Tag

Marseille

Browsing

Un ami, Laurent m’a invité à découvrir un hôtel dans lequel il a travaillé pendant plusieurs années : l’Alex hôtel. Situé au coeur de Marseille, il suffit de descendre le fameux escalier de la gare Saint-Charles puis de faire quelques mètres sur la droite pour pousser les portes de l’établissement.


Les alentours de la gare, soyons honnête, n’offrent pas les plus beaux atouts de la ville. Pourtant, si comme moi vous voyagez ou avez voyagé souvent, il est très appréciable d’avoir une bonne adresse d’hôtel près d’une gare. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en entrant dans cet hôtel. Le contraste entre le quartier et le décor du hall est saisissant. Un camaïeu de bleus, de gris et de jaune paille nous plonge tout de suite dans l’atmosphère.

Cet hôtel appartient à un particulier qui a peu à peu développé le lieu, en l’agrandissant. L’hôtel comporte aujourd’hui 33 chambres. J’ai eu la chance de le rencontrer. Il ne veut pas avoir davantage de chambres, car il veut garder une forme de proximité et une belle qualité d’accueil avec ses clients. 

Le soin apporté à la décoration est un véritable plaisir : beaux matériaux (carreaux de ciments, tomettes, artistes locaux. À cela s’ajoute la propreté de l’établissement (oui, je suis maniaque), orchestré entre autres, par les doigts de fée d’Amale et Khadija que j’ai croisées lors de ma visite.

Je suis une grande fan des hôtels. Si j’étais riche, j’y passerais ma vie. C’est pourquoi, j’avais même accepté de tester un hôtel dans ma propre ville (voir mon article sur l’hôtel de La Poste à Troyes). Mais, j’avoue que quand l’hôtel a une partie spa, je suis comblée. C’est le cas de cet hôtel qui accueille un très agréable spa que j’ai uniquement visité mais pas encore testé. Pour la simple raison que la piscine est en construction, et que je vais patienter pour la découvrir.

Le bar et sa petite terrasse intérieure qui surplombe le patio, prolonge la quiétude de l’établissement. Ils ont également un système assez incroyable pour pouvoir déguster un verre de vin à toute heure à la bonne température et dans les bonnes conditions. On m’a proposé de la tester via un verre de Chablis (je suis incapable de résister à un verre de Chablis).

En conclusion, cet établissement et son personnel vous offrent une belle expérience au pied de la gare emblématique de Marseille.

Bon séjour à Marseille, Céline :)

Dans ma volonté de découvrir Marseille, je me suis laissée tenter par la découverte du restaurant Gingembre, situé au coeur du quartier Noailles. J’avais l’intuition que ça allait être un chouette moment. Mon intuition fut bonne ! J’ai décidé d’y emmener Laurent aka Monsieur Fraises pour notre première rencontre. Amateur de bonne cuisine et de découvertes, il accepta pour mon plus grand plaisir.

Il faut scruter la rue d’Aubagne pour repérer les bonnes adresses. C’est une rue animée, haute en couleurs, bruits, et contrastes. On y croise des gens venus faire leurs courses ou boire un café, tout comme les personnes qui vous vendent des produits volés (je dois avoir une bonne tête ou une tête de gourmande, parce qu’on a tenté de me refiler du chocolat). Et au cœur de ce quartier populaire, une devanture assez discrète indique “Gingembre”. 

Ce qui frappe en entrant dans ce restaurant, c’est le cadre super-sympa. C’est une déco à la fois pop et douce (du rose pâle, du jaune vif, du vert d’eau) qui se marie aux lampes en paille tressée, éclairant le sol en béton brut. Le restaurant est tout en enfilade. Nous avons déjeuné au premier étage.


Image
Image

Pour la petite histoire, Gingembre a été co-fondé par Tony Hua et Aurélien Lecour, en association avec la famille Sy, bien connue pour leurs magasins Tamky, qui sont une institution dans le quartier.

La carte est petite comme j’aime : 6 entrées, 5 plats et 2 desserts le jour où j’y suis allée.  Au menu ce jour-là, pour les entrées : panier de dim-sum, palourdes citronnelle, bulots soupe coco, soupe wontons, brochettes de poulet satay … Pour les plats, grand pho Ga, pangas au caramel, tofu aux fèves noires, poitrine de porc en ragoût, wok poulet et peanuts … Je me suis laissée tenter par des brochettes de poulet satay en entrée, suivi du pho et du riz gluant sucré à la mangue en dessert, accompagné d’un café.


Image
Image

J’ai passé un excellent moment. Les aliments de base sont frais et savoureux. Les combinaisons de saveurs sont originales et douces en bouche. On sent un mélange de cuisine traditionnelle et de volonté créative. Je pense que la carte doit changer régulièrement (j’ai oublié de demander). Il est donc fort probable que vous découvriez le talent de ces chefs autour d’un tout autre plat lors de votre passage. Bravo à toute l’équipe de Gingembre pour sa cuisine qui a régalé mes papilles !


Image
Image

INFORMATIONS :

  • Restaurant : Gingembre 39 rue d’Aubagne 13001 MARSEILLE
  • Horaires : du Jeudi au dimanche, midi et soir
  • Type de restaurant : bistrot urbain vietnamien
  • Déco : épurée ·  pop · chaleureuse et indus (oui tout ça réuni)
  • Service : aimable, chaleureux et efficace.
  • Prix : Entrée entre 6 et 12 € / plat principal autour de 15€
  • Cuisine : vietnamienne, fraîche et travaillée
  • Autre infos : réservation recommandée · Repas sur place · Vente à emporter · Aucune livraison
  • Les plus : personnel à l’écoute qui prend le temps de vous informer / cadre super sympa 

Dans l'optique de mon emménagement début décembre sur Marseille, je commence à découvrir des petits lieux sympas pour se restaurer. Au menu aujourd'hui : streetfood, kebab, légumes grillés, produits frais et petits budget. Il est à deux pas de mon nouveau chez moi. Je m'avance peut-être, e mais je pense qu'il fait partie des meilleurs kebabs de Marseille.

On a donc dégusté sur une petite terrasse simple mais sympathique ce kebab garni de légumes frais (concombre, tomate) et grillés (aubergine, poivron, oignon ...), agrémenté de fromage feta frais. C'était copieux, assez léger pour un kebab, bien servi (quantité comme décoration). Les frites sont maisons et parfumées au thym. L'assaisonnement est équilibré et savoureux. Il y a plusieurs versions de kebab (maison, escalope de dinde, falafel, viande hachée). Et plusieurs plats végétariens. Les prix sont très corrects vus la qualité. Un vrai plaisir !


Les points forts : produits frais, Kebab entièrement fait maison (sauces , frites, légumes grillés)

Prix : entre 7 et 8,50 €

Style : streetfood, kebab, cuisine orientale

  • Frisch süßes - Berliner Kebap
  • 53 Av. Robert Schuman, 13002
  • Leur page Facebook ici

J'ai passé mes vacances de Noël à Marseille, voici les bonnes adresses où j'ai aimé manger. Au menu de la cuisine de comptoir dans un ancien bar coquin, du poisson, du couscous pas cher du tout, et une épicerie aux saveurs envoûtantes !

Manger de la "cuisine de comptoir" au Sweet's Lady

Alors que nous nous dirigions vers une autre destination au hasard des rues, en traversant le quartier de l'Opéra, Cherazad a voulu me montrer cet endroit atypique nommé "Sweet's Lady". C'est un bar-restaurant tout en longueur avec des murs bleu foncé qui vous plonge tout de suite dans une atmosphère particulière. A l'origine nous sommes rentrées juste pour connaître les horaires. Mais, j'ai vu passer des plats et le serveur était particulièrement drôle et relax. Du coup, on a eu très envie de goûter à cette cuisine qui nous promettait tant de choses.

La décoration oscille entre un bar à volupté (ce lieu est un ancien bar d'hôtesses au coeur de l'ancien quartier "chaud" de la ville) et un bistrot remis au goût du goût pour accueillir une cuisine fraîche et originale. J'ai craqué pour la déco rétro avec une tendance année 70 (banquettes en velours, anciennes couvertures du magazine Lui encadrées, sans oublier le majestueux pan empaillé qui trône à l'entrée du restaurant). Mention spéciale pour les assiettes de brocante dans lesquelles nous ont été servis des plats qui ont ravi nos papilles. 

La carte de taille raisonnable indique de suite que l'on va trouver des produits frais du marché. Pour ma part, j'ai opté pour une assiette kefta à la sauce à la menthe, et des pommes de terre au romarin absolument délicieuses. Mes convives ont cédé à la tentation du croque-monsieur au jambon et à la truffe, ainsi qu'aux tartines avocat mimosa & saumon fumé. J'ai accompagné mon plat d'un vin au verre (un vin rouge du sud dont j'ai oublié le nom mais qui était tout à fait à mon goût, il n'aura pas fallu me laisser seule avec la bouteille). Nous avons joyeusement clôturé ce repas sur un pain perdu au caramel au beurre salé.


La carte du jour quand j'y suis allée

Tartines avocat mimosa & saumon fumé

Les délicieuses keftas et leur sauce à la menthe !

Le croque monsieur jambon et truffe

Autant vous dire que ces pommes de terre étaient succulentes  !

Le pain perdu au caramel de beurre salé

  • Sweet’s Lady
  • Adresse :  29 Rue Glandeves 13001 Marseille
  • Lieu : quartier de l’Opéra ; Métro Vieux-Port
  • Horaire : Lundi au Vendredi : 12h00-14h30 et Mercredi, Jeudi, Vendredi : 19h00-01h00
  • Téléphone : 04 91 61 45 95
  • Style de cuisine : Cuisine de comptoir ; Cocktail bar 
  • Prix : Entrées  4 /11€ ; Tartines, Croque-Monsieur 11/13€ ; Plats : 12/15 € ; Desserts : 6€

Manger du poisson à Marseille

Impossible de passer à côté de cette institution du poisson à Marseille qui existe depuis 1956. Elle ne paye pas de mine de l'extérieur, poussez les portes de ce chouette établissement vos papilles vont vous dire merci !

Toinou propose soit un service d'écailler avec ses arrivages journaliers (à l'extérieur), soit un restaurant (à mi-chemin entre le restaurant et le self, j'ai bien aimé le côté "à la bonne franquette tout en ayant un service de qualité). Les prix sont corrects et la qualité est au rendez-vous. Le personnel est très sympathique ce qui renforce le côté plaisant de l'expérience. Et la mayonnaise est maison. Seul bémol, les frites ne sont pas des frites maisons (mais copieuses). Mais comme, on se régale, on leur pardonne ! 

Il y a pas mal de formules proposées.Comme, il y a des formules différentes, ça permet à des groupes d'amis avec des budgets différents de passer un bon moment. J'ai bien aimé la formule avec 6 huîtres et un verre de vin à 9 euros (je me dis que c'est parfait pour un apéro entre amis). Ce midi, là, je l'ai prise en guise d'entrée. Les amateurs de fish & chips seront ravis d'en trouver (réalisés avec le poisson du jour). Pour ma part, j'ai craqué pour un assortiment d'huîtres et une grosse langoustine grillée. Exemples de produits proposés par cette maison : "crustacés, coquillages, huîtres d’exception, langoustines, langoustes, crevettes, bulots, tourteaux - pochés le matin par nos soins - et aussi de poissons grillés, de tapas de la mer et de nos fritures du jour". Ils proposent aussi quelques recettes sur leur site. J'aurai voulu vous faire plus de photos mais comme j'étais en mode gourmande, j'ai dévoré mes plats et après, je me suis dit et m... les photos :D


  • Toinou
  • 3, cours Saint-Louis 13001 Marseille
  • Tél. 04 91 33 14 94
  • Horaires : ouvert 7jours/7 de 11h30 à 22h00
  • Possibilité de commander en ligne sur leur site 

Manger pas cher à Marseille

Le coût de la vie relativement peu élevé, pour une ville de cette taille, est une des choses qui m'a vraiment marqué à Marseille. Comme notamment la possibilité de manger pas cher. Alors comme dans toutes les grandes villes de France, il y a maintenant des applications anti-gaspi qui vous permettent de manger pas cher, mais il y a aussi des petites adresses vraiment très abordables.


On trouve par exemple de bonnes adresses de coucous, comme cette adresse "tunisienne" qui propose de bons couscous entre 6 € et 7,50 € dans une ambiance vraiment sympathique. Pour vous donner un exemple concret, nous étions deux et nous avons pris " 2 Thé à la menthe ; 1 Couscous kefta merguez ; 1 Coucous légumes et 1 pâtisserie" on en a eu pour 18,50 € soit moins de 10 € par personne pour un repas copieux. Nous avons pris la version à emporter. Ils proposent aussi des soupes chorba à 4€, des brick à 4€, des omelettes aux fines herbes à 3,50€. Autant vous dire que si demain, je venais à vivre à Marseille, je ne mangerai pas souvent chez moi !

La Goulette. 1, rue du Pavillon. Tél. 04 91 33 39 90 Restaurant salon de thé. Ouvert 7j/7 de 9h à 22h sur place ou à emporter.

Une bonne épicerie à Marseille : l'épicerie l'idéal

J'y suis passée en vitesse sans avoir le temps d'y manger, mais tout semblait délicieux. Cette épicerie, cave, restaurant toute en longueur m'a fait salivé comme jamais. Je la note pour mon prochain séjour. Elle est répertoriée par le fooding, je ne suis pas étonée.

  • Epicerie l'idéal
  • 11 Rue d'Aubagne, 13001 Marseille
  • Ouvert 7/7. Du lundi au samedi de 9H30 à 19H. Le dimanche de 10H à 18H
  • Prix (restauration) : de 15 à 35 €
  • Voir les photos des clients sur Instagram 

Manger à Marseille, mon avis :

Je suis restée seulement quelques jours à Marseille. Je vous ai livré des adresses différentes mais bien sûr, il m'est impossible sur aussi peu de temps d'avoir une vue extensive des possibilités gustatives de la ville.

Je suis très agréablement surprise par mon séjour. J'y ai bien mangé, pour des tarifs tout à fait corrects. Le petit plus, en général, les commerçants sont vraiment agréables à Marseille. Ce qui j'avoue nous change pas mal de Paris (et c'est une parisienne d'origine qui le dit ;) Bref, cette ville est Célino-validée !

Je vous encourage à me donner, en commentaire, vos petites adresses pour mon prochain séjour dans cette ville :)

Je suis allée fêter Noël à Marseille, invitée par la belle Chérazad. Je me suis dit que c'était une très belle occasion de découvrir cette ville aux milles préjugés. J'y suis allée et contre toute attente, j'ai beaucoup aimé. Laissez-moi vous guider vers quelques-unes de mes visites. Mais pour commencer, j'avais envie de vous laisser découvrir cette très belle vidéo.

On a tous une vision binaire de Marseille. Soit celle d’une ville ultraviolente, soit celle de la carte postale avec son port et ses calanques. La plupart des Marseillais évoluent entre ces deux mondes, et c’est ce que Maison Lucha, agence de création visuelle marseillaise, nous propose de découvrir au travers d’une vidéo inédite sur la ville. www.maisonlucha.com


Mucem : Musée des Civilisations - Europe et Méditerranée‎

"Le musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM) est un musée national situé ouvert depuis 2013. Se définissant comme un « musée de société » il est consacré à la conservation, l'étude, la présentation et la médiation d'un patrimoine anthropologique relatif à l'aire européenne et méditerranéenne, à partir de collections d'origine internationale et de recherches tournées vers une approche transdisciplinaire, concernant les sociétés dans leur totalité et dans l'épaisseur du temps. Au-delà des collections, le MuCEM a pour vocation de fonctionner comme un forum, un lieu de débats, où les présentations de référence et les expositions temporaires s'articulent autour de grandes questions de société" source Wikipédia

Exposition : "Nous sommes Foot"

Nous n'avions pas trop le choix côté expo, car je suis venue pendant les fêtes et que j’adore les visites guidées. La seule disponible en fonction de notre emploi du temps, c’était l’exposition « Nous sommes foot ». Je ne suis pas fan de foot mais je suis ouverte sur le sujet. Du coup, j’ai dit banco !

"Et si nous oublions tous nos a priori sur le football ? Et si, nous revenions aux sources d’un sport qui, abîmé par le « foot business », reste avant tout une pratique et une passion populaires, capable de réunir une bande d’amis, d’unir un quartier, de rassembler une ville entière, de fédérer toute une nation, au-delà des fractures sociales et politiques qui, chaque jour, s’acharnent à la désunir. Et si nous osions accoler au mot « football » les adjectifs « social », « culturel » et « politique » ? Grâce à plus de 400 oeuvres, objets, photos, installations et vidéos issus des collections du Mucem, de musées, de fédérations de football ou de collections privées (Musée National du Sport à Nice, Fédération Française de Football, Fédération Sportive et Gymnique du Travail, Fondation Pinault, Musée du FC Barcelona, Musée Olympique, Fifa Museum, etc.) et d’enquêtes collectes, le Mucem souhaite rendre hommage au football et à la culture populaire qui l’accompagne, en Méditerranée comme à Marseille, promue en 2017 au titre de capitale européenne du sport"


En entrant, on arrive aussi directement sur les unes de  Charlie Hebdo ce qui marque que la critique du monde du foot a sa place dans l'expo. Le journal a consacré 92 unes au foot. Biensur, on y parles des origines du foot, le pallio italien.La première partie de l'exposition est un peu bruyante. C'est volontaire, on y trouve un ensemble d'effets sonores visant à créer une atmosphère d’immersion. On y comprend que le foot est à cheval entre le loisir collectif et la religion (j'ai vu des kippas à l'effigie de certains clubs). Puis l'on découvre vite des figures célèbres du foot, comme Albert Camus (qui était gardien) ou encore Marcel Serdan (que l'on connait plus pour sa carrière dans la boxe).

J'ai pu découvrir les coupes de foot et souvent leurs copies (j'ai appris qu'il y avait eu des vols de coupe de foot). Un chien anglais est célèbre pour avoir retrouvé une des coupes volées. Bien sûr, il y a un volet consacré à Marseille et le foot dont celui sur le projet rénovation du stade marseillais. J'ai appris que l’avis des supporteurs avait pesé dans les prises de décisions. Le volet sur les clubs de supporteurs est impressionnant, en passant des petits clubs, aux ultras puis bien à part au mouvement inquiétant des hooligans.

Le foot, se décline dans le monde entier. Entre les clubs qui perdurent pendant la guerre de Sarajevo, à l'équipe de foot de sans-papiers (équipe alma africa dont le maillot avec article 14 de déclaration universelle des droits de l’homme), à l'équipe de foot féminine de Palestine dans un contexte où la femme et le sport ne sont pas toujours bien perçu. On y trouve aussi le maillot de Muntari, Sulley Muntari, le milieu de terrain de Pescara qui avait quitté le terrain après des insultes racistes lors d'un match à Cagliari.

La partie sur le foot pendant la Seconde Guerre mondiale m'a aussi particulièrement touché, avec des histoires incroyables comme celle d'Emanuel Mink et de Saturnino Navazo. Il y aurait encore mille choses à vous dire sur l'expo. Mais le mieux c'est vraiment d'aller la voir :)


Mon avis sur l'exposition "Nous sommes foot"

C'est une expo pour tout le monde même ceux qui n’aiment pas le foot. Personnellement, si je ne suis pas fan de foot à la base, j'ai vraiment beaucoup aimé cette exposition que je vous recommande vivement ! J'ai pris une visite guidée (je suis une grande fan des visites guidées). Notre guide José a vraiment rendue l'exposition aussi vivante qu'intéressante.

C'est une expo réaliste et complète sur le monde du foot Football : les bons côtés (les valeurs, la solidarité, la passion) comme les plus sombres (la corruption, les mouvements extrémistes). Seul bémol, on peut dire que le foot féminin a été un peu négligé sans toutefois avoir été oublié.  Notre guide José, a souligné que c'était la première fois qu’une exposition sur le foot était faite de cette manière-là et je suis assez d'accord avec lui.



  • Exposition « Nous sommes Foot »
  • Du 11 octobre 2017 au 4 février 2018
  • Livre "Nous sommes Foot" Coédition Mucem / Desports – Éditions du sous-sol. Sous la direction de Gilles Perez et Florent Molle, avec Kaouther Adimi, Hubert Artus, Claude Boli, Philippe Broussard, Christophe Calais, Bernard Chambaz, Paul Dietschy, Vincent Duluc, Marion Fontaine, Naiara Galarraga, Eduardo Galeano, Christophe Guilluy, Benoit Heimermann, Yasmina Khadra, Nicolas Kssis-Martov, Ludovic Lestrelin, Ken Loach, Sébastien Louis, sous-commandant Marcos, Gabriel Garcia Marquez, Jean‑Claude Michéa, Manuel Vazquez Montalban, Michel Naït-Challal et François Thomazeau.


Rien que le bâtiment en lui-même, sa disposition et la vue justifie le fait d'aller découvrir ce lieu


Notre dame de la Garde

Je n'avais jamais visité cette basilique et je dois dire que ça vaut vraiment le détour. La vue est incroyable et il y a une ambiance mystique peu commune renforcée par le mistral qui tournoie autour du bâtiment, laissant entendre un chant particulier.

"Notre-Dame-de-la-Garde (en provençal, Nostro-Damo de la Gardo), souvent surnommée « la Bonne Mère » (la Boueno Maire en provençal), est une des basiliques mineures de l'Église catholique romaine. Elle est située à Marseille, à cheval sur les quartiers du Roucas Blanc et de Vauban, sur un piton calcaire de 149 mètres d'altitude surélevé de 13 mètres grâce aux murs et soubassements d'un ancien fort. La colline Notre-Dame-de-la-Garde constitue un site classé depuis 19171. Construite par l'architecte protestant Henri Espérandieu dans le style romano-byzantin et consacrée le 5 juin 1864, elle remplace une chapelle du même nom édifiée en 1214 et reconstruite au xve siècle. Bâtie sur les bases d'un fort du xvie siècle construit par François Ier en 1536 pour résister au siège de Charles Quint, la basilique comporte deux parties : une église basse, ou crypte, creusée dans le roc et de style roman, et au-dessus une église haute de style romano-byzantin décorée de mosaïques. Au sommet d'un clocher carré de 41 mètres de haut surmonté lui-même d'une sorte de tour de 12,5 mètres qui lui sert de piédestal, se dresse une statue monumentale de 11,2 mètres de la Vierge à l'Enfant réalisée en cuivre doré à la feuille. Véritable palladium de la ville de Marseille, Notre-Dame de la Garde est depuis le Moyen Âge considérée comme la gardienne des marins et des pêcheurs". Source Wikipédia

Les plus courageux iront la visiter à pied (je vous préviens, ça monte) les autres prendront le bus.


Cette visite était aussi l'occasion de retrouver mon amie, l'effeuilleuse burlesque Cherry Lyly Darling

Quartier, le cours julien : street art, créateurs et petits cafés.

Situé au coeur du centre-ville de Marseille, c'était l'ancien quartier des maraîchers dans les années 70. Depuis, les créatifs, les artistes et les musiciens y ont élu domicile. J'ai arpenté ses petites rues et ses zones piétonnes de nuit car je n'ai pas eu le temps de le faire de jour, mais même de nuit, ça valait le détour. J'ai aimé les petites boutiques, les cafés, les restaurants du monde, le street art, et son ambiance particulière.


Cette image ne veut pas se mettre à l'endroit, je ne sais pas pourquoi. Penchez la tête sur le côté, vous verrez, elle est bien ;)

Bien sûr, il y a mille autres choses à voir à Marseille : les calanques, faire des randos ... Mais je n'ai pas eu le temps de tout faire, ni de tout écrire :)

Et vous quels sont les endroits que vous aimé visiter à Marseille ?