Tag

serie

Browsing

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »10″][cs_element_column _id= »11″][x_gap size= »30px »][cs_element_headline _id= »13″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »15″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »17″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »19″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][cs_element_section _id= »25″][cs_element_row _id= »26″][cs_element_column _id= »27″][cs_element_headline _id= »28″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »29″][cs_element_image _id= »30″][cs_element_text _id= »31″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »36″][cs_element_column _id= »37″][cs_element_counter _id= »38″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »39″][cs_element_counter _id= »40″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »41″][cs_element_counter _id= »42″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][cs_element_section _id= »46″][cs_element_row _id= »47″][cs_element_column _id= »48″][x_feature_headline level= »h2″ icon= »television » class= »cs-ta-left »]Fleabag (saison 1)[/x_feature_headline][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »55″][cs_element_column _id= »56″][cs_element_headline _id= »57″][cs_element_line _id= »58″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »60″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »66″][cs_element_column _id= »67″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »69″][x_raw_content]

[/x_raw_content][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »77″][cs_element_column _id= »78″][cs_element_headline _id= »79″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »81″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »82″][cs_element_headline _id= »83″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »85″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »90″][cs_element_column _id= »91″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »93″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »95″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »102″][cs_element_column _id= »103″][cs_element_image _id= »104″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][cs_element_section _id= »110″][cs_element_row _id= »111″][cs_element_column _id= »112″][x_feature_headline level= »h2″ icon= »television » class= »cs-ta-left »]Fleabag (saison 2)[/x_feature_headline][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »119″][cs_element_column _id= »120″][cs_element_headline _id= »121″][cs_element_line _id= »122″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »124″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »131″][cs_element_column _id= »132″][cs_element_headline _id= »133″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »135″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »136″][cs_element_headline _id= »137″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »139″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »144″][cs_element_column _id= »145″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »147″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »149″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »156″][cs_element_column _id= »157″][cs_element_text _id= »158″][x_gap size= »20px »][x_raw_content]
[/x_raw_content][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »10″][cs_element_column _id= »11″][x_gap size= »30px »][cs_element_headline _id= »13″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »15″][cs_element_text _id= »16″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »18″][cs_element_text _id= »19″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »21″][cs_element_text _id= »22″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][cs_element_section _id= »28″][cs_element_row _id= »29″][cs_element_column _id= »30″][cs_element_headline _id= »31″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »32″][cs_element_image _id= »33″][cs_element_text _id= »34″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »39″][cs_element_column _id= »40″][cs_element_counter _id= »41″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »42″][cs_element_counter _id= »43″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »44″][cs_element_counter _id= »45″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][cs_element_section _id= »49″][cs_element_row _id= »50″][cs_element_column _id= »51″][x_feature_headline level= »h2″ icon= »television » class= »cs-ta-left »]True Detective (saison 1)[/x_feature_headline][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »58″][cs_element_column _id= »59″][cs_element_headline _id= »60″][cs_element_line _id= »61″][cs_element_text _id= »62″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »69″][cs_element_column _id= »70″][cs_element_headline _id= »71″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »73″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »74″][cs_element_headline _id= »75″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »77″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »82″][cs_element_column _id= »83″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »85″][cs_element_text _id= »86″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »92″][cs_element_column _id= »93″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »95″][x_raw_content]

[/x_raw_content][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »103″][cs_element_column _id= »104″][cs_element_headline _id= »105″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »107″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″ ][cs_element_row _id= »2″ ][cs_element_column _id= »3″ ][cs_element_text _id= »4″ ][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »6″ ][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »8″ ][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »10″ ][cs_element_column _id= »11″ ][x_raw_content][/x_raw_content][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »14″ ][cs_element_column _id= »15″ ][cs_element_headline _id= »16″ ][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »18″ ][x_gap size= »20px »][x_feature_list][x_feature_box title= »Pour Gillian Anderson (et le jeu des autres acteurs) » title_color= » » text_color= » » graphic= »icon » graphic_size= »60px » graphic_shape= »circle » graphic_color= »#ffffff » graphic_bg_color= »rgb(214, 198, 180) » align_h= »left » align_v= »top » side_graphic_spacing= »20px » max_width= »none » child= »true » connector_width= »1px » connector_style= »dashed » connector_color= »#272727″ graphic_icon= »diamond »]J’aime vraiment cette femme. Je me demandais ce qu’elle donnait dans un rôle de sexologue de 50 ans, mère qui analyse son fils sans le laisser souffler. Elle est top ! Filez la découvrir ! Le plus : ses tenues (Oh My God, je veux les mêmes. C’est fluide, élégant, minimaliste mais classe). Et le duo Asa Butterfield, Gillian Anderson fonctionne particulièrement bien.[/x_feature_box][x_feature_box title= »Pour le très bon traitement de la sexualité » title_color= » » text_color= » » graphic= »icon » graphic_size= »60px » graphic_shape= »circle » graphic_color= »#ffffff » graphic_bg_color= »rgb(214, 198, 180) » align_h= »left » align_v= »top » side_graphic_spacing= »20px » max_width= »none » child= »true » connector_width= »1px » connector_style= »dashed » connector_color= »#272727″ graphic_icon= »intersex »]La sexualité est très bien traitée, ici. C’est frais, direct. Ca colle à des questions qu’on s’est tous posé un jour. Et surtout, ça mêle directement sexualité et relations humaines et sa perception de soi. Bref, cette série, c’est comme le sexe, elle fait du bien.[/x_feature_box][x_feature_box title= »Le scenario » title_color= » » text_color= » » graphic= »icon » graphic_size= »60px » graphic_shape= »circle » graphic_color= »#ffffff » graphic_bg_color= »rgb(214, 198, 180) » align_h= »left » align_v= »top » side_graphic_spacing= »20px » max_width= »none » child= »true » connector_width= »1px » connector_style= »dashed » connector_color= »#272727″ graphic_icon= »edit »]Le scenario est bien travaillé. Du coup, c’est fluide, touchant et sincère. Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants que les rôles principaux et c’est là, que l’on voit que tout est bien pensé. Plusieurs thématiques sont abordées : la sexualité (des ados et des adultes), le harcèlement scolaire, la quête de l’identité, comment se reconstruire après un divorce, une séparation … Tout ça avec humour et humanité. On regarde cette série avec le sourire aux lèvres, parfois la larme à l’oeil, et on la termine le coeur léger.[/x_feature_box][x_feature_box title= »Pour les maisons et les décors » title_color= » » text_color= » » graphic= »icon » graphic_size= »60px » graphic_shape= »circle » graphic_color= »#ffffff » graphic_bg_color= »rgb(214, 198, 180) » align_h= »left » align_v= »top » side_graphic_spacing= »20px » max_width= »none » child= »true » connector_width= »1px » connector_style= »dashed » connector_color= »#272727″ graphic_icon= »home »]Nan mais la maison de Jean, on en parle ? Un grand chalet rouge perdu au milieu des bois. Transportez-moi de suite, s’il vous plait ! J’ai mis du temps à comprendre que l’action se déroulait en Angleterre. Les paysages et certaines maisons sont vraiment superbes. Plaisir des yeux ![/x_feature_box][x_feature_box title= »La bande-son » title_color= » » text_color= » » graphic= »icon » graphic_size= »60px » graphic_shape= »circle » graphic_color= »#ffffff » graphic_bg_color= »rgb(214, 198, 180) » align_h= »left » align_v= »top » side_graphic_spacing= »20px » max_width= »none » child= »true » connector_width= »1px » connector_style= »dashed » connector_color= »#272727″ graphic_icon= »music »]La bande-son est top ! Un mix bien choisi de différentes époques. Ca colle super bien à la série et certaines nous restent invariablement en tête comme le « Love really hurts without you » de Billy Ocean ! [/x_feature_box][/x_feature_list][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »26″ ][cs_element_column _id= »27″ ][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »29″ ][x_gap size= »20px »][x_raw_content][/x_raw_content][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][cs_element_column _id= »33″ ][x_gap size= »20px »][x_raw_content][/x_raw_content][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »37″ ][cs_element_column _id= »38″ ][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »40″ ][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »42″ ][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »43″ ][cs_element_column _id= »44″ ][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »46″ ][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »48″ ][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content][cs_content_seo]J’ai regardé cette série, d’abord car j’avais très envie de revoir Gillian Anderson à l’écran. J’ai hésité au début, car j’avais peur de me retrouver face à une série pour ados. Il n’en n’est rien ! Même si l’action se passe au coeur d’un lycée, cédez à la tentation. Vous allez découvrir une série, intéressante, attendrissante dans laquelle les problématiques humaines et sexuelles sont abordées avec un côté direct mais rafraîchissant.Oui, car tout ne tourne pas autour du sexe dans cette série, c’est juste l’intrigue de fond. Ca parle surtout de relations humaines et de comment on se débrouille pour bien vivre sa vie (souvent avec les moyens du bord). Les personnages ayant des contextes tous très différents, on se retrouve forcément dans une des situations. Il y a une multitude de contextes familiaux aussi : l’écrivain / thérapeute a succès, qui est divorcée et qui se concentre (trop) sur son fils (elle veut son équilibre, mais elle l’étouffe); le couple lesbien qui encourage (trop ?) leur fils vers la route du succès sportif. La famille très pratiquante qui on un fils gay (comment le comprendre, le soutenir …). Les parents absents, etc. … , La pression que subissent les ados (entre les attentes des parents et leur appréhension de la vie) est au coeur de la série. Et soyons honnête, ce sont des problèmatiques qui nous suivent toute notre vie. C’est quoi une vie réussie d’ailleurs ?

Synopsis

Otis, un jeune homme timide de 16 ans,  qui vit seul avec sa mère Jean, sexe-thérapeute reconnue. Alors qu’il mûrit et qu’il tente de découvrir discrètement et doucement sa propre sexualité, sa mère tente le dialogue et s’immisce (trop) dans sa vie. Otis, c’est le genre de garçon complètement transparent au lycée. Personne ne le remarque et ça lui va très bien. Il mène une vie tranquille entre l’école et son amitié avec Eric (son meilleur ami). Alors qu’il compte continuer à se rythme là, plusieurs personnes le remarquent, dont la charismatique Maeve. Décelant en lui des talents de sexologue, elle le pousse à faire des thérapies clandestines pour les élèves du lycée …

5 bonnes raisons de regarder Sex Education

C’est une série que j’ai vraiment pris plaisir à regarder, je vous la conseille vivement. La réussite tient surtout grâce à un beau travail de fond : scenario qui tient la route (manière dont les problèmes sont abordés, intrigues, personnalités des protagonistes), bon cast et du coup bon jeu d’acteurs. Mêmes les costumes (tenues des acteurs) sont très bien choisies et mettent rapidement en lumière le contexte et la personnalité des personnages). La bande-son est un plaisir. Les 8 épisodes passent super vite. J’ai déjà hâte de découvrir la saison 2 ! 
Pour Gillian Anderson (et le jeu des autres acteurs)J’aime vraiment cette femme. Je me demandais ce qu’elle donnait dans un rôle de sexologue de 50 ans, mère qui analyse son fils sans le laisser souffler. Elle est top ! Filez la découvrir ! Le plus : ses tenues (Oh My God, je veux les mêmes. C’est fluide, élégant, minimaliste mais classe). Et le duo Asa Butterfield, Gillian Anderson fonctionne particulièrement bien.Pour le très bon traitement de la sexualitéLa sexualité est très bien traitée, ici. C’est frais, direct. Ca colle à des questions qu’on s’est tous posé un jour. Et surtout, ça mêle directement sexualité et relations humaines et sa perception de soi. Bref, cette série, c’est comme le sexe, elle fait du bien.Le scenarioLe scenario est bien travaillé. Du coup, c’est fluide, touchant et sincère. Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants que les rôles principaux et c’est là, que l’on voit que tout est bien pensé. Plusieurs thématiques sont abordées : la sexualité (des ados et des adultes), le harcèlement scolaire, la quête de l’identité, comment se reconstruire après un divorce, une séparation … Tout ça avec humour et humanité. On regarde cette série avec le sourire aux lèvres, parfois la larme à l’oeil, et on la termine le coeur léger.Pour les maisons et les décorsNan mais la maison de Jean, on en parle ? Un grand chalet rouge perdu au milieu des bois. Transportez-moi de suite, s’il vous plait ! J’ai mis du temps à comprendre que l’action se déroulait en Angleterre. Les paysages et certaines maisons sont vraiment superbes. Plaisir des yeux !La bande-sonLa bande-son est top ! Un mix bien choisi de différentes époques. Ca colle super bien à la série et certaines nous restent invariablement en tête comme le « Love really hurts without you » de Billy Ocean !

Attention, il y a un peu de « spoil » dans cette vidéo.

Distribution et personages

Otis Milburn (Asa Butterfield) Lycéen  de 16 ans, toujours vierge et pas très à l’aise avec son rapport à son corps et à sa sexualité. Mais qui connaît la théorie grâce au métier de sa mère, dont il semble avoir hérité du don.Jean Milburn (Gillian Anderson) Sexe-thérapeute reconnue et femme décomplexée. Mère d’Otis, assez intrusive dans la vie de son fils. Divorcée, elle enchaîne les conquêtes car elle ne veut pas d’attaches. Ses passions : son métier et son fils.Eric Effiong (Ncuti Gatwa) Meilleur ami d’Otis. Optimiste, gay et harcelé dans son lycée. Il vit avec ses soeurs au sein d’une famille africaine pratiquante.Maeve Wiley (Emma Mackey) Lycéenne douée mais issue d’une famille compliquée (mère toxico, père absent, frère qui deale). Elle subit une réputation de « fille facile ». Elle se lie d’amitié avec Otis et lui propose de prodiguer ses conseils sur la sexualité au sein du lycée afin de répondre aux interrogations de ces jeunes qui découvrent leur sexualité.Adam Groff (Connor Swindells) Fils du principal de Moordale. Ses relations avec son père sont tendues et froides. Il harcèle Eric.Jackson Marchetti (Kedar Williams-Stirling) jeune homme, champion de natation, enfant unique d’un couple lesbien qui l’encourage sur la voie du sport.Mr Groff (Alistair Petrie) Principal de Moordale très rigide. C’est le père d’Adam.Ruby (Mimi Keene) Une des filles populaires de Moordale (en mode peste).Aimee Gibbs (Aimee Lou Wood) Autre fille populaire, assez espiègle et sans filtre. Elle est aussi secretement amie avec Maeve.Anwar (Chaneil Kular) Un des garçons populaires de Moordale, ouvertement gay mais ayant du mal avec sa propre sexualité.Olivia (Simone Ashley) Autre fille populaire de Moordale (la fille au faux sac ; )Lily Iglehart (Tanya Reynolds) Personnage drôle et attachant. Elle est membre de la fanfare, dessine des bandes dessinées mêlant science-fiction et érotisme. Son obsessino : perdre sa virginité pour découvrir les sensations de la pénétration.Jakob Nyman (Mikael Persbrandt) plombier venant dépanner Jean. Son authenticité et son charme vont la destabiliser.Ola Nyman (Patricia Allison) l’un des deux filles de Jakob.Remi Milburn (James Purefoy) Père d’Otis et ex-mari de Jean. Il vit aux Etats-Unis, aime continuer à lancer des piques à son ex-femme. Il communique essentiellement par Facetime avec Jean et Otis.

Infos sur la série

Sex Education série, comédie dramatique britannico-américaineCréation originale Netflix. Créée par Laurie Nunn. Producteurs délégués Jamie Campbell et Joel Wilson. Réalisation : Ben Taylor.Diffusion 11 janvier 2019Saison 1 : 2019  / 8 épisodes de 50 minutes chacunTournage : en Angleterre et au pays de Galles. Si comme moi, vous avez craqué sur le chalet d’Otis et Jean Milburn, il est à Goodrich (Ross-on-Wye).[/cs_content_seo]

[cs_content][cs_section parallax= »false » separator_top_type= »none » separator_top_height= »50px » separator_top_angle_point= »50″ separator_bottom_type= »none » separator_bottom_height= »50px » separator_bottom_angle_point= »50″ style= »margin: 0px;padding: 45px 0px; »][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/1″ style= »padding: 0px; »][cs_text]

Hier, soir après une très chouette soirée, je décide de faire un tour d’horizon de mes réseaux sociaux avant d’aller me coucher quand tout à coup … La nouvelle tombe : Netflix ne financera pas la suite de Sense8, l’une de mes séries favorites. La série des soeurs Wachowski et J. Michael Straczynski avait débuté en 2015. Je l’ai dévoré en un week-end en mode « binge » plus rien n’existe merci. Je l’ai fait découvrir à des amis. Netflix nous aura fait attendre 2 ans pour nous donner la deuxième saison et l’annule au bout d’un mois qui plus est sans nous livrer de fin !

[/cs_text][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]On aime Sense8, car :[/x_custom_headline][x_gap size= »20px »][cs_text class= »cs-ta-justify »]

  • On aime les Wachowski du ciel aux étoiles.
  • On kiffe la créativité et l’originalité de la série.
  • La bande-son est incroyable.
  • Il y a des scènes mythiques …
  • Les scènes d’amour sont incroyables. Maannndieu ce moment de découverte de la première scène de sexe collectif sur la chanson Demons des Fatboy Slim feat. Macy Gray  <3
  • Pour le fait de voir des couples : trans, gay, bi, hétéro, entre plusieurs cultures, plusieurs milieux sociaux … Avec en toile de fond l’identité, l’orientation et la liberté de penser et d’agir des personnages.
  • Parce que le couple y est abordé sous l’angle du soutien, du « partenariat », de l’évolution personnelle et d’une belle liberté sexuelle. Et c’est la première fois, que je vois une série autant insister sur ces objectifs de couple. Et on voit la force que c’est quand cette relation humaine-là (le couple) est construite sur ces bases. Putain, quelle émotion cette série !
  • Parce qu’il y a un aspect multi-culturel super intéressants. Les scènes ont toutes été tournées dans les pays/villes des « sensates » : Berlin,  Californie, Mexico, Reykjavik, Mumbai, Seoul, Nairobi.
  • Pours son dispositif de réalisation à part dont notamment la pluralité des metteurs en scène présents sur sa réalisation pour filmer les séquences situées dans chaque pays.
  • Pour les clins d’oeil comme le fait que chaque titre d’épisode soit une réplique prononcée par un des personnages à un moment clé de l’épisode.
  • Parce que cette série nous unit et nous transporte à un moment où notre société en a particulièrement besoin.
  • Et comme dirait Ollivier Pourriol « La philosophie, c’est structurant, et le cinéma, c’est bouleversant ». Sense8, c’est bouleversant !

[/cs_text][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]Signez la pétition pour que la série Sense8 continue : [/x_custom_headline][x_gap size= »20px »][cs_text class= »cs-ta-justify »]

Pour ma part, j’ai du coup résilié mon abonnement Netflix. Une pétition est également, en ligne sur change.org. Environ 200 000 personnes l’ont déjà signé !

[/cs_text][x_raw_content]

[/x_raw_content][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]La philosophie de Sense 8 : émotion & connection[/x_custom_headline][x_gap size= »20px »][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/3″ style= »padding: 0px; »][cs_text class= »cs-ta-justify »]Je vous laisse découvrir la très intéressante vidéo d’analyse de la série « The Philosophy of Sense8 | Emotion and Connection » de Like Stories of Old : « from the Matrix to Cloud Atlas to Sense8; a video essay on the Wachowski’s philosophical exploration of connection and emotion ».
[/cs_text][/cs_column][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »2/3″ style= »padding: 0px; »][x_raw_content]

[/x_raw_content][/cs_column][/cs_row][/cs_section][/cs_content]

Soyons clair, je suis une amoureuse de Netflix et je suis toujours très impatiente de découvrir leurs séries. Parmi mes favoris on compte, House of Cards dont la finesse des personnages, les dialogues et les jeux d’acteur m’ont passionné. Et Sense 8 que j’ai dû regarder au moins 5 fois tellement mon amour pour cette série est grand. Je remercie les Wachowski pour ce petit bijou.

Iron fist : 1ère saison – 17 épisodes

Quand je regarde une série, je me dis que beaucoup de personnes ont travaillé dur sur le sujet. Que c’est un travail de fourmi et certainement un travail acharné, donc j’aborde donc les séries avec beaucoup de bienveillance. J’ouvre mes yeux bienveillants de spectatrice et je m’installe. Une bonne série, c’est aussi bon qu’un bon café. C’est un trésor avec lequel je me blottis au fond du lit ou sur mon canapé, un bras généralement ankylosé par le chat.

En amatrice de super héros, j’étais super impatiente de découvrir Iron Fist. La bande-annonce m’avait plu. Et j’étais vierge de toutes critiques quand j’ai abordé la série.

A ce jour, j’en suis à l’épisode 5 et je crois que je n’ai pas la force de continuer, tellement ça devient mauvais. Alors oui, je vous livre un article fondé uniquement sur les premiers épisodes mais les regarder devient profondément pénible et je n’ai pas envie de m’infliger ça. Si au début, je me disais ce n’est pas terrible mais ce n’est pas raté non plus, là on franchit l’insupportable pour moi et je pense qu’un bon bouquin mérite davantage mon attention que les derniers épisodes.

Pourquoi je suis déçue par la première saison d’Iron Fist

La crédibilité du héros …

Le premier épisode annonce le retour du héros, avec un tempérament de jeune voyageur emprunt de culture bouddhiste et bienveillante. Au début, ça passe tout à fait. Puis très vite, il y a une scène de combat et là, le malaise s’installe car elle n’est pas crédible du tout. Quand je l’ai regardé, je me suis dit comment Netflix a pu laisser passer ça. Dès ce moment-là, puis dans les autres épisodes, je n’ai pas réussi à accrocher au côté moine combattant, arme humaine du personnage. Parce que s’il a le visage poupin et naïf qui peut coller avec une partie du personnage, on n’arrive pas à croire en son côté combattant, maître en arts martiaux.

Notamment, car pour en arriver à ce niveau de maîtrise des arts martiaux, moi j’imagine qu’il faut s’entrainer des heures et des heures et continuer à le faire. Là, le type ne s’entraine quasiment jamais et n’a pas l’air vraiment sportif dans sa démarche. Alors moi, le mec qui s’entraine une fois de temps en temps et qui devient un pro des arts martiaux, j’y crois pas mon lapin. Et pour preuve, j’ai fait du karaté. Je n’allais pas assez souvent à l’entrainement et je peux te dire que le résultat, c’est que je n’impressionne personne en arts martiaux. Je n’ai jamais entendu les gens dire quand j’entrais dans la salle « waaaahhouuu, attention, c’est Céline, elle s’est entraînée deux heures ce mois-ci, elle a une maîtrise de ouf, j’ai trop peur qu’elle me démolisse ».

L’acteur bien que je n’aie rien contre lui, et qu’il ait un torse magnifïïïïque et musclé n’a pas le charisme nécessaire à cet aspect du rôle. Mais vraiment pas du tout. Du coup, c’est difficile d’avancer dans la série (mais pas seulement à cause de cela). Je ne sais pas s’il y a eu un souci de direction d’acteur mais plus on avance plus le jeu devient mauvais dans l’ensemble :/

Dans un style complètement différent, j’avais adoré « Ghost dog, la voie du samouraï » de Jim Jarmush, dans lequel l’excellent Forest Whitaker joue un tueur à gages afro-américain qui vit selon les préceptes du Hagakure, code d’honneur des samouraïs du Japon médiéval. Il campe ce rôle avec une finesse et une conviction incroyable. Bon, là, clairement, ce n’est pas ça.

Les dialogues …

Au début, de la série, je me disais, c’est pas terrible mais bon c’est pas complètement raté non plus, ça se regarde. Puis plus tu avances, plus tu découvres un autre aspect assez fou, notamment lié aux dialogues… C’est qu’ils ont fait du héros, un personnage particulièrement niais, aucune finesse intellectuelle ni stratégique, mais vraiment aucune. Si je comprends, le côté naïf qui peut naître quand on est coupé du monde pendant plusieurs années, là, on finit par se dire que le personnage-clé n’est pas très intelligent … et pas convaincant du coup, ça commence à peser dans la balance.

D’une manière générale, les dialogues sont d’une platitude effrayante. On a l’impression de lire un mauvais livre. Pour planter le personnage, on retrouve deux trois citations bouddhiste ou zen de-ci, de-là. Je pense qu’on a été des milliers à se dire, il l’est a pris dans un « fortune cookie » ou quoi ?

La cohérence …

Je suis sans doute un peu terre à terre, mais j’aime qu’il y ait une certaine forme de logique dans une série ou dans un film. Quelle que soit la complexité du personnage, ça nous permet de suivre et ça met en relief la série en lui donnant de la profondeur. Pour cet aspect-là, vous reviendrez.

J’ai déjà parlé du manque de cohérence sur l’aspect combattant, mais vous allez en trouver d’autres. Je me suis arrêtée quand il récite une prière bouddhiste avant de manger de la volaille. Le mec dit qu’il était végétarien pendant des années car il suivait une discipline très stricte et là, il se remet à manger de la viande mais bon, il récite une petite prière bouddhiste avant faut pas déconner non plus. Cette série devient pénible. Le côté strict de son éducation est ce que cela lui a transmis en terme d’attitude et de concentration ne ressort pas du tout pour moi dans la série. Si vous comparez ça, à « X-men first class » on voit très bien par exemple, chez Magneto comment les évènements tragiques et difficiles de sa vie, l’ont marqué dans sa personnalité et dans sa quête. Il a une discipline de fer (le jeu de mots de fou) dans ses objectifs et ça se voit. Sa transpire dans chacune de ses paroles, dans chacun de ses regards.

L’intrigue …

Moi, je n’ai pas lu les comics donc je n’avais pas de base. Là, au 5ème épisode, je n’ai toujours pas vraiment compris pourquoi le héros revient. Il y a vaguement une histoire de combattre une organisation du mal, mais c’est pas fou fou fou, ni très convaincant.

En résumé, pas de personnage-clé convaincant, pas de véritable esthétique dans la série, une intrigue assez chiante et des dialogues que ma petite soeur de 12 ans aurait pu écrire, si elle avait existé … Netflix, je t’aime, mais sur ce coup-là, je ne te suis pas. Car, pour moi Iron fist n’est pas l’arme vivante, mais plutôt « larme vivante » ;)

Autres critiques :