Tag

décès

Browsing

Je suis en train de préparer la maison car je vais aller chercher avec des amis chers à mon coeur, mon petit chat, dimanche prochain. Je suis en train de réorganiser la maison pour que son espace de vie soit le plus agréable possible pour lui. La cuisine a été montée entre-temps. Je dispose les affaires de mon ancien chat, je nettoie au maximum pour retirer son odeur. Et c’est un moment vraiment spécial. Car chaque objet me rappelle à lui.

C’est vraiment un moment étrange la mort d’un animal de compagnie. Ce n’est pas juste une bestiole, c’est un membre de son quotidien, un membre de la famille que l’on choisit. Je ne pensais pas que cela me ferait mal à ce point. Tout simplement parce que l’on sait à peu près la durée de vie d’un chat (même s’il est mort un peu plus tôt que prévu), alors du coup, on tente de s’y préparer. Enfin, moi je tentais de m’y préparer depuis que des calculs urinaires avaient failli l’emporter quand il avait deux ans. Faites attention à cela, les propriétaires de chats, surtout les mâles. Ça peut vous tuer votre chat en quelques jours.

La mort, je connais, je n’ai plus de membres de ma famille proches. Je pensais être prête, pour mon chat, mais non. Perdre Haïku ça a été avoir des symptômes de dépression, comme on tombe d’une chaise. Le jour même, j’avais la sensation d’être dissociée de mon corps. Puis est venue cette sensation, comme un trou dans le cœur. Les choses vont mieux, je n’ai plus de douleurs physiques dans la poitrine, mais putain qu’il me manque.

Perdre un animal, c’est aussi un moment un peu honteux. Car ce n’est pas un humain. Du coup, on souffre, mais on a aussi honte de le dire. Je remercie du fond du cœur tous les gens qui ont été là pour moi. Dont mon adorable Chérazad qui m’a courageusement, accompagnée pour l’incinérer. Je remercie du fond du cœur tous ceux qui m’ont envoyé des messages pour me soutenir ou pour partager comment ils ont vécu la perte de leur animal. Ça m’aide tellement, si vous saviez. Ne négligez pas les petits gestes que vous avez pour les autres, ça porte tellement (que l’on se connaisse bien ou pas). Faites des câlins à tous ceux que vous aimez pour moi ;)

[cs_content][cs_section parallax= »false » separator_top_type= »none » separator_top_height= »50px » separator_top_angle_point= »50″ separator_bottom_type= »none » separator_bottom_height= »50px » separator_bottom_angle_point= »50″ style= »margin: 0px;padding: 45px 0px; »][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/1″ style= »padding: 0px; »][cs_text class= »cs-ta-justify »]L’autre jour, sur un groupe de discussion Facebook d’entrepreneuses, une femme a eu le courage de dire qu’elle était au bout du rouleau. Que trop d’épreuves lui étaient tombées sur la tête récemment et qu’elle ne savait plus comment faire. Elle nous a demandé si cela nous était déjà arrivé et comment nous avions réagi. J’ai laissé un témoignage qui a eu pas mal d’échos. Du coup, je le transpose ici, pour prolonger le partage. Le jour où une amie a réalisé ce portrait en noir et blanc, c’était difficile parce que la lumière baissait mais aussi parce que je pleurais à chaudes larmes, certaine que j’avais à peu près raté ma vie. Je venais en deux ans de vivre :

– Le cancer du pancréas ma mère que j’ai vu agoniser avant de la perdre (le poids de l’impuissance) ;
– Un an plus tard mon couple volait en éclat car monsieur me trompait (globalement avec tout ce qui bougeait, un vrai détecteur de mouvements à lui seul) ;
– J’ai réalisé que je prenais de l’âge et que je n’aurais certainement jamais d’enfant alors que j’en ai toujours voulu ;
– Je vivais un gros moment de doute au niveau pro  (je n’étais plus heureuse ni motivée par mon travail);
– Ma situation financière était catastrophique (j’en suis venue à pouvoir me nourrir seulement une fois tous les 3 jours);
– On m’a viré de chez moi car le proprio vendait l’immeuble (sauf que j’étais en freelance et sans famille pas top pour louer un nouveau logement).

C’était particulièrement difficile car hormis l’amitié, aucun des secteurs de ma vie n’allait. J’allais avoir 40 ans et je me disais que j’avais raté ma vie. Est-ce que j’ai pensé au suicide ? Soyons clair, c’est une réalité. Je ne sais pas trop où j’ai trouvé la force (un peu chez moi, un peu chez mes amis et un dans la vie), mais j’ai mis des choses en place et ça a fonctionné à merveille. Je vous partage ma méthode …[/cs_text][x_gap size= »30px »][cs_text class= »cs-ta-justify »]Ce que j’ai mis en place :

  • Premier truc pas urgent mais qui m’a aidé : j’ai pris un chat. Je suis une fan d’animaux et j’avais besoin de présence chez moi / il est au top / ça m’a aidé sur le plan affectif ;
  • Voyant que je pédalais grave dans la semoule dans ma vie, j’ai réussi à me payer un coaching avec une boîte américaine (celle d’Anthony Robbins) sur des fonds que m’avait rendu l’URSSAF après 4 ans de séquestration. J’ai eu une super coach : Sophie Bizeul / elle est au canada et elle consulte par Skype.
  • Et je me suis investie … J’ai appris petit à petit repenser ma vie notamment en m’organisant mieux et en voyant certaines choses sous un autre aspect. C’était dur mais ça a porté ses fruits. J’ai structuré ce que j’apprenais en faisant des tableaux, en notant mes actions, mes résultats et en modifiant si besoin ma stratégie pour atteindre mes résultats.
  • L’urgence c’était les finances. J’ai pris les choses une par une en me stressant moins pour les impayés : je me suis dit tu vas les régler un par un / gestion très court terme / ça a fonctionné.
  • Epuisée, je me suis battue pour qu’on me reloge et qu’on me paye mon déménagement : je suis un dans appartement entièrement refait à neuf dans de l’ancien, le pied ;
  • Grace à l’aide d’une amie, j’ai trouvé un travail d’abord dans mon domaine pro de l’époque (communication digitale) même si j’étais en doute. Un an et demi plus tard, je quittais tout pour monter le job de mes rêves ( YesWeCards) et ça y est, j’en vis.

[/cs_text][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/1″ style= »padding: 0px; »][cs_text class= »cs-ta-justify »]Financièrement, ma situation s’améliore de jours en jours et je suis beaucoup plus dynamique et créative pour trouver des contrats et surtout j’aime travailler et je suis super motivée. Il faut dire que me trouve bien plus structurée. Je me suis rendue compte qu’il me manquait vraiment des bases dans la vie. Bien sûr, il y a encore une multitude de choses sur lesquelles je dois avancer mais je me sens en sécurité, confiante et heureuse.

Comme quoi, même quand on pense toucher le fond, on peut trouver des solutions. Puisez dans les livres, écoutez des auteurs inspirants, allez demander de l’aide (à l’Etat, aux gens, aux amis) tout peut finir par s’arranger même si la route est un peu rock’n’roll ![/cs_text][/cs_column][/cs_row][/cs_section][/cs_content]