Tag

rupture

Browsing

« C’est étrange cette situation, tu ne trouves pas ? » Lui ai-je dis sur le chemin de la gare. Il a acquiescé, a déposé sur moi un regard triste, puis a mis sa main sur ma cuisse, me rappelant comment j’aime chez lui ce genre de tendresse.

Quelques heures plus tôt, je m’étais levée, nous avions déjeuné. Au creux d’une situation classique j’ai réalisé que notre relation était en soin palliatif, pas bien vaillante, qu’il lui restait peu à vivre. Mon diagnostic n’était pas encourageant. C’est toujours une sensation étrange, comme un rideau de plomb qui se referme appuyant bien fort sur le plexus, nouant tous vos muscles des plus petits aux plus grands.

Alors je suis allée prendre une douche. C’est un lieu plaisant pour pleurer. On peut y mêler son eau en toute discrétion. Seul le sel pourrait venir nous trahir. Puis j’ai mis ma robe de soie blanche. Je me suis toujours dit que face à l’élégance, le chagrin pèserait moins lourd. Il est venu, m’a regardé et m’a dit « ça va ? ». J’ai répondu « oui », mes yeux le contraire.

Il y a des ruptures sans violence. Ce sont des ruptures d’évidence. Vous pensiez être deux dans une histoire mais cela manque de place. L’autre n’arrive pas à ranger ses affaires, à trier ses sentiments, à retrouver ses envies, pour laisser à votre amour la place nécessaire pour s’épanouir. Vous l’aimez, il vous aime … Mais un peu moins. Et c’est ce qui fait toute la différence.

Entre constat et pleurs, vous vous serez dans les bras l’un de l’autre. Vous prévoyez de partir, mais avant vous passez encore un peu de temps ensemble, pour boire un bon vin (autant que la fin soit savoureuse), vous riez parce que putain ce que c’est bon, puis au milieu de tout cela, vous pleurez parce ce que merde cette fin vous ne la voulez pas. Et là, vous faites ce que vous ne pensiez pas possible : vous vous quittez sur des « je t’aime ».

Saloperie de samedi …

Voir l’autre et ne pas savoir,
Ce qu’on a été pour lui.
Ce qu’on est aujourd’hui.

Si la relation s’est terminée le jour où il a franchi ma porte.
Si elle a vécue encore.
Si au creux de ses journées, ma voix lui revenait dans le cœur,
mes mains se posaient sur son corps.

Le regarder au hasard d’une rue et ne pas savoir.
Ne pas savoir ce qui précipite, une belle relation à une sombre indifférence.

Le regarder sans s’accorder vraiment le droit de le faire.
Avoir ses questions sans ses putains de réponses.

Se dire qu’on ne les aura jamais, que parfois il faut se taire.
Continuer sa route, avec le passé dans la face, et l’avenir incolore…

Ce qui va suivre est une compilation réalisée grâce à différents hommes qui ont croisé ma route (et pas forcément les meilleurs. Mais ne nous leurrons pas, ça fait de belles anecdotes !

voutch

Illustration Voutch

  • Ne pas dire : « tu sais j’ai eu une rupture difficile …. »
  • On comprend tout de suite : que tu n’as pas réfléchi longtemps car on a TOUS eu des ruptures difficiles, et dans la vie soit on avance soit on fait du brassage de vent.
  • Ne pas dire : Après avoir fait l’amour « Tu sais j’ai eu une rupture difficile… »
  • On comprend tout de suite : que tu n’as pas eu le courage de dire que tu ne voulais qu’une relation éphémère et que tu penses que cette issue va te rendre plus humain. Alors qu’elle te rend surtout plus con.
  • Ne pas dire : je n’ai pas trop le temps de te voir en ce moment … surtout quand on est sans emploi.
  • On comprend tout de suite : que tu as dû avoir une très belle note à ta maîtrise de baratinages foireux.
  • Ne pas dire : J’ai besoin de réfléchir
  • On comprend tout de suite : que si tu réfléchissais ça se saurait :)
  • Ne pas dire :  Mais ça n’a rien avoir avec toi tu sais …
  • On comprend tout de suite : mais non … ça à avoir avec l’impact du trouble bipolaire de Nietsche sur sa théorie de la transmutation des valeurs.
  • Ne pas dire : quand on s’est fait topé en flagant délit de « je te drague mais j’ai quelqu’un » ben oui j’ai quelqu’un mais tu m’as envoûté tu sais … C’est pas facile … Mais, Céline … Protèges-toi de moi !
    On comprend tout de suite : que tu n’as pas bien compris qu’un homme qui trompe ça fait tout, sauf envie.
  • Ne pas dire : suite à « tu ne trouves pas que garder tes chaussettes pour faire l’amour c’est le top du blaireau attitude ? » « ben en fait comme pendant l’acte, le sang est concentré dans mon sesque, du coup, il m’en reste moins dans les pieds, et ils deviennent froid.
  • On comprend tout de suite : oui oui m’enfin quand tu auras besoin de deux litres de sang pour une érection tu m’appelleras hein ?
  • Ne pas dire : Après être ressortie avec moi ben non en fait on est pote. T’es super …. comme amie
  • On comprend tout de suite : qu’on a pas dû t’expliquer qu’on embrassait pas ses amis avec la langue et que quand on se fout de la gueule de quelqu’un ben justement on est tout … sauf amis.
  • Ne pas dire : Tu mérites mieux que moi tu sais …
  • Ben justement : c’est bien pour ça que je te lourde :-)
  • Mais dire … simplement les choses. Quand on est adulte on est capable de les entendre.

 

Que le bonheur qu'on prend ne soit pas du malheur qu'on donne : je n'ai pas d'autre morale. Maurice Chapelan