Ex & The City – Alexandra Heminsley

Il y a quelques semaines ont m’a gentiment proposé de lire le dernier livre d’Alexandra Heminsley « Ex & the city ». J’ai trouvé le titre assez drôle, j’avais envie d’une lecture légère, c’était parfait. Etant en formation dans une petite ville, j’emporte le livre sous le coude pour animer mes nuits au Mercure du centre ville. Et là, c’est le drame !

Ce livre est assez déroutant, il comporte des passages assez drôles et plein de pep’s et ensuite plof la nazitude la plus profonde. Par exemple, on vous propose de vous aider à surmonter les ruptures. Bien. Comme, le conseil suivant : si vous êtes déprimée achetez des magasines people. Déjà, l’existence de ces magasines restent pour moi une des plus grandes énigmes de notre temps, mais si en plus on pouvait éviter de faire passer les femmes pour des poules écervelées vraiment ce serait sympa.

Pour étayer mes propos, voici une citation du site du livre : « As-tu obtenu un truc fondamental en boudant ? Tu remplis toutes les conditions du formulaire 101 (p.220 du livre)? Bien sûr que non ! Bouder, même dans les règles de l’art, ne sert vraiment à rien ! » Moi perso, là, j’ai juste l’impression qu’on parle à la lectrice comme si elle était débile profonde. Je m’attendais à un livre drôle et pétillant, je me retrouve avec un livre soporifique et larmoyant. Comme si la légèreté devait être médiocre… Merde alors !

De plus, l’auteure mêle à sa fiction (ou à son autobiographie je ne sais pas bien) des passages sur une analyse des grandes « larguées » de l’histoire ou de fictions (dont une analyse nullissime de Buffy contre les vampires, c’était là son erreur fatale vue la fan que je suis de la dite série) et des cours de biologie, qui même si j’en suis férue sont ma foi très mal présenté. Une liste de love songs annotées … Bref, on dirait mon tiroir à chaussettes (cf. c’est un peu le bordel).

Je suis fière de moi, j’ai tenu jusqu’à la 188ième page puis dans un élan de survie cérébrale, j’ai lâchement abandonné.

Ce que les hommes ne savent pas. Le sexe vu par les femmes – Lucia Etxebarria

Heureusement pour moi, j’ai trouvé un recueil de nouvelles de Lucia Etxebarria « Ce que les hommes ne savent pas. Le sexe vu par les femmes ». Cette auteure espagnole, luttant pour les droits de la femme a réuni autour d’elles 11 différentes auteures espagnoles afin de nous parler de sensualité, d’émotions, de sexe. Son introduction « L’ascension d’Eros » exprime sa vision des femmes et de la littérature érotique/pornographique. Au delà de ses propos passionnants, elle retrace l’histoire de certaines auteures et l’accueil qu’il leur a été réservé.

Le 4ème de couverture retrace très bien l’ambiance du livre :

« Le sexe vu par les femmes est le point commun de ces nouvelles érotiques, prêtes à en découdre avec les conventions. Tour à tour dominatrice, libertine, experte en sex toys, les narratrices lèvent bien des tabous sur la sexualité féminine et visitent avec humour l’Éros et ses alentours. Impudiques, cruelles et drôles, leurs histoires touchent au cœur des fantasmes de l’Ève moderne.

Toujours aussi pétillante, la plume d’Etxebarria s’associe à celles, acérées, de complices – artiste, comédienne, photographe –, héritières de Schéhérazade et d’Anaïs Nin, pour démonter la conception souvent machiste du désir. En conteuses sensuelles, elles dévoilent et libèrent les sens. »

Je vous laisse, j’ai un livre à finir :)