J’ai passé mon dernier week-end à préparer mes cours, à changer mes notes, rechercher de nouvelles informations, à modifier, à re-rechercher, à re-modifier mes cours… Résultat : lunettes, ordi et Earl Grey tard le soir et tôt le matin.

Ce jour-là, je me suis dépêchée pour être à l’heure afin de donner mon cours en université. Être à l’heure aux cours, c’est important pour moi. Pour être aussi à l’aise que possible, j’ai eu la bonne idée d’aller faire un tour aux toilettes ante-cours (précaution de femme indispensable). Jusque là, routine, puis au moment de sortir… Je me suis rendue compte que la porte ne s’ouvrait plus. Après plusieurs tentatives, la réalité me rattrape :  il m’est impossible de sortir. Parée de mon sac qui m’ankylose l’épaule, j’appelle au secours. Sur cet entre-fait, une femme de ménage arrive et s’exclame :

  • Ben, qu’est ce que vous faites là ?

Mais c’est vrai, qu’est-ce que quelqu’un peu bien faire aux toilettes ? Là, j’ai le choix entre plusieurs réponses : « J’expérimente un cours de Carioca en espace réduit » ; « J’avais besoin de m’isoler pour réfléchir à l’influence de la carrière de Dave sur le droit positif français» ; « Je suis seule, je veux mourir, laissez-moi je vous en prie, dépérir dans ces toilettes pour dames ». Mais j’opte finalement pour :

  • J’ai vu des toilettes, je suis entrée …
  • Ben, elles sont condamnées celles-là, faut pas y aller !
  • Faut le dire avant ma brave dame ! Y’AVAIT RIEN D’ECRIT !!!
  • Ben oui, mais les portes ont peut pas les rouvrir.
  • Je m’en suis aperçu, merci !

Après des tentatives de forçage de porte, m’ayant surtout défoncé l’épaule (ces techniques vues dans des films, c’est vraiment de la connerie) et vu l’inefficacité relative de la femme de ménage, je lui ai dit :

  • Madame, pourriez-vous s’il vous plait, allez chercher quelqu’un de robuste ?!

Puis il est venu mon Sauveur. Il a tapé dans la porte de toute sa virilité, et m’a libérée pour que je puisse faire souffrir quelques étudiants sous le poids de l’organisation judiciaire française. Bref, je suis arrivée en retard.