Category

Humeur & confidences

Category

[cs_content][cs_element_section _id= »1″ ][cs_element_layout_row _id= »2″ ][cs_element_layout_column _id= »3″ ][cs_element_text _id= »4″ ][cs_element_gap _id= »5″ ][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]Ma cure anti-chute de cheveux du moment : novathrix[/x_custom_headline][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][cs_element_layout_row _id= »7″ ][cs_element_layout_column _id= »8″ ][cs_element_gap _id= »9″ ][cs_element_image _id= »10″ ][cs_element_gap _id= »11″ ][cs_element_text _id= »12″ ][/cs_element_layout_column][cs_element_layout_column _id= »13″ ][cs_element_gap _id= »14″ ][cs_element_text _id= »15″ ][cs_element_gap _id= »16″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][cs_element_layout_row _id= »17″ ][cs_element_layout_column _id= »18″ ][cs_element_gap _id= »19″ ][cs_element_text _id= »20″ ][cs_element_gap _id= »21″ ][/cs_element_layout_column][cs_element_layout_column _id= »22″ ][cs_element_gap _id= »23″ ][cs_element_image _id= »24″ ][cs_element_gap _id= »25″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][cs_element_layout_row _id= »26″ ][cs_element_layout_column _id= »27″ ][cs_element_gap _id= »28″ ][cs_element_quote _id= »29″ ][cs_element_gap _id= »30″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][cs_element_layout_row _id= »31″ ][cs_element_layout_column _id= »32″ ][cs_element_gap _id= »33″ ][cs_element_image _id= »34″ ][/cs_element_layout_column][cs_element_layout_column _id= »35″ ][cs_element_gap _id= »36″ ][cs_element_text _id= »37″ ][cs_element_gap _id= »38″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][cs_element_layout_row _id= »39″ ][cs_element_layout_column _id= »40″ ][cs_element_gap _id= »41″ ][cs_element_text _id= »42″ ][cs_element_gap _id= »43″ ][/cs_element_layout_column][cs_element_layout_column _id= »44″ ][cs_element_gap _id= »45″ ][cs_element_image _id= »46″ ][cs_element_gap _id= »47″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][cs_element_layout_row _id= »48″ ][cs_element_layout_column _id= »49″ ][cs_element_text _id= »50″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][/cs_element_section][/cs_content][cs_content_seo]J’en ai déjà parlé sur mon blog, j’ai eu des soucis d’alopécie dus aux hormones. J’avais environ 2 cm de trou sur les tempes, et je me dégarnissais devant. J’en étais à un stade où je pensais aux implants. Mais entre-temps j’ai testé des soins antichute de cheveux de chez Phyto et le résultat a été au-delà de mes espérances.
J’étais partie sur une base in & out (gélules + sérum à mettre sur le cuir chevelu) et j’avais eu des résultats assez spectaculaires (à voir dans cet article). Comme 2 ans se sont écoulés et que j’ai un peu re-reperdu (mais rien de comparable), je re-tente une cure. J’ai opté pour cette fois pour le coffret phyto novathryx toujours de chez Phyto mais cette fois-ci je combine :

Les gélules Phytophanère
Le sérum antichute novothrix
Le shampoing novathrix
Huile phytopolléine (qui n’est pas dans le coffret).

Je refais ma cure, et je complète mon article pour vous dire. Sachez qu’il faut compter au moins 3 mois pour bien suivre le cycle de renouvellement des cheveux. Les gélules ont des actions sur les cheveux et les ongles ;)

Ma cure anti-chute de cheveux du moment : novathrix

C’est vraiment un produit que je rachète régulièrement depuis des années.

PHYTOPHANERE COMPLÉMENT ALIMENTAIRE FORCE CROISSANCE VOLUME
Agit sur les cheveux et les ongles (à mon avis, ça booste aussi la peau). La taille des gélules est assez moyenne. C’est donc parfait pour les prendre régulièrement. Moi, je les prends au petit déjeuner en mangeant sinon ça me fait un peu mal au ventre. Je suis fan de ce produit. Je vous conseille de faire une cure d’au moins 3 mois. Il y a régulièrement des promos sur ce produit.
C’est une association de vitamines, d’extraits de plantes, d’huiles végétales et de minéraux, qui agissent de l’intérieur sur la qualité et la croissance des phanères. Dont : 

Le Zinc contribue au maintien des cheveux et ongles normaux pour procurer force et croissance.
La vitamine B6 contribue à la synthèse normale de la cystéine.
La Biotine (Vitamine B8) contribue au maintien de cheveux normaux.
Vitamines B2, B5, B6, B8, C, 

PHYTONOVATHRIX TRAITEMENT ANTICHUTE GLOBAL
Je l’utilise pour lutter contre les cheveux clairsemés et retrouver une chevelure plus épaisse et plus volumineuse.  Il convient aux hommes et aux femmes, et à toute nature de cheveux. Il apporte aux cheveux les nutriments appropriés pour réduire le risque de chute, de perte de cheveux et de cassure.
Parmi ses composants on retrouve de l’extrait de tulipe qui fortifie les racines pour aider à minimiser les risques de perte de cheveux. De l’extrait de graines de céleri UIstimule l’activité Wnt, un mécanisme récemment découvert dans la lutte contre la perte de cheveux qui aide à promouvoir la croissance des mèches individuelles, tandis que les cellules souches de globularia aident à faire progresser l’énergie cellulaire.

Le vrai secret, c’est d’être assidu dans sa cure Conseil d’amie

Shampooing énergisant Fortifiant Phytonovathrix
Il se prend en complément du traitement antichute Global. Il prépare le cuir chevelu à l’action antichute. Il contient des actifs d’origine végétales, comme les extraits de Guarana et d’Algue rouge. Il tonifie le cuir chevelu, fortifie la fibre et apporte un effet gaignant.
Sa texture et son parfum me plaisent. On verra l’efficacité sur le long terme.

L’Elixir Végétal PhytoPolleine
Je l’utilise la veille de mon shampooing. Je le répartis sur l’ensemble de mon cuir chevelu et je dors avec une serviette sur mon oreiller. L’odeur est assez forte due aux huiles essentielles. Mais personnellement ça ne me dérange pas.
Il est recommandé pour les cheveux mous, secs, très gras et qui ont tendance à avoir des pellicules. La gamme Phytopolléine est élaborée à base d’huiles essentielles tonifiantes sélectionnées pour leurs facultés à accélérer le renouvellement cellulaire, dont des huiles essentielles de Romarin, Cypres, Eucalyptus et Citron.
Ce traitement régule la production de sébum, améliore la texture cutanée et donne du tonus à vos cheveux et leurs racines.

Conseils d’utilisation:

Utiliser le goute a goute pour appliquer le produit mèche a mèche.
Appliquer uniformément et masser sur votre cuir cheveux.
Laisser agir 20 minutes ou plus.
Rincer et utiliser votre shampoing.

Je vous ferai une mise à jour de l’article dans quelques mois.ImageImageImageImage[/cs_content_seo]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″ ][cs_element_layout_row _id= »2″ ][cs_element_layout_column _id= »3″ ][cs_element_text _id= »4″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][/cs_element_section][/cs_content][cs_content_seo]Je suis sur pas mal de groupes Facebook. Je trouve qu’il y a pas beaucoup d’informations intéressantes et de bons partages. Aujourd’hui, une personne a posté une photo d’un insecte suspicieux qui déambule dans ses placards. Telle la photo d’un serial killer qui nous a marqué pendant des années, j’ai tout de suite reconnu la bestiole. Le nom du coupable : la vrillette du pain. Suis-je une spécialiste émérite des coléoptères ? Que nenni. Je connais bien cette bestiole pour l’avoir côtoyée de près.
Remettons-nous dans le contexte. Je suis petite, et je passe quelques jours chez mamie. Je prends mon café au lait en décalé (elle a déjeuné plus tôt). Je fouine dans ses placards et je vois un paquet tout neuf, bien emballé de biscottes Heudeubert. J’adore les biscottes beurrées au petit déjeuner. Je suis aux anges.  J’en prends, une, puis une autre, encore une autre. Quand ma grand-mère, rentre dans la cuisine, le paquet neuf est quasiment entièrement gloutonné. Je lui lance, un :

« Mamie, elles sont super sont super bonnes tes biscottes complètes. »
Elle virevolte, avec un air de stupéfaction : « pardon? »
« Elles sont super sont super bonnes … tes biscottes complètes. »
« Mais elles ne sont pas complètes »
« Ben, si »
« Ben, non »

Chacune campe fermement sur ses positions. Du coup, on décide de regarder de plus près. On lit l’appellation du paquet, et rien n’indique que les biscottes sont complètes. Mamie 1- Céline 0. On se regarde, on s’interroge. Je prends une biscotte (qui ressemble vachement à une biscotte complète quand même). Je l’approche de plus près pour comprendre. Et là, je découvre une toute autre réalité : la farine du fabricant avait été infestée par des vrillettes du pain… qui avaient été cuites avec 😬 On saura jamais si j’avais eu mon quota de protéines ce jour-là ![/cs_content_seo]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″ ][cs_element_layout_row _id= »2″ ][cs_element_layout_column _id= »3″ ][cs_element_text _id= »4″ ][cs_element_gap _id= »5″ ][cs_element_layout_row_2 _id= »6″ ][cs_element_layout_column_2 _id= »7″ ][cs_element_image _id= »8″ ][/cs_element_layout_column_2][cs_element_layout_column_2 _id= »9″ ][cs_element_text _id= »10″ ][/cs_element_layout_column_2][/cs_element_layout_row_2][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][cs_element_layout_row _id= »11″ ][cs_element_layout_column _id= »12″ ][x_gap size= »50px »][cs_element_text _id= »14″ ][x_gap size= »50px »][cs_element_text _id= »16″ ][/cs_element_layout_column][cs_element_layout_column _id= »17″ ][cs_element_layout_row_2 _id= »18″ ][cs_element_layout_column_2 _id= »19″ ][cs_element_gap _id= »20″ ][x_raw_content][/x_raw_content][cs_element_gap _id= »22″ ][/cs_element_layout_column_2][/cs_element_layout_row_2][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][cs_element_layout_row _id= »23″ ][cs_element_layout_column _id= »24″ ][cs_element_text _id= »25″ ][cs_element_gap _id= »26″ ][/cs_element_layout_column][cs_element_layout_column _id= »27″ ][cs_element_text _id= »28″ ][cs_element_gap _id= »29″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][cs_element_layout_row _id= »30″ ][cs_element_layout_column _id= »31″ ][cs_element_text _id= »32″ ][/cs_element_layout_column][cs_element_layout_column _id= »33″ ][cs_element_text _id= »34″ ][/cs_element_layout_column][/cs_element_layout_row][/cs_element_section][/cs_content][cs_content_seo]Je suis tombée complètement par hasard sur un extrait de la série « What We Do in the Shadows » l’humour décalé m’a complètement plu. Ca y est, je viens de m’y mettre et j’accroche bien avec l’humour douteux de la série.
Dès le générique, les paroles nous plongent dans l’ambiance. L’humour consiste en des moments décalés, des regards explicites et un côté résolument « has been » des vampires. Les films sur les vampires contiennent souvent une réalité magnifiée. Pas ici, du coup, ils ont les mêmes emmerdes que nous : les collègues soporifiques au travail, se faire toper par la fourrière parce que tu t’es transformée en chauve-souris (bon ok peut-être pas celui-là), les méandres de la bureaucratie (je me demande d’ailleurs si cela fait pas davantage  peur que les menaces vampires), les envies d’adultères, le fantasme sur quelqu’un, puis se rendre compte qu’il est complètement banal … Si tu aimes la pop culture, et l’humour absurde et le second degré, cette série est faite pour toi. 
Sous des aspects potaches, je trouve l’écriture très réussie. La direction de la photographie aussi. Elle met bien en valeur, les malaises, les moments pris sur le vif, comme les décalages. L’intrigue en elle-même, n’a pas vraiment d’intérêt. On passe de bons moments avec les personnages, on aime ces morceaux de vie et c’est bien tout ce qui compte. Personnellement, je trouve que la VO est vraiment meilleure que la VF. Si vous êtes partants pour les sous-titres, faites-vous ce plaisir-là !

SYNOPSIS :
En 2019, une équipe de vidantes (qui n’apparaît pas à l’écran et qui parfois meurt un peu) tourne un documentaire sur le quotidien d’une colocation de 3 vampires installée depuis plusieurs siècles à Staten Island. Comment s’organise leur cohabitation ? Un humain peut-il aussi être un ami et pas un dîner ? La vie éternelle, est-ce vraiment si cool ?

Parmi les colocataires on retrouve :

Nandor l’infatiguable, guerrier impitoyable de l’empire Ottoman, un peu ramolli aujourd’hui.
Son familier Guillermo de la Cruz. Une sorte d’esclave ou de serviteur qui est un humain fasciné par les vampires et qui caresse le doux espoir d’être transformé à son tour
Nadja, vampire séductrice, issue du peuple Romani
Laszlo Cravensworth, aristocrate anglais, transformé en vampire par Nadja qui devient son époux
Colin Robinson, un vampire psychique qui se nourri de l’énergie des autres en créant un ennui profond « nous sommes la forme la plus répandue de vampires, vous en connaissez certainement ». Son rôle est hilarant. Son lieu de prédilection pour les débats stériles et chronophages : le conseil municipal de la ville.

Extrait :
L’épisode 7 de la saison  1, a lieu le procès de Nandor, Lazslo et Nadja, jugés par le Conseil des vampires après la disparition de l’un des personnages (le Baron / un ancien vampire issu de la famille royale). Cette scène outre le comique habituel de la série, présente de nombreux clin d’oeil à divers films sur les vampires qui sont sortis ces dernières années, en intégrant les personnages des autres films, comme des protagonistes classiques de la série, histoire de vous aider à réviser vos classiques. Ils sont d’ailleurs nommés par leur vrai nom, et pas le nom de leur personnages.
On retrouve :

Tilda Swinton, sublime dans Only Lovers Left Alive (un de mes films préférés)
Jemaine Clement, Taika Waititi et Jonathan Brugh qui reprennent leurs rôles respectifs de Vladislav, Viago et Deacon de Vampires en toute intimité
L’incroyable Danny Trejo et ses fameux tatouage en référence à « Une nuit en enfer »
Paul Reubens non, pas pour son rôle dans Pee Wee, mais bien dans son rôle de vampire dans Buffy, tueuse de vampires
 Evan Rachel Wood pour son rôle dans True Blood
 Wesley Snipes avec une wifi douteuse pour son rôle dans Blade

Des références à d’autres vampires, absents pour des motifs personnels sont faites dont :

 « Rob, qui a préféré laisser tout ça derrière lui », j’ai mis du temps à réaliser qu’il s’agissait de Robert Pattinson dans Twilight
« Kiefer, trop occupé » pour Kiefer Sutherland dans Génération perdue
« Tom et Brad, qui n’ont pas pu venir » en référence à Tom Cruise (Lestat) et Brad Pitt (Louis) pour le film Entretien avec un vampire.

What We Do in the Shadows est une série télévisée américaine, adaptée du film « Vampires en toute intimité » de Jemaine Clement et Taika Waititi, diffusée depuis mars 2019. En France, elle est disponible sur Canal + uniquement. Il existe actuellement 2 saisons de 10 épisodes chacune

DISTRIBUTION

Kayvan Novak : Nandor l’Infatigable
Matt Berry : Laszlo Cravensworth
Natasia Demetriou  : Nadja
Harvey Guillén  : Guillermo de la Cruz
Mark Proksch : Colin Robinson

Première saison (2019)

Pilot (Pilot)
Le Conseil municipal (City Council)
La Querelle des Loups-garous (Werewolf Feud)
Manhattan Night Club (Manhattan Night Club)
S.P.A. (Animal Control)
Le Baron est de sortie (Baron’s Night Out)
Le Procès (The Trial)
Citoyenneté (Citizenship)
L’Orgie (The Orgy)
Ancêtres (Ancestry)

Deuxième saison (2020)

Assistant zombie (Resurrection)
Les Fantômes (Ghosts)
La Soirée (Brain Scramblies)
La Malédiction (The Curse)
Colin a une promotion (Colin’s Promotion)
En cavale (On the Run)
Le Retour (The Return)
Collaboration (Collaboration)
Sorcières (Witches)
Théâtre des Vampires (Théâtre Des Vampires)Image[/cs_content_seo]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »10″][cs_element_column _id= »11″][x_gap size= »20px »][cs_element_image _id= »13″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »19″][cs_element_column _id= »20″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »22″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »28″][cs_element_column _id= »29″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »31″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »38″][cs_element_column _id= »39″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »41″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »11″][cs_element_column _id= »12″][x_gap size= »40px »][cs_element_text _id= »14″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »16″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »18″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »20″][cs_element_text _id= »21″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »22″][cs_element_image _id= »23″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][x_gap size= »20px »][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »12″][cs_element_column _id= »13″][cs_element_headline _id= »14″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »16″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »22″][cs_element_column _id= »23″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »25″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »27″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »28″][x_gap size= »30px »][cs_element_image _id= »30″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »35″][cs_element_column _id= »36″][x_line style= »border-top-width: 1px; »][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »39″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »40″][x_line style= »border-top-width: 1px; »][x_gap size= »30px »][cs_element_image _id= »43″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »48″][cs_element_column _id= »49″][x_gap size= »20px »][cs_element_image _id= »51″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »52″][x_gap size= »20px »][cs_element_image _id= »54″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »59″][cs_element_column _id= »60″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »62″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »63″][x_gap size= »20px »][cs_element_image _id= »65″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »70″][cs_element_column _id= »71″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »73″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »11″][cs_element_column _id= »12″][cs_element_headline _id= »13″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »15″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »17″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »23″][cs_element_column _id= »24″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »26″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][cs_element_column _id= »28″][x_gap size= »20px »][cs_element_image _id= »30″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »32″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »37″][cs_element_column _id= »38″][cs_element_image _id= »39″][cs_element_text _id= »40″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][cs_element_column _id= »42″][cs_element_image _id= »43″][cs_element_text _id= »44″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »50″][cs_element_column _id= »51″][cs_element_headline _id= »52″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »54″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][cs_element_column _id= »56″][cs_element_headline _id= »57″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »59″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »65″][cs_element_column _id= »66″][cs_element_image _id= »67″][cs_element_text _id= »68″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »75″][cs_element_column _id= »76″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »78″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »80″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »86″][cs_element_column _id= »87″][x_gap size= »20px »][cs_element_image _id= »89″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »90″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »92″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_text _order= »0″]

On s’est toutes demandé ce que l’on valait en amour. J’entends par là, ce que l’on dégage. Quels souvenirs ou impressions on laisse aux hommes qui sont passés par nos vies. Et bien souvent : on n’en sait rien. Et ça, ce n’est pas normal !

Au hasard, d’une conversation avec une amie, je lui disais : « nos ex devraient en partant laisser un mot dans notre livre d’or. Un livre qui serait le garant de nos trésors cachés. De nos charmes évidents ou pas. Bref, un bric-à-brac de souvenirs émus du style :

[/cs_text][x_gap size= »20px »][cs_text]

« Céline attendait la récré pour me regarder avec malice et curiosité. Elle se plantait là, un peu bredouille. Je l’ai trouvée tellement charmante. Je lui ai volé un baiser. Elle a volé mon coeur ».

« J’ai connu Céline pendant ses jeunes années. Son épilation était quelque peu anarchique, mais son rire tonitruant et ses baisers légers m’ont fait tout oublier ».

« J’ai croisé Céline, au petit matin après une soirée festive. Fait assez rare, elle n’avait pas envie de parler. Elle m’a sauté au cou, m’a couvert de baisers. On s’est quitté bien plus tard dans la journée après avoir été complètement libres de nos émotions et de nos sensations. Je n’oublierai pas ses baisers spontanés ».

« Je lui ai couru après pendant plusieurs mois. Je lui ai avoué mes sentiments. A cet arrêt de bus parisien place Blanche, j’ai su qu’on allait s’embrasser. Elle m’a évité, m’a planté là et a sauté dans le bus avec des pas précipités. Ce n’est que la semaine suivante qu’elle est arrivée chez moi, avec ses peurs sous un bras, ses envies sous l’autre. On a vécu plusieurs mois de bonheur, de rire de sensualité et de complicité ».

[/cs_text][x_gap size= »20px »][cs_text]

Un journal comme ça, plein de bienveillance, ça réchaufferait le coeur et les longues soirées d’hiver :)

[/cs_text][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

[cs_content][cs_section parallax= »false » separator_top_type= »none » separator_top_height= »50px » separator_top_angle_point= »50″ separator_bottom_type= »none » separator_bottom_height= »50px » separator_bottom_angle_point= »50″ style= »margin: 0px;padding: 45px 0px; »][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/1″ style= »padding: 0px; »][cs_text class= »cs-ta-justify »]L’autre jour, sur un groupe de discussion Facebook d’entrepreneuses, une femme a eu le courage de dire qu’elle était au bout du rouleau. Que trop d’épreuves lui étaient tombées sur la tête récemment et qu’elle ne savait plus comment faire. Elle nous a demandé si cela nous était déjà arrivé et comment nous avions réagi. J’ai laissé un témoignage qui a eu pas mal d’échos. Du coup, je le transpose ici, pour prolonger le partage. Le jour où une amie a réalisé ce portrait en noir et blanc, c’était difficile parce que la lumière baissait mais aussi parce que je pleurais à chaudes larmes, certaine que j’avais à peu près raté ma vie. Je venais en deux ans de vivre :

– Le cancer du pancréas ma mère que j’ai vu agoniser avant de la perdre (le poids de l’impuissance) ;
– Un an plus tard mon couple volait en éclat car monsieur me trompait (globalement avec tout ce qui bougeait, un vrai détecteur de mouvements à lui seul) ;
– J’ai réalisé que je prenais de l’âge et que je n’aurais certainement jamais d’enfant alors que j’en ai toujours voulu ;
– Je vivais un gros moment de doute au niveau pro  (je n’étais plus heureuse ni motivée par mon travail);
– Ma situation financière était catastrophique (j’en suis venue à pouvoir me nourrir seulement une fois tous les 3 jours);
– On m’a viré de chez moi car le proprio vendait l’immeuble (sauf que j’étais en freelance et sans famille pas top pour louer un nouveau logement).

C’était particulièrement difficile car hormis l’amitié, aucun des secteurs de ma vie n’allait. J’allais avoir 40 ans et je me disais que j’avais raté ma vie. Est-ce que j’ai pensé au suicide ? Soyons clair, c’est une réalité. Je ne sais pas trop où j’ai trouvé la force (un peu chez moi, un peu chez mes amis et un dans la vie), mais j’ai mis des choses en place et ça a fonctionné à merveille. Je vous partage ma méthode …[/cs_text][x_gap size= »30px »][cs_text class= »cs-ta-justify »]Ce que j’ai mis en place :

  • Premier truc pas urgent mais qui m’a aidé : j’ai pris un chat. Je suis une fan d’animaux et j’avais besoin de présence chez moi / il est au top / ça m’a aidé sur le plan affectif ;
  • Voyant que je pédalais grave dans la semoule dans ma vie, j’ai réussi à me payer un coaching avec une boîte américaine (celle d’Anthony Robbins) sur des fonds que m’avait rendu l’URSSAF après 4 ans de séquestration. J’ai eu une super coach : Sophie Bizeul / elle est au canada et elle consulte par Skype.
  • Et je me suis investie … J’ai appris petit à petit repenser ma vie notamment en m’organisant mieux et en voyant certaines choses sous un autre aspect. C’était dur mais ça a porté ses fruits. J’ai structuré ce que j’apprenais en faisant des tableaux, en notant mes actions, mes résultats et en modifiant si besoin ma stratégie pour atteindre mes résultats.
  • L’urgence c’était les finances. J’ai pris les choses une par une en me stressant moins pour les impayés : je me suis dit tu vas les régler un par un / gestion très court terme / ça a fonctionné.
  • Epuisée, je me suis battue pour qu’on me reloge et qu’on me paye mon déménagement : je suis un dans appartement entièrement refait à neuf dans de l’ancien, le pied ;
  • Grace à l’aide d’une amie, j’ai trouvé un travail d’abord dans mon domaine pro de l’époque (communication digitale) même si j’étais en doute. Un an et demi plus tard, je quittais tout pour monter le job de mes rêves ( YesWeCards) et ça y est, j’en vis.

[/cs_text][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/1″ style= »padding: 0px; »][cs_text class= »cs-ta-justify »]Financièrement, ma situation s’améliore de jours en jours et je suis beaucoup plus dynamique et créative pour trouver des contrats et surtout j’aime travailler et je suis super motivée. Il faut dire que me trouve bien plus structurée. Je me suis rendue compte qu’il me manquait vraiment des bases dans la vie. Bien sûr, il y a encore une multitude de choses sur lesquelles je dois avancer mais je me sens en sécurité, confiante et heureuse.

Comme quoi, même quand on pense toucher le fond, on peut trouver des solutions. Puisez dans les livres, écoutez des auteurs inspirants, allez demander de l’aide (à l’Etat, aux gens, aux amis) tout peut finir par s’arranger même si la route est un peu rock’n’roll ![/cs_text][/cs_column][/cs_row][/cs_section][/cs_content]

[cs_content][cs_section parallax= »false » separator_top_type= »none » separator_top_height= »50px » separator_top_angle_point= »50″ separator_bottom_type= »none » separator_bottom_height= »50px » separator_bottom_angle_point= »50″ style= »margin: 0px;padding: 45px 0px; »][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/1″ style= »padding: 0px; »][cs_text class= »cs-ta-justify »]En avril 2006, j’écrivais ma première ligne de blog. Très honnêtement, je ne savais pas ce que j’allais vraiment écrire et combien de temps ça allait durer mais l’idée me plaisait bien. J’écrivais ce que je faisais, mes états d’âme, je recevais des réponses et j’avais l’impression de pouvoir partager des choses avec des gens des 4 coins de la France. Et ça faisait du bien. J’ai aussi découvert la blogosphère de l’époque. Je montais régulièrement sur Paris pour les rencontrer autour de soirées thématiques. Beaucoup d’entre eux, plus de 10 ans après sont encore dans ma vie et sont de vrais amis, des piliers (ils se reconnaîtront).

Ecrire m’a fait un bien fou. D’abord, ne nous leurrons pas, ça a été une forme de thérapie. J’ai pu y poser des problèmes, voir que d’autres les avaient vécus et échanger avec eux pour avancer. Je vous rassure, j’ai aussi fait une thérapie avec un professionnel en parallèle.

Ecrire, m’a rendue curieuse de tout. J’ai découvert que le web et les internautes que je rencontrais étaient disposés à m’apprendre des choses. Et j’avais soif de ça. J’ai appris, appris, appris jusqu’à en changer de métier. J’ai aussi donné, appris des choses aux autres, écouté, aimé et détesté parfois. Bref, ça a été une ouverture sur le monde formidable.[/cs_text][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_gap size= »70px »][cs_text]Me lancer dans l’ouverture d’un blog, ça fait partie des belles choses que j’ai faites pour moi. Vous qui interagissez avec moi, qui me lisez en secret, qui avez été sur ma route, je veux vous dire un grand merci ![/cs_text][/cs_column][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_raw_content]

via GIPHY

[/x_raw_content][/cs_column][/cs_row][/cs_section][/cs_content]