Interview IntoTheWide Films pour le clip Jalouse de l’artiste Paul Roman

Comment réalise t-on le clip d’un artiste ? Comment cale t-on un univers visuel, sur les notes et les mots de quelqu’un d’autre ? C’est l’une des questions que je me suis posée dernièrement. Je suis donc allée pour vous, à la rencontre du studio de production vidéos IntoTheWide Films à l’occasion de la réalisation du clip de Paul Roman sur la chanson « Jalouse ». C’est l’occasion aussi de découvrir ce talentueux artiste.



"Jalouse" est composée par Paul Roman, écrite par Tom Poisson, arrangée par Anthony Giordano et Paul Roman. 


Rencontre avec Into the wide films, les réalisateurs du clip Jalouse de Paul Roman


IntoTheWide films, qui êtes -vous ? 

Intothewide films c’est l’histoire de la rencontre entre Grégoire et moi, frères, cameraman et monteur indépendants depuis 2003, avec Ugo Berardi, jeune producteur de disques, d’évènements, de théâtre, qui a a souhaité alors reprendre et développer notre activité, de la réalisation à la production de films. Nous sommes donc une jeune société de production audiovisuelle parisienne et et travaillons pour des artistes, des labels, des agences, des institutions, des sociétés, pour lesquels nous réalisons différents formats de films, clips, captations de spectacles, bande annonces, teasers, trailers, portraits d’artistes ou démo d’album, after movies, film d’entreprises… 

C’est quoi le coeur de votre métier ?

La musique:)

Nous avons débuté en 2003 en achetant une caméra et nous avons alors commencé à filmer des musiciens et des concerts, par plaisir, parce que nous trainions les studios de répétitions, les concerts, les tournées ou les backstage depuis l’adolescence grâce à de nombreux amis musiciens. La musique c’est ce que nous filmons le plus à présent, que ce soit des commandes (captations, sessions d’enregistrement, portraits d’artistes en festival, interviews) ou des projets + personnels comme des live sessions ou à présent des clips. Nous avons professionnalisé un kif d’ado, rester des heures à observer et écouter des musiciens assis dans un coin de studio.

Une semaine au studio avec vous, ça se passe comment ?

Notre travail s’articule autour de 2 étapes vraiment distinctes, le tournage, où nous sortons un peu notre nez dehors pour faire nos images, puis le montage et la postproduction des films où nous redevenons des nerds devant nos ordinateurs. Une semaine au studio « normale » c’est beaucoup de montage pour Greg, puisque nous avons toujours des commandes sur le feu, et beaucoup de travail administratif pour moi (développement de projets, préparation des tournages à venir, relations avec nos clients et partenaires, promotion de notre activité sur les réseaux sociaux insta, facebook, des mails et du téléphone…). Il faut aussi assurer la direction artistique de nos projets, ce qui veut dire ne jamais laisser un monteur sans surveillance;) Nous travaillons côte à côte alors chaque tâche est plus ou moins du teamwork. Nous travaillons en homestudio depuis près de 15 ans alors parfois il arrive que ça chauffe entre nous (souvent;)

Plus sérieusement ça commence toujours par un café et une discussion entre nous sur les tâches du jour et ensuite, comme nous travaillons à la maison, l’ambiance est plutôt détendue. Le montage et la post-production restent un travail où tu as la tête dans ton ordi pendant des heures alors il y a des guitares et une xbox au studio, sur lesquels nous passons parfois nos nerfs quelques minutes pour respirer un peu, sortir la tête des films en cours. Du coup notre travail nous permet d’être de meilleurs guitaristes et de redoutables joueurs de NBA 2K17;)

Nous faisons également beaucoup de veille numérique pour renifler l’air du temps, à mater sur youtube, viméo, instagram ou facebook ce qu’il se fait à l’instant T, les vidéos du moment à ne pas rater, le travail de la concurrence ou des réalisateurs que nous aimons et suivons.

Comment on choisit les artistes avec qui on veut travailler ?

Je crois qu’on ne choisit pas:) Ce sont toujours les artistes, ou leurs entourage, management, labels, producteurs, qui décident. Là encore il faut dissocier les commandes que l’on peut avoir des projets dont nous sommes à l’initiative. Pour ces projets, lorsque nous proposons à des artistes de les filmer, nous choisissons en fonction de nos goûts propres, de notre réseau pro et utilisons beaucoup les réseaux sociaux pour entrer en contact directement avec les artistes que nous aimons, dont nous achetons les disques parfois, pour leur proposer une collaboration.

Après, comme pour toute collaboration, ça commence autour d’un café ou d’une bière;) La musique c’est beaucoup de feeling et nous cherchons toujours à savoir si il est bon avant de bosser et les artistes également. Pour les commandes tout est plus pragmatique, une vidéo vient souvent grâce à une conjonction de facteurs, l’envie, le besoin, une actu et un budget ;)


Image

Un timbre de voix particulier. Une vraie sensibilité. Je vous invite à plonger dans l’univers de l’auteur-compositeur Paul Roman avec son premier clip Jalouse (voir plus haut). Il y dépeint l’ambiguïté de l’amour, avec la palette d’émotions complètement ambivalente (ou déconnante, comme vous voulez) par laquelle on passe.


Tournage du clip « Jalouse » avec l’équipe IntoTheWide Films.

Photos @AlixMarnat – Découvrez son travail ici  https://www.alixmarnat.com/

Image
Image
Image
Image
Image

– Pourquoi vous vous êtes intéressés à Paul Roman ?

Nous avons rencontré Paul il y a quelques années, nous filmions un festival parisien au cours duquel il avait gagné le tremplin jeunes talents, le festival était organisé par Ugo Berardi (rencontré dès 2013), avec lequel nous travaillions alors pour l’une des premières fois.

Encore une histoire de réseau… ) Avec Paul c’est surtout une question de feeling, lors de ce festival nous l’avions trouvé vraiment bon, un musicien sérieux, une voix et un timbre particulier et reconnaissable (une identité vocale comme ils disent à la nouvelle star;) mais surtout beaucoup d’intensité et de profondeur dans sa performance. En plus Paul vient du sud de la France, comme nous, ça crée du lien et nous avons vite accroché.

Nous avons tourné quelques mois + tard 3 sessions acoustiques sauvages dans Paris avec Paul qui restent pour nous parmi les sessions vidéos les plus accomplies que nous ayons réalisées avec Greg. Une journée de tournage idéale avec beaucoup d’engagement de toutes parts, où nous avions bien accroché professionnellement avec Paul.

Pour le clip de « Jalouse » c’est la fameuse conjonction de facteurs, Paul avait envie de travailler avec nous et nous aussi, le label et le tourneur UgoandPlay et Furax, avait besoin d’une vidéo pour assurer la promotion du nouvel EP de Paul sorti ce printemps, le temps et le budget disponible pour faire ça bien étaient là.

– Comment réalise t-on le clip d’un artiste ? Réalisation du clip Jalouse de Paul Roman

Comment on cale un univers visuel, sur les notes et les mots de quelqu’un d’autre ? En discutant avec les différents interlocuteurs que nous avons autour de nous. Avec Paul d’abord évidemment. Là encore autour d’un café ou d’un verre , à discuter de la chanson, des paroles, du sens des paroles, de l’univers et des images dans sa tête, de ses envies, ses références visuelles en termes de clip. Il nous a notamment envoyé beaucoup de liens youtube vers des clips qu’il aimait, nous également.

Pour « Jalouse » il y avait dans les paroles cette idée de schizophrénie, de dualité, que nous avons essayé de traduire en le plongeant successivement dans un décor noir très sombre par opposition à un décor blanc très lumineux puis de tout mélanger. Pour les notes et la musique c’est presque plus facile que le texte parce qu’il y a sur le morceau des sons, des pêches, qui incitaient au montage et au découpage rapide, comme des marqueurs à habiller visuellement, jusqu’au chaos final de la chanson où nous voulions que l’image s’emballe comme la musique.

Mais on fait également un clip en discutant avec un producteur et en fonction des contraintes, notamment de budget mais également de temps. Pour « Jalouse » nous avons eut 1 mois en tout et pour tout depuis le GO du producteur jusqu’à la livraison du clip, et tout ça avec les fêtes de Noël au milieu. En gros pas beaucoup de temps de préparation ni d’écriture, pas beaucoup de gens disponibles, une post-production rapide. Résultat à l’image : 1 seul personnage, Paul, pas d’accessoires, des éclairages et des décors minimalistes. Sur le tournage une équipe réduite (mais motivée…) et la volonté de faire simple et efficace, puis foutre le bazar au montage. Ce qu’on pense parfois être un parti pris artistique n’est en fait qu’un choix dicté par la contrainte:) mais c’est aussi ça qui rend le truc intéressant à réaliser.


Image
  • Réalisateurs : Benjamin et Grégoire Viallatte
  • Production : https://www.intothewidefilms.com/
  • Chef OPV : Quentin Roddier
  • 1er Assistant Camera : Manu Laurent
  • 1er Assitant lumière : Arnaud Balthazar
  • Hair & Make up : Vanessa Ricolleau
  • Montage : Into the wide films
  • Etalonneur : Sylvain Canaux – St Louis
  • Photographie : Alix Marnat