Quand je suis arrivée ici du haut de mes 22 ans, j’ai mis les pieds dans cet appartement avec sa pièce unique. J’ai regardé la cheminée, le parquet en bois, les portes anciennes. Je me suis tournée vers la dame et j’ai annoncé fièrement. « Je le loue ! » Elle m’a dit : « mais enfin je dois le faire visiter à d’autres personnes. Rappelez-moi dans une semaine » « Bien Madame ». Dès le lendemain, je rappelais pour savoir s’il m’était attribué. Je le fis tous les jours suivants … Jusqu’à entendre « OUI ».

Contente d’avoir enfin un appart qui me plaise, d’être au coeur de la ville, je n’avais pas réalisé que je venais d’installer mon lieu de vie à peine au dessus d’un microcosme… celui d’un bar PMU. Vivre au dessus d’un petit bar de quartier, c’est suivre un petit monde au fils de ses passages. C’est avoir peur des grandes bouches pour finallement tendre l’oreille en passant. C’est suivre des élans de vie, des descentes dans l’abîme, des éclats de joie, des points de vue vécus et partagés. C’est devenir « la p’tite voisine » qu’on aide à porter ses courses, qu’on regarde un peu plus longuement quand elle est en jupe. Celle a qui ont dit « elle a d’beaux yeux ! Si j’étais plus jeune je me laisserait bien photographier ! ». Et son accolyte de dire « ça y est l’r’v’là amoureux! »

Celle à qui on sourit quand un homme vient la chercher en voiture. « Alors vous l’avez gardé le fiancé avec le 4×4 ? » « Non, il n’a pas de pneus pluie » « ?!!! » Me penchant, et disant d’une voix douce « Il ne tenait pas la route ».  « Ahhhhhh » soutenu d’une expression faciale délectable.

Je me retrouve de temps en temps à la table d’un papé de 80 ans, prenant un café en écoutant comment était sa vie « de son temps ». Je vous laisse imaginer la tête de ma mère quand un jour je suis passé devant lui et qu’il m’a lancé un « comment ça va mon lapin ? » .  « A qui il parle ?!!! »

Parfois, je termine de préparer mes cours de droit au rythme d’un karaoké spécial Johnny Hallyday, parce que c’est l’anniversaire de la serveuse. Ma porte d’entrée juxtaposant la terrasse, je profite en passant, de l’ambiance des championnats de foot : « allez les verts / verres !! ». Souvent, le temps de sortir mes clés on me fait la conversation. Je me souviens avoir attendu poliment un quart d’heure que le monsieur finisse sa phrase… Si si vous avez de très beaux yeux peut se dire en plusieurs minutes (le temps de retrouver toutes les syllabes). Bref ces gens avec leur vie à eux, qui ne ressemble en rien à la mienne ont le bonjour sympathique et toujours un mot gentil pour égayer ma journée et je dois bien avouer qu’au fils du temps, je les aime vraiment beaucoup …