C’est ainsi que commence cet article du site Courrier International qui nous présente les théories de Chris Anderson, rédacteur en chef du magazine Wired. Il explique comment Internet a relancé la vague du gratuit et pense que l’économie entière, sous l’influence du web, est entrain de se transformer. L’article nous expose les principes de cette théorie, ses origines et les contestations qui s’élèvent…

free_chris_anderson

Selon l’auteur le gratuit est viable et incontournable. « Free ! est un livre de management, mais la dynamique qu’il décrit ébranle également le paysage socio-culturel. » Et vous qu’est-ce que des services gratuits vous ont apporté dans votre vie ? Participez-vous à de tels projets ?

Pour aller plus loin  :
– L’article de Courrier International { traduction de Drake Bennett de « The Boston Globe » }
– Free ! Entrez dans l’économie du gratuit [Pearson, 2009]
 – Autre grand défenseur de cette théorie, le blogeur canadien Cory Doctorow (auteur du blog http://boingboing.net/ et de plusieurs livres).

courrierinternational_logo
 

10 Comments

  1. Iostereo Phonics (via Facebook) Reply

    L’altruisme c’est bon pour la planète …

  2. Râaaaaaaaaaaaaa.
    J’ai même pas eu besoin de lire la vidéo pour avoir la musique dans la tête, la simple lecture du titre ….. Ha ben Merci Célinette !

    Sinon, j’avais aussi bien aimé ce article dans CI.
    Je pense aussi que les modèles économiques sont à repenser.
    Par contre je suis incapable de donner des solutions …

    ( en même temps c’est pas trop mon taff. )

    Bonne semaine Célinette.

  3. Dans ce livre (chapitre 10), Anderson exécute un très beau BC avec le Whooper de Burger King comme unité de mesure.

    @ Céline : je te passe le livre dès que je l’ai terminé

  4. Comme le disait ce bon vieux Bob Thacker, senior VP-marketing and advertising à l’OfficeMax :
    « The secret is respecting the consumer. You are interrupting their life. All advertising is unwanted, so if you’re going to crash the party, bring some champagne with you. »

  5. TheCélinette Reply

    @ Iostereo Phnoics : et c’est bon pour le moral aussi :)

    @ Alain : voilà, je suis exactement dans le même cas que toi, je pense que des choses sont à repenser, par contre n’étant pas économiste pas facile pour moi d’approfondir le sujet :)
    Merci pour ta fidélité en tous les cas

  6. TheCélinette Reply

    @ Nico : ahhh merci :)
    Comme je ne suis ni markéteuse, ni économiste, je te demanderai surement quelques explications :)

    @ Carole : excellent :)

  7. Un très bon article de CI sur un livre qui fait beaucoup parler…
    C’est quand même rare de voir un livre de gestion/économie qui a autant les honneurs de la presse, et pas seulement de la presse spécialisée…

    Je n’ai pas lu le livre mais j’ai lu pas mal de commentaires et débats sur ce sujet. Et j’avoue que je suis assez sceptique sur sa thèse qui ne pourra s’appliquer sans effet pervers que sur un nombre restreint de domaines… Car je pense que cette façon de penser le business est assez « court terme » et risque de créer de réelles tensions après un « boom » initial : les gens s’habituent à la gratuité, ils étalonnent leur échelle de valeur sur le moins disant… Donnez du gratuit et voyez si, plus tard, les gens sont prêt à payer, même du contenu exclusif en freemium… Il n’y a pas beaucoup d’entreprises qui ont réussi ce passage. Le business « gratuit » de Google est un faux exemple : le core business de Google se résume à l’activité d’une régie publicitaire… qui est uen vache à lait pour financer ses innovations techno…

    Par ailleurs, quelles sont les conséquences économiques et sociales du tout gratuit? On en vient à cette évolution vers l’entreprise sans salarié : on restructure, on sous traite, on dématérialise, on équipe en soft de + en+ pointus pour remplacer in fine l’homme par son pendant technologique… Certes, cela accroit la productivité mais en terme de « bien être social » et « d’intérêt général », cela nous amène-t-il vers le mieux disant?

    Enfin, il y a aussi une question « environnementale » qui se pose : on ne parle que de la chute des couts de stockage, de l’accès à une information en ligne illimitée etc. C’est d’ailleurs un aspect essentiel pour continuer à proposer une offre en ligne « gratuite » (pour que les couts conitnuent à baisser). Mais il faut pour continuer sur cette pente, une quantité impressionnante de serveurs et hardwares en tout genre qui consomment énormément d’energie et polluent de + en +… Je crois me souvenir que d’ici quelques années, les émissions de CO2 émises par toute l’activité « Internet » dans le monde sera supérieure aux émissions du trafic aérien!

    Je ne suis donc pas un grand fan du modèle gratuit. La qualité se paie, cela a toujours été comme ça et il faut vraiment être un bon menteur pour faire croire le contraire (même quand l’auteur donne l’exemple d’iTune, il se fourvoie un peu : personne n’utilise iTunes seul… et le hardware d’Apple, par contre, fait partie du plus cher sur le marché…). Et il n’y a encore que très peu d’exemples d’entreprises qui gagnent de l’argent sur un modèle gratuit (Yahoo galère depuis les premières start up il ya plus de 10 ans!)

    Bon blog en tout cas, j’ajoute à mes favoris :)

  8. Les geeks et geekettes sont pour moi les intellectuels contemporains..
    Ils utilisent ce qui est pour moi la meilleure reproduction du cerveau, qu’est l’ordinateur, pour s’exprimer. J’ai adoré cet article de Courrier International. J’ai « foi » dans le don et non pas dans le profit.

  9. La réponse au problème de résolution est dans l’énoncé..
    Comme dans beaucoup de problèmes.. :)
    — shunmp3–

Write A Comment