Sous des dehors très féminins, je cache un humour potache, douteux, moisi, voir graveleux. Ca surprend mais c’est comme ça. Inutile de vous dire que j’ai assez de mal à me retenir en public. Le plaisir de la blague doublant la bienséance. Il est donc fréquent que je mette, mal à l’aise mon entourage. Bien sur, je ponctue mon attitude d’un rire aussi discret que le raffinement de mon humour… C’est à dire, pas.

L’Amoureux vivant cette situation depuis plusieurs mois, vient de me dire mine de rien :

« Chérie, quand on aura des enfants…

Merci de ne pas leur faire de blagues les 3 premières années »