Une nouvelle année commence. Même si cette démarcation n’est que purement fictive nous savons tous qu’elle peut être une intéressante phase de bilan et d’objectifs. Le bilan, c’est un moment important car, il peut devenir une véritable opportunité de clémence avec nous-même.

D’où venons-nous, qu’avons-nous ressenti, traversé ?  Avons-nous décidé de dire « merde » à des peurs ou à des aliénations ? Où avons-nous puisé notre courage ? Au plus profond de nous-même, chez des amis, des parents, de la famille, dans un film ou dans un livre ? C’est le moment de réaliser tout ce que l’on a traversé cette année et ce à quoi nous sommes arrivés. Dès que mes amis dépassent des moments importants de leur vie, de vrais caps, je le leur dis. Car c’est souvent un regard extérieur qui souligne ce cap et le courage que cela a demandé. Et il n’y a que des gens qui baignent dans votre intimité pour savoir ce que cela vous a coûté de dire : non, j’arrête, je prends cette décision, j’avance, j’écoute mon envie et non cette peur qui me vrille le ventre … J’aime célébrer ces moments-là, ces petits pas qui sont souvent de grandes victoires. Mes amis sont aussi là pour me féliciter, comme pour me dire « merde, tu déconnes » ou tout simplement « interroge-toi ». Je suis riche de ça, de ce que j’ai construit avec eux.

Et vous quel ont été vos dépassements cette années ? Petits ou grands, vos pas ont foulé quelle terre ? Un nouveau chemin ? Pourquoi ? Qu’avez-vous ressenti ?

Moi, cette année, j’ai réalisé que je me trouvais stable. Je pense que cela ne m’était pas vraiment arrivée dans ma vie. Parce que je n’avais pas eu une enfance structurante et que quand on se construit en partie seul, on a forcément des lacunes, des équations inconnues, des errances et des peurs assez terribles. Là, pour la première fois de ma vie, je me suis sentie sereine et fière de moi. Pourtant, j’ai encore beaucoup de chemin à faire, de choses à corriger. Mais j’ai réalisé que l’ensemble des décisions que j’avais prises ces dernières années, payaient. Soyons clairs, ces décisions n’ont pas été faciles. Il y a des moments où j’en ai pris plein la gueule, où je ne savais pas si les conséquences de mes actes allaient être catastrophiques ou libératrices. Soyons clairs, les prises de décisions, ces « switch » sont toujours faciles par contre, passer à l’action c’est  assurément flippant et régulièrement douloureux jusqu’à ce que l’on regarde en arrière et qu’on se dise : MERCI.

Là, à côté de moi, il y a la liste de tout ce que je dois encore apprendre. Des choses que vous savez peut-être faire depuis des années alors que vous êtes plus jeune que moi. Des frustrations que je veux taquiner pour les dépasser et évoluer. Regarder le chemin à parcourir, c’est devoir trouver les ressources en soi, c’est flippant, grisant : c’est une perspective !

Vous êtes rassasiés ? Non, pas assez ? Tant mieux une nouvelle année commence, lancez-vous dans la vie !