J’aime être avec un homme. Me nicher au creux de son épaule, découvrir sa peau douce. Le voir trébucher, me moquer un peu. Le regarder me cuisiner un petit plat puis me servir un verre de vin. J’aime lui piquer son gel douche. Regarder sa tête le matin. Etre prisonnière de ses bras la nuit. J’aime tout ça compulsivement !

Mais je n’aime pas le mâle qui déchire la douceur de son manteau pour devenir tout vert, les cheveux hirsutes et le rouge aux dents. Parce que je vous le dit, il y a des matins d-a-n-g-e-u-r-e-u-x !

Vous vous êtes endormie comme une conne fée au creux de celui que vous chérissez. Et vous vous réveillez en lui souriant. Et là déjà il à l’oeil louche. Prudente vous faite un tour d’horizon, et vous prononcez son nom (sans vous tromper c’est beaucoup mieux). Bon il répond c’est un bon point c’est bien le même.

Mais tout de même il à l’oeil glauque, le sourcil mou, le teint qui ment… Ca ne présage rien de bon.

– Ca va ?

Pauvre de moi, erreur de débutante, glissement de terrain, suppression de soldes… LA phrase à ne pas dire. La boite de Pandore, le gouffre sans fin… Bref le début des emmerdes. C’est effectivement là que Monsieur vous déballe tout : le genou qui saigne, le pied qui gratte, la mandoline qui coince. Bref il a une vie affreusement tourneboulante et du coup, c’est bien normal il est perdu.

– Mais mon caillou, t’es pas perdu, tu es dans le lit comme hier soir ?

Là il est très important pour lui de refaire le coup du regard flou (l’objectif étant de regarder le lampadaire du plafond comme on tente de synthétiser en trois paroles le discours de la méthode, la mystique juive et le pacte secret de Chaumont).

Alors il vous explique que le genou qui saigne, c’est comme de l’hémoglobine qui coule, qu’un pied qui gratte c’est comme des orteils qui démangent, qu’une mandoline qui coince c’est comme un instrument victime de couac. Bon en fait vous aviez déjà tout compris tout simplement parce que vous aviez déjà écouté la première version mais vous restez sage, parce qu’interloquée.

– Ahhhh voui vu comme ça !

C’est le moment de réagir, de prendre sa douche et d’écrire sur son corps « Hic jacet ».

Parce qu’une douceur qui disparait c’est un bonheur qui doit voir le jour … ailleurs :)