Tag

anecdote

Browsing

[cs_content][cs_element_section _id= »1″ ][cs_element_layout_row _id= »2″ ][cs_element_layout_column _id= »3″ ][cs_element_text _id= »4″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][/cs_element_section][/cs_content][cs_content_seo]Je suis sur pas mal de groupes Facebook. Je trouve qu’il y a pas beaucoup d’informations intéressantes et de bons partages. Aujourd’hui, une personne a posté une photo d’un insecte suspicieux qui déambule dans ses placards. Telle la photo d’un serial killer qui nous a marqué pendant des années, j’ai tout de suite reconnu la bestiole. Le nom du coupable : la vrillette du pain. Suis-je une spécialiste émérite des coléoptères ? Que nenni. Je connais bien cette bestiole pour l’avoir côtoyée de près.
Remettons-nous dans le contexte. Je suis petite, et je passe quelques jours chez mamie. Je prends mon café au lait en décalé (elle a déjeuné plus tôt). Je fouine dans ses placards et je vois un paquet tout neuf, bien emballé de biscottes Heudeubert. J’adore les biscottes beurrées au petit déjeuner. Je suis aux anges.  J’en prends, une, puis une autre, encore une autre. Quand ma grand-mère, rentre dans la cuisine, le paquet neuf est quasiment entièrement gloutonné. Je lui lance, un :

« Mamie, elles sont super sont super bonnes tes biscottes complètes. »
Elle virevolte, avec un air de stupéfaction : « pardon? »
« Elles sont super sont super bonnes … tes biscottes complètes. »
« Mais elles ne sont pas complètes »
« Ben, si »
« Ben, non »

Chacune campe fermement sur ses positions. Du coup, on décide de regarder de plus près. On lit l’appellation du paquet, et rien n’indique que les biscottes sont complètes. Mamie 1- Céline 0. On se regarde, on s’interroge. Je prends une biscotte (qui ressemble vachement à une biscotte complète quand même). Je l’approche de plus près pour comprendre. Et là, je découvre une toute autre réalité : la farine du fabricant avait été infestée par des vrillettes du pain… qui avaient été cuites avec 😬 On saura jamais si j’avais eu mon quota de protéines ce jour-là ![/cs_content_seo]

Même si tu as des convictions, même si tu te sens plus fort que ça, tu peux jamais dire, je ne prendrais pas de drogue, non, tu ne peux pas. Enfin, pas avant d’avoir fait d’interminables réunions de travail.

Mise en situation : 6h du matin, le réveil sonne, je tends le bras vers l’objet ennemi. Je mouline un peu dans le vide, à droite, à gauche, en haut, en bas. Le chat me regarde avec stupéfaction, mais je garde la foi. 5 minutes plus tard, j’ai la main sur le fameux bouton, c’est ma première victoire de la journée. La deuxième est de mettre mes chaussons dans le bon sens. On a les victoires que l’on peut, pas de jugement, bisous, merci.

7h et des brouettes, en route pour Paris. Me voilà installée dans cette micheline diesel intercité qui fait la fierté du département. J’espère cette fois-ci pouvoir réussir à atteindre la gare de l’Est. La dernière fois mon périple a été stoppé net pour cause d’alerte à la bombe. Sans déconner, quel est le type de terroriste qui pense que la Gare de l’Est est un lieu stratégique français ?! « Ah ah, les trains ne peuvent plus atteindre Culmont Chalindrey chef, la France est P-A-R-A-L-Y-S-É-E ! ».

1H30 plus tard, me voilà au coeur de la dite réunion de travail. Soyons honnête, je reste persuadée que j’aurai mieux compris le contenu de cette réunion, avec du LSD. Mais, c’est mon avis perso.

Ca m’a sauté aux yeux quand mon boss a dit : « néanmoins les connaissances ou les compétences ne peuvent être spécifiées qu’à un niveau abstrait, celui de types, et non en tant que composants instanciés dans le scénario, car l’instanciation dépend du contexte didactique, de la discipline, du domaine d’application du concept et de nombreuses autres considérations ».

Au bout de 2H30 de ce genre de propos,on a ripé.  Il a décidé de faire un parallèle entre ses propos et le seigneur des anneaux. J’ai salué l’initiative, mais quand il a dit : « imagine que dans ce parcours, le héros ramène les oreilles et la tête du dragon, mais pas la queue, on est mal ! ». C’est là que j’ai réalisé que je n’avais pas dû complètement suivre le début du raisonnement pédagogico-fantaisy. Mais je l’ai soutenu, c’est mon chef. Une dame de l’assistance s’est fermement opposée à la théorie du dragon (un passé douloureux avec la bête à écailles, sans doute).

Mon boss nous a ensuite entrainé dans la taxonomie de Bloom. Je crois que c’est là qu’il a perdu les derniers membres de la réunion qui arrivaient encore à suivre.

J’ai continué la réunion sobre, complètement sobre. Je ne le ferai plus ;)