est une mine d’idées reçues sur les femmes (pour ne pas parler d’inflexion misogyne …)

** Je vous propose que nous fassions tous, le 14 février à midi, une minute de silence pour la compagne du Jean-Claude, qui se brosse tous les ans pour la Saint Valentin.