Kookaï et la femme audacieuse

 

Quand j’étais adolescente, je traînais mon imaginaire dans les rues du 9ème arrondissement de Paris. Pas très loin de mon collège, on pouvait trouver les bureaux de la jeune marque Kookaï. Ses campagnes de pub m’avaient marquées pour deux raisons. Parce qu’une jeune fille d’une autre classe posait pour eux et parce que contrairement à d’autres enseignes, Kookaï avait choisi de montrer une autre image de la femme.

Loin de clichés, de la femme-objet soumise, leurs affiches mettaient en scène une femme audacieuse qui assumait ses choix et renversait la vapeur en jetant des hommes-objets dans les toilettes. Un brin provoc’, un brin sexiste, oui. Mais l’adolescente que j’étais souriait davantage à cette campagne de pub plutôt qu’à celles des femmes lascives et conquises.

Kookaï a aujourd’hui 30 ans et reste fidèle aux différentes facettes de la femme en réalisant un triptyque de portraits « l’enfer, c’est moi » sous les traits de son ambassadrice Mylène Jampanoï.

Carte blanche à la chorégraphe Blanca Li.

Pour ajouter une nouvelle facette à cette campagne et en restant dans l’idée qu’une femme audacieuse est aussi une muse, la marque a laissé carte blanche à la chorégraphe Blanca Li pour qu’elle interprète librement le triptyque « l’enfer, c’est moi ».

Cette chorégraphie urbaine a eu lieu à Paris en octobre dernier (vous reconnaitrez sans doute le Palais de Tokyo), alors que la Fashion week battait son plein…

 

Le jeu concours #LENFERCESTMOI

Vous avez aussi carte blanche pour pouvoir remporter, chaque mois, une session de shopping illimitée avec 2 de vos amies. Mais pour cela, mon enfant, il va falloir confesser vos pêchés via le jeu #LENFERCESTMOI.

jeu_concours_kookai_lenfercestmoi_2013