Category

Voyages – Tourisme

Category

Découvrir un des lieux de vie de Pierre-Auguste Renoir.

Je l’ignorais, mais le célèbre peintre Auguste Renoir, avait pour habitude de passer ses étés à quelques kilomètres de Troyes dans le village d’Essoyes. Il y est d’ailleurs enterré, et pour avoir l’assurance d’y reposer en paix, il a refusé le caveau de sa belle-mère, pour y préférer la tombe d’à côté et on le comprend bien.

Renoir_2

Comme beaucoup d’artistes, il a dû attendre de nombreuses années avant de pouvoir vivre de sa peinture. Et alors que ses finances étaient au plus bas, il a un jour proposé au boucher du village de le rémunérer en tableaux. L’homme manifestement peu sensible à la condition d’artiste, refusa en lui assenant un « va travailler, fainéant ! ». Conception toute relative puisqu’en 60 ans de carrière, Pierre-Auguste Renoir a peint plus de 6 000 tableaux.

Alors que nous déambulions dans l’atelier de l’artiste (1ère photo), j’imaginais que sous mes pas, il avait posé les siens. J’avais envie de le voir peindre, d’observer son trait, le mélange de la matière. Alors, j’ai laissé mon regard plonger à travers la fenêtre. Je me suis dit que dans ce petit village encore sauvage, les choses n’avaient pas dû beaucoup changer. Et que ces couleurs, ces arbres, il les avait vu, il les avait peint.

renoir_3

La journée fut rythmée par l’idée d’accompagner Renoir en …

…empruntant :

  • ses pas, en marchant sur ses terres …
  • sa vue, en s’imprégnant du paysage, des petits chemins, et de son lieu de création …
  • son odorat, les odeurs de peinture qui se mélange à celle de la campagne …
  • ses papilles, en goûtant les champagnes de la région…

La bonne nouvelle, c’est que la commune d’Essoyes qui ne disposait jusqu’alors que de l’atelier de Renoir, vient d’acquérir la maison de famille située en bout de jardin. A l’instar de Giverny pour Monet, on attend avec impatience l’aménagement de la maison. Pour pouvoir financer les travaux de la maison, une souscription a été lancée. Elle est ouverte aux particuliers comme aux entreprises, lancez-vous !

 

 

Hier soir après une réunion de travail qui s’est terminée un peu tard, nous avons décidé de tous aller déguster des burgers dans un bus impérial. Nous voilà donc, en train de découvrir une déclinaison du concept de street food par une équipe de jeunes troyens.

 

Claire & Hugo : la restauration option « Street Food » à Troyes.

 

Aller au restaurant, c’est bien. Mais quand le restaurant vient à toi, c’est encore mieux. C’est exactement ce qui se passe grâce au binôme Claire & Hugo, pâtissiers de formation qui ont décidé d’ouvrir un restaurant ambulant par l’entremise d’un bus impérial entièrement aménagé pour la cause.

Le principe : se rendre sur leur page Facebook pour savoir où ils se posent cette semaine. Mais également pour découvrir leur carte. Elle change chaque semaine. Ils proposent une cuisine simple mais de qualité avec le plus souvent des produits régionaux.

Si vous êtes curieux du concept, vous pourrez trouver sur la même page, la transformation progressive du bus berlinois (bus de la vielle, acheté aux enchères) en restaurant nomade.

thecelinette_claireethugo_2

 

Claire & hugo : mon avis sur le concept et la cuisine.

 

Côté expérience client, ça donne quoi ? Du plaisir. Celui de se poser au calme avec quelques amis dans un cadre atypique, que ce soit à l’intérieur du bus, ou en détournant un parking en terrasse improvisée. J’aime cette idée de s’approprier la ville sous un angle différent.  Le bus fait 12 mètres de long et comporte un étage. On a donc la possibilité de déjeuner ou de dîner en intérieur comme en extérieur.

 

thecelinette_claireethugo_5

 

Côté cuisine : impeccable. Des produits frais et de qualité. La cuisine est faite maison (exit les produits surgelés) et de très bonne qualité. Étant pâtissiers, je vous laisse bien imaginer, que les pains à hamburgers et les desserts sont à tomber. A tel point que j’ai failli finir le mien avant de penser à vous en faire un cliché. La viande des burgers est hachée par leurs soins à la commande, et je peux vous dire que gustativement, ça fait la différence. Le petit plus : j’ai pu déguster une bière locale (blanche ou ambrée).

 

thecelinette_claireethugo_3

thecelinette_claireethugo_4

 

Le bus Claire & Hugo est Célino-validé !

Je vous invite à aller découvrir leur cuisine et à encourager ces jeunes vingtenaires dans leur concept.

 

Street food Claire & Hugo : les infos
  • Pour savoir où ils sont : leur page fan Claire & Hugo.
  • Les avis : Tripadvisor Claire & Hugo.
  • Ce que l’on peut y déguster (selon la créativité des cuisiniers) : un burger classique ou pas, un tajine de poulet, une assiette de crudité, une salade au Soumaintrain … Et bien d’autres choses.
  • Le service : dure jusqu’à 21h30 ou 22h selon les cas.
  • Possibilité de réserver.
  • Prix : ex. 7,50 le burger. Compter environ 12€ pour un burger, une boisson et un dessert.

 

Depuis cette été, j’erre comme une âme en peine car la Médiathèque de Troyes est fermée. Comme souvent, on se plaint sans savoir que son bonheur est à deux pas. En effet, à deux pas de chez moi, l’hôtel Jean de Mauroy abrite la Maison de l’outil or celle-ci dispose d’une bibliothèque. A moi, l’ambiance feutrée du travail entouré de livres :)

La deuxième bibliothèque technique de France

La bibliothèque de la Maison de l’outil et de la Pensée ouvrière est constituée d’un fonds de près de 35 000 ouvrages portant sur l’histoire des métiers, les techniques et les écrits ouvriers et paysans. Ce fonds fait de ce lieu la deuxième bibliothèque technique de France.
On y trouve, entre autres ouvrages remarquables, les 35 volumes de la première édition de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751-1780) et la deuxième édition De Architectura de Vitruve (1572).

mopo-troyes-1

Photo issue du compte Instagram du MopoTroyes

A travers cette collection, il est possible d’appréhender trois siècles de la culture ouvrière, de connaissances et de pratiques des métiers. Les ouvrages de la bibliothèque de la Maison de l’outil et de la Pensée ouvrière se révèlent être de précieux repères pour les étudiants, les érudits et les spécialistes qui viennent de tous les horizons pour les consulter.
Par ailleurs, le fonds bibliographique est en partie consultable en ligne grâce à sa mise en réseau avec la Médiathèque de l’agglomération troyenne. »

Comment consulter les ouvrages ?

  • Ouverture du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 17h ;
  • Consultation des ouvrages sur rendez-vous ;

Pour emprunter des ouvrages, se munir d’une carte de fidélité dont le coût est de 16€ pour une année (gratuité pour les apprentis et les étudiants). Cette carte comprend aussi l’accès au musée, aux conférences et vous donne droit à5% de réduction à la libraire.

Pour toutes informations :