Tag

femme

Browsing

Après avoir entendu un ancien collègue de bureau parler de sa montre connectée Fitbit, j’ai trépigné et j’ai demandé à Fitbit de m’en prêter une pour quelques semaines, histoire de voir si le produit était sympa. J’ai donc testé la Fitbit charge HR en septembre dernier. Puis je l’ai rendue (j’ai eu du mal, j’avoue) et je viens de m’offrir la Fitbit blaze pour mon anniversaire. Voici mon avis sur ces deux montres connectées.

Prise en main et environnement Fitbit


Mon profil : novice en object connecté … et novice confirmée en sport ;)

Personnellement, je ne suis pas connue pour être une sportive invétérée. Je suis ceinture blanche en karaté depuis plusieurs années, je maîtrise complètement la posture de la limace en yoga. Mais, j’ai eu une prise de conscience pourquoi finir vieille et flapie alors que tu peux vieillir en te musclant. J’ai hésité entre m’acheter le rameur de House of cards (2000 euros, très beau mais merci) et une montre connectée. Me voilà donc avec une montre au bras. Première étape, la découverte de l’univers Fitbit (site Internet et application mobile).

Points forts :

  • Le mail qui te prévient que la batterie est faible. Du coup, pas de mauvaises surprises.
  • La partie sur le sommeil est très intéressante : elle vous informe sur la durée et la qualité de votre sommeil (phase de sommeil / d’éveil / de réveil). Cela m’a par exemple permis de comprendre que j’ai besoin d’une grosse nuit de sommeil dans la semaine pour être en forme. Cela permet aussi de détecter des anomalies. Par exemple alors que j’avais une bonne qualité de sommeil (8h de sommeil quotidien atteint et très peu de phase d’éveil ou de réveil environ 10 à 20 minutes par nuit.
  • Analyse alimentaire : l’enregistrement des aliments que vous mangez est très fourni (bonne base de données). Il manque toujours un truc, mais l’essentiel y est.
  • L’option découverte : qui nous pousse à réaliser des objectifs (marcher plus par ex. …). Ca nous donne envie de nous bouger davantage. quid de l’usage à long terme.
  • Les défis : la possibilité d’ajouter des amis et de leur lancer des défis sport. On peut les lancer à un groupe d’amis sans lien entre eux.
  • La messagerie privée (attention on est limité en nombre de caractères, mais le but n’est pas de raconter sa vie). Personnellement, je ne l’utilise que peu.

Points faibles :

Je n’ai pas de vrais points faibles à donner.

L’application est bien conçue. Sur cet exemple on voit clairement que je suis passée d’un bon sommeil à un sommeil complètement merdique. Du coup, j’ai une tête de rat crevé (j’ai voulu vous faire un montage photo avec ma tête et celle d’un rat décédé pour preuve mais mes proches m’ont dissuadé).

Je suis donc en train de tester des solutions pour re-dormir correctement et d’ici là, oui, je vais être de mauvaise humeur :)

Placeholder

Mon test de la Fitbit charge HR : j’aime !


J’ai vraiment aimé cette Fitbit charge HR. Elle convient vraiment à mes besoins.

Une montre connectée est une montre électronique équipée d’un »tracker » d’activité. Elle va donc collecter des données vous concernant (votre rythme cardiaque, vos mouvements …) les analyser et les envoyer à l’application Fitbit dédiée. Vous pouvez compléter ces données par d’autres en rentrant votre poids, votre taille, ce que vous mangez et ce que vous buvez (quantité d’eau). Si vous avez envie d’être plus actif, d’être plus en forme tout en faisant attention à votre qualité de sommeil, c’est un compagnon connecté très sympa. Personnellement, j’ai besoin d’objectifs et d’informations quantitatives pour me motiver à être active. Maintenant, je sais combien de minutes dans la journée, j’ai été active (et si je ne les ai pas atteinte, je me bouge), si j’ai éliminé des graisses ou si j’étais en cardio et combien de calories j’ai dépensé.

J’ai découvert des choses formidables : si tu es en retard à un rendez-vous (cet exemple est un exemple fictif, toute ressemblance avec ma vie est bien évidemment fortuite) et que tu te maquilles en speed. Tu brûles des graisses, oui l’ami. Si tu fais l’amour, tu brûles des graisses (bon après ça dépend avec qui). Bref, tout un monde de dépenses de calories s’offre à moi. Est-ce que cette montre connectée me pousse à faire plus d’exercices ! Clairement oui ! Ce qu’il faut savoir avant de commencer c’est que la montre, va être connectée à l’application Fitbit (disponible aussi en version web).

Points forts :

  • Une très bonne autonomie et ça c’est vraiment appréciable !
  • Boitier de synchro qui vous permet de synchroniser même si vous n’avez pas un smartphone dernière génération.
  • Jumelage avec la balance Aria (pas testé, mais j’en meure d’envie)
  • Capteur cardiaque (sur la version Charge HR). Prise en permanence du matin au soir dont pendant la période de sommeil.

Points faibles :

  • Cable propriétaire si tu le perds, t’es mal (voir le prix)
  • Etanchéité relative (pas possible d’aller à la piscine avec)
  • Ce n’est pas d’une précision absolue mais c’est déjà très bien (voyons les avancées de la techno sur le sujet dans les années à venir). Ne pleurez pas s’il vous manque trois pas. Manque cruellement : la période d’ovulation mais je pense ça va venir :D
  • Un lien entre la fitbit et le centre médical qui nous suit, puisque par exemple le cardiologue Patrick Jourdain pense que le rythme cardiaque au repos est un excellent indicateur des risques de maladies cardio-vasculaires. Il doit être compris entre 60 et 70… c’est-à-dire, qu’il ne doit pas dépasser 70 pulsations par minute au repos. Car « plus la fréquence cardiaque au repos est élevée, plus le risque de décès par mort subite dans les 10 à 15 années qui suivent est important ». Et, là je regarde ma fitbit et je vois au repos 76 ! J’vous couche sur mon testament ?! Je pense que ça serait super intéressant notamment dans le cadre des troubles de sommeil.
  • Le bracelet plastique de ces générations là de montre me démangeait.
Placeholder

Mon test de la Fitbit Blaze : bilan mitigé


J’ai achetée la Fitbit Blaze sur un coup de tête (oui bon, ça va) mais à l’usage pour le moment, je préfère la charge HR ( rapport qualité / prix). La prise en main a été un enfer, ça ne m’a pas du tout mise en confiance sur le produit.

Points forts :

  • Ecran plus grand.
  • GPS intégré. Ca c’est vraiment bien.
  • Ecran couleur : mais personnellement, c’était pas une attente pour moi.
  • FitStar :
  • Toujours la possibilité de voir ses SMS et l’appelant. Avec une nouvelle fonction, la possibilité de décrocher l’appel depuis sa montre. Ce qui à l’usage est super pratique quand on court après son téléphone dans son appartement !
  • Plus de démangeaisons avec le plastique. Mais j’ai acheté chez un autre fournisseur un bracelet métallique qui est plus agréable que le plastique (pas top pour laisser la peau respirer). On trouve pas mal d’autres bracelets assez sympa sur le net.
  • J’ai trouvé facilement sur le net, d’autres bracelet Fitbit pas cher (entre 15 et 20 euros) qui lui donne un style très symp !

Points faibles :

  • Le mode d’emploi ! La prise en main de la blaze n’est pas expliqué et n’est pas intuitif. J’ai dû chercher des vidéos sur le net de youtuber pour savoir comment charger la batterie de ma blase, je trouve ça dingue. On peut trouver des explications sur l’application à force de chercher.
  • Le logiciel pour connecter sa montre déconne sévère. Sur mon iMac, l’application refuse de reconnaître qu’il est en bluetooth et donc ne synchronise pas. Sur le Macbook, l’application me réclame une dongle or la blaze n’a plus de dongle. Le support fitbit m’en a envoyé une gratuitement. Mais l’application ne la reconnaît pas et continue à me la demander. Ca m’a bien pris la tête et à ce jour, le soucis n’est toujours pas résolu.
  • Globalement, la prise en main est laborieuse.
  • Le design la montre est un peu grosse pour mon poignet
Placeholder

Verdict : Fitbit Charge HR 1 / Fitbit Blaze 0

Mon coeur balance finalement pour la Fitbit Charge HR. Je n’ai pas suffisamment de surplus de fonctionnalités pour vous conseiller de passer à la blaze. Et les soucis de synchronisation n’aident pas non plus. Bref, si c’était à refaire, je prendrais la charge HR en couleur

Next step, la balance Aria ? :)

Article partenaire – Test de produits

Je l’ai rencontrée, il y a plusieurs années, lors d’un job d’été en Suisse. Nous avions bossé dur pour un contrat pour l’école hôtelière de Lausanne. Mais nous avions aussi bu un cognac face au lac, dans une délicieuse brasserie (le repos du guerrier). Elle m’avait bluffée par son énergie, vraiment. Elle voulait faire le tour du monde et rien ne l’arrêterait. Elle l’a fait.

Quelques années plus tard, j’ai appris pour l’accident. Je me suis demandée comment ce bout de femme à l’énergie débordante allait appréhender sa nouvelle vie en fauteuil (elle, qui ne tenait pas en place). J’ai rapidement découvert, que sa détermination n’allait pas être entachée par un peu de métal et des roues. Quand je la regarde, je réalise qu’elle a fait un milliard de choses de plus que moi. Ca me bluffe toujours autant, et ça me fait réfléchir.

Aujourd’hui, elle a un projet, celui qu’on lui lance des défis. Elle me mérite car elle est porteuse d’un vrai message, qu’elle dépasse ses limites et qu’avant tout, c’est une adorable personne. Je vous demande d’avoir le clic sympa et de voter pour elle (avant le 9 février, je sais c’est court). Merci de partager à fond, cet article :)

Lien pour voter : TVL4B

« Passionnée de voyages depuis toute petite j’ai décidé, à la fin de mes études, de prendre une année sabbatique pour faire le tour du monde. Après avoir parcouru une bonne partie de l’Océanie et l’Asie du Sud Est, je suis rentrée en France dans l’idée de repartir explorer le continent qui me faisait le plus rêver : l’Amérique Latine. Lors de mon escale parisienne j’ai été victime d’un grave accident qui m’a rendue tétraplégique incomplète coupant court à mon projet latino-américain. C’est alors un tout autre voyage qui s’est offert à moi : la découverte du monde du handicap, aussi dur que riche à appréhender. Cinq ans plus tard j’ai, plus que jamais, l’envie de réaliser ce rêve mais surtout de le partager en impliquant ceux qui le souhaitent à ce projet. C’est ainsi qu’est venue l’idée du « guide virtuel commandé ». L’objectif est de traverser l’Amérique Latine, si possible en 4×4 adapté à la conduite manuelle, avec le but de réaliser les défis lancés par les internautes/spectateurs et leur permettre ainsi de participer à l’aventure.

Aller à la rencontre de l’autre, échanger sur nos différences quelles soient culturelles, sociales, physiques ou générationnelles, partir à la découverte d’un continent d’une immense richesse malgré les difficultés liées au handicap en utilisant celui-ci comme force et levier facilitant la communication et les rapports humains devient possible grâce à la solidarité, l’entraide, et l’envie d’y parvenir. Au-delà de sensibiliser tout un chacun sur le handicap et renvoyer une image positive de celui-ci je souhaite insuffler une volonté d’aller de l’avant, de vivre, d’aller au bout de ses rêves malgré les difficultés que l’on peut rencontrer et qui sont propres à chacun ».

Vous pouvez retrouver son projet We Wheel Rock You sur sa page fan.

Que faîtes-vous de votre dimanche ? Quelle couleur lui donnez-vous ?

J’aime l’entourer de douceurs. Il est à la fois, le jour durant lequel je fais le point pour bien commencer ma semaine, et celui pendant lequel je me laisse glisser dans un rythme bien à moi. Aujourd’hui plongeant dans l’obligation de quelques tâches ménagères, après avoir réalisé que la formule « higitus figitus » n’opérait pas sa magie, j’ai écouté le podcast de France Culture dédié à la biographie de Lou Andréas Salomé.

Quelle bonne idée ! Je vous le recommande, si vous voulez écouter plusieurs auteurs vous narrer la vie de cette femme libre et audacieuse. Sur ce la femme libre et audacieuse que je suis vous laisse, elle a du repassage à faire !

 

Qui peut te fuir une fois saisi par toi,
Quand tu le fixes de ton regard ténébreux?
Je ne m’enfuirai pas quand tu m’auras saisie.
Je ne croirai jamais que tu ne fais que détruire.
Je le sais, toute vie est par toi traversée.
Rien n’existe ici-bas qu’un jour tu ne le touches.
La vie sans toi, certes, elle serait belle,
Mais toi aussi, douleur, mérites qu’on te vive.
Non, tu n’es pas un fantôme de la nuit,
Tu viens rappeler à l’âme qu’elle est forte,
C’est le combat qui a rendu grand les plus grands,
– Le combat vers un but, par de durs chemins.
Si donc, douleur, au lieu de bonheur et de plaisir
Tu peux me donner l’Unique, la vraie grandeur,
Alors, viens et laisse-nous lutter corps à corps,
Oui, viens, notre lutte fût-elle mortelle.
Pénètre au plus profond de mon cœur
Et creuse au plus profond de ma vie,
Ôte-moi le rêve de l’illusion et du bonheur,
Ôte-moi tout ce qui ne valait pas les aspirations infinies.
Tu ne remportes pas sur l’homme la dernière victoire,
Même s’il offre sa poitrine à tes coups,
Même s’il tombe mortellement blessé –
– Tu es le socle où repose la grandeur de l’esprit.

Lou Andreas-Salomé (1861-1937)

Toujours pas d’idées et nous sommes déjà le 14 février, laissez-moi vous en suggérer !

 

1. Le cadeau à idées : le carnet surprise.

Fêter la Saint Valentin, ce n’est pas forcément faire un hold-up pour séduire sa promise. C’est aussi faire appel à son imagination. Je vous livre l’idée que j’ai eue une année, après avoir lu un très beau livre sur les carnets de croquis :

  • Choisir un carnet qui vous plaît.
  • Ecrire des expériences que vous voudriez vivre avec l’être aimé, sur la première moitié du carnet. Par ex. visiter Lisbonne avec toi. Courir entièrement nu dans les couloirs du Musée du Louvre …
  • Laisser la page d’en face vierge (pour pouvoir y coller le billet d’avions, un ticket d’entrée de cinéma, de musée, un pola … le procès-verbal de police relatant votre course naturiste dans un lieu culturel). Bref, pour illustrer l’expérience en version carnet de voyage.
  • L’autre moitié du carnet sera libre, pour que votre moitié puisse lui aussi y noter des expériences qu’il aimerait vivre avec vous (le mien avait proposé de « manger des tarentules en amoureux »). 

En piste, libérez votre créativité pour réaliser le précieux carnet.

carnet-croquis-kerby-rosanes1

Illustration : http://kerbyrosanes.com/

2. Le cadeau délicieux : l’éternel chocolat.

 

Ma sélection s’est faite auprès de 3 chocolatiers :

  • La Manufacture Michel Cluizel nous a concocté un écrin de palets d’amour au chocolat noir 72%. Des chocolats d’exception, des mots d’amour, je fonds …  Prix conseillé : 3,90 €.
  • Le célèbre chocolatier troyen Pascal Caffet (MOF et champion du monde, s’iiiiil vous plaît) s’est amusé à décliner le canard coquin popularisé par Nathalie Rykiel, en chocolat noir garni de praliné noisette. Le nom de cette gourmandise ? Ange ou démon. Prix conseillé : 17,89 €.
  • Si vous flirtez du côté de Montpellier, faite un détour par le chaleureux bar à chocolat : Mademoiselle & Chocolat, elle aussi vous a préparé une gourmandise ! Vous pouvez la suivre sur son compte Twitter @mlleetChocolat

chocolat_saint valentin

 

3. Le cadeau : découvrir une autre facette de sa féminité.

 

On a toutes eu envie d’avoir un jour des photos de nous en mode « bombasse ». J’ai une excellente nouvelle, c’est possible ! Pour cela, je vous emmène dans les bras de la belle Ewa Cieszkowska.

Notre rencontre n’avait rien laissé au hasard, je l’ai rencontré en dégustant une pâtisserie à se pâmer. Séduite par sa féminité, je n’ai pas hésité à lui parler, ce qui m’a permis de découvrir son travail de photographe.

Cette jolie femme vous propose des shooting privés pour vous sublimer en icône afin d’exprimer votre sensualité (prix sur devis). Elle organise aussi ponctuellement des ateliers Pin Up sur Paris.

ewa_cieszkowska

.

 

 

4. Le cadeau atypique : le pisse debout.

 

Oui, homme audacieux et rieur, ce choix de cadeau est pour toi ! C’est un cadeau pour une valentine curieuse et ouverte d’esprit.

Aimer sa girlfriend, c’est aussi savoir se mettre à sa place. Et savoir qu’il lui est arrivé un nombre incalculable de fois, d’aller aux toilettes et de se retrouver face à un dilemme éprouvant : libérer dame vessie ou contracter une infection dont on préfère entendre le nom dans un épisode de Dr House.

Même après des années de pratiques du yoga, stretching et sport en tous genres, aucune femme n’aime cette position « assise en suspension » alors que les hommes restent debout, droit comme une frite pour faire leur petite affaire ! Heureusement, voici l’astuce discrète qui vient nous rendre un fier service : le « magic cone » ou dans sa version française, le pisse debout. Vous vous posez des questions ? Toutes les réponses sont ici  www.pissedebout.fr et dans ce court-métrage version rétro.

pissedebout_pochette

 

Il vous reste encore quelques jours pour aller découvrir la très belle exposition que le musée Maillol consacre à l’artiste Artémisia Gentileschi intitulée  » Artémisia 1593/1654 : pouvoir, gloire et passions d’une femme peintre ».

On y découvre une artiste incroyablement douée, qui de surcroît représente la femme dans ce qu’elle de plus fort et de plus noble. Son histoire est aussi intéressante que sa peinture, puisqu’elle a travaillée dès son plus jeune âge avec son père Orazio Gentileschi. Père qui fait assez rare pour l’époque, portera plainte quand un autre artiste, Agostino Tassi, abusera sexuellement de la jeune Artémisia. Elle fut la première femme admise à l’Accademia del Disegno de Florence, mais aussi l’une des plus célèbres artistes de son époque.

On y découvre sa peinture mais également de très belles lettres d’amour, que j’aurai aimé écrire.

Les femmes ici sont rondes et libres, parfois opprimée et parfois capable de tous les courages pour sauver leur peuple. On y voit à l’instar de sa vie, des femmes qui prennent leur destin à bras le corps.

Je vous conseille vivement de prendre un audio-guide. Le musée est de taille moyenne, mais j’ai réussi à y passer plus de 2H… de bonheur.

Le petit plus. Votre billet vous donne également accès à l’exposition permanente du musée qui m’a permise de découvrir quelques oeuvres d’une autre artiste féminine : Séraphine Louis. Je vous conseille le film éponyme.

Informations :

  • Exposition Artémisia du 14 mars au 15 juillet 2012
  • Musée Maillol : 61 rue Grenelle 75007 Paris. Métro : rue du bac (L. 12).
  • Horaires : ouvert tous les jours, même les jours fériés de 10h30 à 19h00.Nocturne le vendredi jusqu’à 21h30.
  • Prix d’entrée : 11 €. Vente des billets tous les jours, jusqu’à 18h15 et le vendredi jusqu’à 20h45.
  • Audio-guide : 5 €

Pour chacune d’entre vous

Sois le genre de femme, pour laquelle lorsque tu poses les pieds sur le sol
chaque matin, le diable se dise : « OH MERDE, elle est levée !! »

La vie est trop courte pour se réveiller avec des regrets.
Aime les gens qui te traitent correctement et aime ceux qui ne le
font pas, simplement parce que tu en es capable.

Crois qu’il y a une raison pour tout ce qui t’arrive dans la vie.
Si tu obtiens une deuxième chance, saisis-la avec tes deux mains.
Si ça change ta vie, n’hésite pas, fais-le’

Embrasse lentement.
Pardonne rapidement.

Il ne nous a jamais été promis que la vie serait facile.
Il nous a juste été promis qu’elle en vaudrait la peine.

Trouvé sur un forum …

Mon portrait a été réalisé par Aline Lunau

Bon je vous l’accorde à mon âge, je ne devrai plus me poser là question. Je devrai avoir déjà toutes les réponses. Mais non ! ;)

Je l’avoue sans aucune pudeur, certains zhommes sont en général très très amoureux de moi. Pendant au moins 15 jours ! Après, trou dans la chaussée, baguette magique ou affres de la vie… Ils disparaissent. Les hommes ont en général sur eux tout un arsenal du « je ne peux pas m’engager là maintenant, tout de suite c’est pas possible, y’a de l’huile sur le feu » … Même s’il ne s’agissait en fait juste d’apprendre à se connaître.

Parmi, le cher inventaire de leurs excuses, ils ne peuvent pas car :
– Ils ne sont pas prêts.
– Ils ont eu une enfance difficile.
– Ils sont absorbés par leur vie pro.
– En sortant avec une petite brune, ils réalisent qu’ils aiment les grandes blondes.
– En vous embrassant, ils réalisent que Samantha, celle qu’ils viennent de quitter. C’est THE femme of their life.

Au début :
– Je pleurais à chaudes larmes.
– J’implorai le ciel en écoutant des chansons mélancoliques.
– Je criai des pourquoiiiiiii à mon pot de Nutella qui par solidarité masculine je présume, ne pipait pas un mot.

Maintenant quand je constate un évanouissement dans les airs je me dis : ah tiens c’est son heure. Bon voyage l’ami :) Mais grâce aux joies de l’ère moderne, je m’aperçois que ceux qui disparaissent, qui n’ont même pas la force ce clapoter un message (aïe mes doigts, aïe, aïe) : consultent mon blog (parfois toutes les heures) et mon profil Facebook. Oh toi mââââle adepte de la disparition surprise, ne serais-tu pas un peu perdu à l’intérieur de ton dedans ?

C’est donc le Karaté TOS de Troyes dirigé par Fabrice Vinot, qui m’a accueilli. Si simplement, je vous dis que pendant des années mon adage personnel c’était « le sport c’est comme la drogue ça ne passera pas par moi », je pense que vous avez vite en tête mon profil sportif. Je voulais présenter ce club, parce que me faire rester c’était loin d’être un pari gagné. Comme dans toute discipline, l’accroche avec l’enseignant est fondamentale. Fabrice a 5 dan a son actif, et enseigne le karaté wado ryu depuis 30 ans, mais ce n’est pas cela qui a retenu mon attention. Ses cours reposent sur une vraie pédagogie, qui s’adapte à tous les niveaux et à tous les tempéraments. Cela se retrouve d’ailleurs fortement dans l’ambiance du club où les plus gradés encadrent les nouveaux. Du coup, si vous êtes tous perdus (comme moi) ou désireux de partager (comme moi aussi) c’est le bonheur.

Bon je ne vous cache pas qu’à l’heure actuelle, je ressemble plutôt à un bisounours sur un tatamis.
Fabrice – Tu as qui en face de toi ?
Célinette – Ben Sarah.
Fabrice – Non tu as un type horrible qui te veut du mal !
Célinette – Ah bon ?!!!

Moi qui voulait me maintenir en forme, je ne pouvais pas trouver mieux. Parce que l’échauffement au karaté c’est clairement pas pour les mauviettes. J’ai initialement opté pour la tactique de repli stratégique, en m’éloignant le plus possible de l’axe de vision de Fabrice (au fond à gauche me semblait cré cré bien). Sur ce Fabrice m’a très aimablement proposé de venir au milieu de la salle. Quand je vous dis qu’il est super sympa ! De plus je tiens à souligner le tempérament écologique de Fabrice (et vous savez l’importance que cela a pour moi) puisqu’il ne chauffe quasiment pas la salle. Si c’est pas beau tout ça :) Bon remarquez après 5 minutes d’échauffement, on a plus froid c’est clair ;)

En dehors du karaté, du self défense et de l’aïkido, le club propose du body karaté (exécution de mouvements de karaté sur un rythme musical). Je me suis dit, je vais m’y inscrire ça doit être relax. Pour finalement m’apercevoir qu’en trois cours j’avais pris des bras et des abdos, grâce au dynamisme et à l’entrain de Laurent. Malgré une pratique un peu disparate (je suis souvent en déplacement) et des difficultés personnelles à reprendre le sport, je suis ravie d’être membre de ce club. J’ai rarement trouvé un anti-stress aussi efficace que celui-là. Et j’avoue que ce sport à une incidence directe sur la confiance que l’on peut avoir en soi. Un jour, je sais que je pratiquerai le karaté avec dextérité et que je ferai au moins aussi peur qu’une tranche de jambon de chez Leader Price (si si j’vous jure).