Tag

soupe

Browsing

[cs_content][cs_section parallax= »false » separator_top_type= »none » separator_top_height= »50px » separator_top_angle_point= »50″ separator_bottom_type= »none » separator_bottom_height= »50px » separator_bottom_angle_point= »50″ style= »margin: 0px;padding: 45px 0px; »][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/1″ style= »padding: 0px; »][cs_text class= »cs-ta-justify »]J’ai découvert le SoupMaker de Philips alors que je recherchais une recette de smoothie sur le net. Intriguée par cet appareil qui peut faire des smoothies, des soupes (chaudes ou froides), des compotes sans oublier la fonction simple de mixeur, j’avais envie de tester l’appareil.

Philips m’a donc fait parvenir un colis. Quelques jours plus tard, le SoupMaker trônait fièrement sur la table de ma cuisine. J’étais impatiente de tester mes premiers smoothies mais vu le climat tropical, j’ai opté pour des soupes chaudes. Mes saisons froides sont ponctuées de diverses soupes, des plus traditionnelles aux plus exotiques. J’ai donc commencé le test avec une soupe petits pois frais – lait de coco. Autant il m’arrive d’utiliser des produits surgelés autant pour cette soupe rien ne remplace la saveur de petits pois frais.[/cs_text][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]L’utilisation du SoupMaker pour les soupes chaudes.[/x_custom_headline][cs_text class= »cs-ta-justify »]Rien de plus simple. Vous coupez vos ingrédients en dés d’environ 2 cm. Vous les mettez dans le SoupMaker. Vous sélectionnez le programme soupe chaude, et 23 minutes plus tard vous pouvez vous servir. Ce qui m’a enchanté : la simplicité ! Plus besoin de vérifier si le feu est trop ou pas assez vif, de piquer les légumes, de les transvaser dans le bol à mixeur. De plus, il peut maintenir votre soupe au chaud pendant 40 minutes. Quid du nettoyage de l’appareil. Il est très simple, de l’eau bien chaude, un coup d’éponge et le tour est joué. Comme toujours pour ce genre d’appareils, ne pas attendre et laver assez rapidement après usage.

[/cs_text][/cs_column][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_gap size= »50px »][x_image type= »none » src= »http://thecelinette.fr/wp-content/uploads/2013/05/IMG_3295.jpg » alt= » » link= »false » href= »# » title= » » target= » » info= »none » info_place= »top » info_trigger= »hover » info_content= » »][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]L’utilisation du SoupMaker pour les smoothies.[/x_custom_headline][cs_text class= »cs-ta-justify »]Malgré le mauvais temps persistant, j’ai décidé dans un ultime geste de rébellion de me faire un smoothie. J’ai donc fait avec ce que j’avais sous la main : une banane, un fruit de la passion, du lait, de la crème liquide, de la poudre de vanille, et une touche de miel liquide. Résultat en 3 minutes j’avais une délicieuse boisson, avec son potentiel de vitamines, idéale pour combler mon appétit naissant entre deux repas.[/cs_text][/cs_column][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_image type= »none » src= »http://thecelinette.fr/wp-content/uploads/2013/05/IMG_3296.jpg » alt= » » link= »false » href= »# » title= » » target= » » info= »none » info_place= »top » info_trigger= »hover » info_content= » »][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]Avantages &[/x_custom_headline][cs_text class= »cs-ta-justify »]

  • Facile d’utilisation, un vrai bonheur.
  • Il fait gagner du temps.
  • 5 programmes disponibles : soupe veloutée – soupe consistante – compote – smoothie – mixeur.
  • Cuve en acier inoxydable.
  • Peut s’utiliser avec des légumes / fruits frais ou congelés.
  • La lame se met en route plusieurs fois pendant le programme.
  • Un livre de recettes est fourni avec. Les différents programmes permettent diverses possibilités de recettes.
  • Facile à nettoyer.
  • Ne prends pas beaucoup de place (pas plus qu’une bouilloire électrique par exemple).

[/cs_text][/cs_column][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]Inconvénients du SoupMaker[/x_custom_headline][cs_text class= »cs-ta-justify »]

  • Difficile de choisir la contenance à préparer. La différence entre le mini et le maxi est vraiment très faible. Du coup, difficile de faire des petites quantités. Quand on vit seule, mais cela vous permet de faire une soupe pour plusieurs repas ou d’en congeler une partie. L’appareil est donc utilisable de 1 à 4 personnes.
  • Le petit moins du mixeur : laisse quelques morceaux plus gros au fond quand on a pas mis la bonne quantité d’eau.
  • Pas de bouton marche / arrêt du coup, il faut à chaque fois débrancher la prise.
  • Le mettre sur socle aurait permis de pouvoir se servir et de le nettoyer sans avoir à le débrancher.
  • Manque un programme pour réchauffer (car une soupe me fait environ 2 jours).
  • Design un peu triste.

[/cs_text][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »2/3″ style= »padding: 0px; »][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]Mon avis sur le SoupMaker :[/x_custom_headline][cs_text class= »cs-ta-justify »]J’en suis satisfaite et je le recommande, même si je pense que Philips devrait apporter quelques améliorations (voir dans la partie inconvénients). Il est généralement en vente dans les 100 € mais on le trouve aussi selon les modèles à 70 € en neuf sur Amazon .[/cs_text][x_gap size= »20px »][cs_text class= »cs-ta-right »]Article partenaire – test de produit[/cs_text][/cs_column][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/3″ style= »padding: 0px; »][x_raw_content]

[/x_raw_content][/cs_column][/cs_row][/cs_section][/cs_content]

Aujourd’hui, la température a posé ses mains sur mon visage, me rappelant que l’hiver était là, bel et bien là. Alors j’ai superposé plusieurs pulls en mohair gris sur mon corps, et je suis sortie la rejoindre. J’ai déambulé dans Troyes, me délectant du soleil, de notre joli patrimoine médiéval et de la sympathique présence de plusieurs amis.

Suite au bilan baladesque, nous pouvons dire que … :

– J’ai joyeusement fait claquer mes souliers sur les pavés de la ville.

– Faire son marché le dimanche, rime souvent avec embuscade. Le bonjour devenant alors un « Céline as-tu un verre ? » « Non, non je file, j’ai des surgelés »… Jusqu’à ce que je m’aperçoive que la bouteille mentionne fièrement « Cheverny » de la maison « Tûe-Boeuf ». C’est dans ces moments là, que ma volonté devient très très faible. Vive les sacs isothermes :) S’en suivent moult discussions, sur la prise de nouvelles de chacun, le niveau d’informatique de Sylvain (j’ai prétendu que son ordinateur était un Thomson MO5, il a vivement protesté), ainsi qu’un comparatif esthétique entre la Cathédrale de Chartres et et sa zone industrielle.

– En compagnie d’autres joyeux drilles, j’ai passé la pancarte « chantier interdit » pour voir l’avancée des travaux de la bourse du travail (rassurez-vous rien n’a changé. Je soupçonne les ouvriers d’être partis vers d’autres horizons). Par la même occasion, nous avons croisé un homme dont le strabisme et le discours n’était pas sans me rappeler frère Rémigio de Varragine dans le Nom de la Rose (ce qui est plutôt de circonstance pour une balade historique).

En rentrant, je méritais amplement une petite douceur hivernale. C’est pourquoi je me suis attelé à la tâche, en cuisinant une petit soupe au céleri parsemée de bleu d’Auvergne (recette suggérée par la belle Sabrina).

La recette : Du céleri coupé en morceau, que j’agrémente de blancs de poireaux. On ajoute de l’eau mais pas trop (pour que ça reste consistant). Durée de cuisson : célinomètre*. Puis on mixe et on ajoute des petits bouts de bleu d’Auvergne (quantité selon les goûts, pas besoin d’en mettre beaucoup). Un filet d’huile d’Olive si l’humeur vous le dit :) Je sale avec du sel de légumes.

* Niveau proportions et quantités, et temps de cuisson : j’utilise le Célinomètre qui est une variante du pifomètre.