Au mois de février, je me suis dit : « tiens, si je testais la Birchbox pour un mois ». Je l’ai reçue et j’ai trouvé que payer 13 euros pour avoir 5 échantillons, c’était vraiment pas du tout intéressant pour moi.

Nous voilà au mois de mars, et que vois-je trônant fièrement sur le dessus de ma boîte aux lettres, une autre Birchbox. C’est là que j’ai compris qu’inattention ou manque de clarté de la part du site, j’étais inscrite en continu et non en one-shot. Après avoir résilié l’abonnement, j’ouvre la fameuse box. Et c’est là que je découvre un petit pochon contenant la cellu-cup.

Sur le coup, je la confonds avec sa cousine d’une autre espèce, la mooncup et m’exclame : « mince, j’en ai déjà une ». Pas besoin d’avoir fait de longues études pour comprendre qu’avoir 2 coupes menstruelles et un seul vagin, c’est complètement crétin.

C’est en sortant la chose siliconée de son pochon que j’ai compris que mon anatomie la plus intime et ce machin ne ferait jamais rien ensemble (enfin, pas sans un passage douloureux aux urgences). Ma curiosité n’ayant n’ayant pas d’égal, je bondis sur le net à la recherche d’une explication, que je trouvais sous la forme d’une vidéo.

Bien sur, cher lecteur(rice), tu te dis pourquoi teste-t-elle cet accessoire alors qu’elle n’a pas de cellulite ? La réponse est : parce que ! Je vais donc tester la cellu-cup dès ce soir, et je reviens vous dire dans cet article ce que j’en pense.