J’allais vous préparer une jolie note sur ce week-end festif, accompagné d’un joli film explicatif … mais j’ai découvert ce matin que ma carte mémoire avait rendu l’âme. Vous dire que je suis dégoûtée est un faible mot.

Faire la route du champagne c’est aller à la rencontre de la campagne … parfois profonde. C’est ainsi que lors de mon périple j’ai croisé la route de Roger (ce nom est bien évidemment un pseudonyme usité dans l’optique de préserver l’anonymat de cet individu… et lui éviter par la même occasion que la ligue anti-boulet exécute sur le champ une répression exemplaire). Roger bien qu’ayant dépassé la quarantaine, croit encore fermement dans le bon usage du dérapage en vélo pour impressionner les femmes. C’est donc avec une détermination de dragueur aguerri qu’il s’exécuta sous mes yeux.

Alors qu’il se penchait ferment sur l’avant du vélo, l’arrière de celui-ci (du vélo pas de Roger) se souleva et vint atterrir sur mon bras droit me procurant une douleur aussi vive que ma stupéfaction. Bien évidemment je m’attendais à des excuses aussi plates que sa technique de drague, mais le Roger me dit :
– Rhoooooooo la vache !!! J’comprends pâs d’habitude quand j’dérape la roue part dans l’aut’ sens !
– Vous êtes sur que ça va bien dans votre tête ?
– D’habitude j’dérape hyper bien… Merde j’suis vexé !
– Oui ben moi j’ai mal au bras.
– J’suis désolé vraiment, pardon, pardon …
– Oui oui ça va.
– Et ce soiiiiiiiiir ?!!! Vous allez dancer ?
– NON !!!
– On s’retrouvera peut-être (sourire mêlé d’espoir et de certitude un peu démentielle).
Personnellement j’étais super contente de m’être débarrassée du Roger.

Quelques heures plus tard, au bal du village.
– Helllllllo c’est moi vous me reconnaissez ?!!!
(Moi pas de réponse, regard désabusé).
– Heyyyyyy c’est moi le gars du vélo !!!
– Oui c’est bon je vous avais reconnu.
Il parle au groupe puis me regarde et se rapproche de moi.
– Tu danses ?
– Non.
– Tu danses ?
– Non
– Tu danses ?
– Non
Ce n’est pas que je m’ennuie vite mais les relations répétitives euh …. Comment dire… j’ai supputé qu’il mettait en oeuvre une technique soporifique visant à endormir ses victimes en l’absence de GHB. Je ne sais pas quel don avait ce Roger, mais il nous a suivi dans nos divers lieux d’amusement de cette journée. J’espère qu’aucun Roger ne sommeille en vous, parce que je vais être très claire, les résultats escomptés sur la gente féminine sont maigres.