Tag

levain

Browsing

Comme une flopée de gens, je me suis ruée à une époque sur une machine à pain. Ok,ok, on peut pétrir le pain avec amour et persévérance en regardant ses enfants manger une brioche. Mais moi, je regarde la machine à pain avec autorité, je lui dit « Allez ! Au travail » (je rajoute « feignasse », quand je suis de mauvaise humeur) et elle pétrit comme une grande.

N’en n’étant pas moins courageuse et en ayant marre d’aller acheter de la levure à la boulangère qui comprend alors très bien pourquoi je ne lui achète pas de pain, j’ai décidé de faire mon propre levain. Oui Madame ! Voici donc la recette pour pouvoir briller en société et dire « Ouiiii Mâdame, je suis un peu boulangère ». Le levain, ennemi du pain raplaplat, a besoin pour s’épanouir des mêmes choses que l’homme : de la nourriture, de la chaleur, et à boire. Comme quoi la vie est bien simple, en somme. Donc nos ingrédients de bases à mélanger à part égale, sont :

  1. de la farine (de préférence complète);
  2. de l’eau (filtrée ou en bouteille);
  3. et une température assez chaude entre 18° et 30°, l’idéal étant 25°.

Personnellement j’utilise des ingrédients bio. Bien sur vous pouvez prendre des ingrédients industriels et chimiques mais vous allez mourir dans d’atroces souffrances. Si, si, si c’est vrai !

Bon, tout ça c’est bien gentil mais que se passe-t-il à l’intérieur du dedans de cette potion qui n’a pas l’air magique, alors qu’en fait si ? A l’intérieur de ce monde magique vivent tout un ensemble de bactéries et de levures. Alors qu’innocemment, l’air va entrer en contact avec cette pâte, les ferments présents dans l’air, vont s’associer aux bactéries et aux levures pour enfanter et créer le monde merveilleux du levain.

Il vous suffit d’attendre quelques jours pour obtenir un levain. Vous pouvez alors en prélever une partie (30 à 60%), puis rajouter de la farine et de l’eau sur le résidus qui vous produira asap un nouveau levain. Et vous voilà avec un ami levain pour la vie.

Recommandations :le levain c’est un peu le tamagoshi du boulanger en plus réel.

  1. J’aiii faim ! Il a besoin de nourriture (le sucre, c’est à dire l’amidon, présent dans la farine). Alors on lui donne bien régulièrement à manger. Lorsque votre levain dîne, il est rapidement « ballonné », bref, il rejette du gaz (CO2, éthanol …). Quand vous voyez donc des petites bulles se former c’est bon signe. Tout le monde est vivant, et ripaille de bon coeur.
  2. J’aiiii froid ! On vous l’a dit, il a besoin de chaleuuuur. Maintenez-le à la même chaleur. NB : à partir d’une température de 4°, il ne se reproduit plus (remarquez-moi non plus).
  3. On étouffe là-dedans ! Cet animal de compagnie nouvelle génération, a besoin d’air pour respirer. Donc surtout, pas de pot hermétiquement fermé. Sinon, tout comme nous, il meurt

Alors, bien sur parfois le levain meurt, c’est un peu triste mais c’est le jeu de la vie. Soyez fort et recommencez tout depuis le début.

Les avantages de la méthode :

  • Avoir du levain à moindre coût.
  • Pas besoin de matériel précis.
  • La fierté d’avoir SON levain :)

Si vous voulez plus d’infos sur le sujet, vous pouvez toujours en parler à votre boulanger, qui est quand même le véritable expert sur le sujet.