En avril 2006, après avoir découvert des blogs, je me risquais à ouvrir le mien, en rédigeant mon premier article. La communauté blog était bien plus petite et une belle solidarité liait ceux qui posaient leurs mots sur ce média émergeant.

Rapidement, je reçus des commentaires et des encouragements. Parmi les blogueurs, chacun y allait de sa thématique : les livres, la mode, la politique, la cuisine, le marketing, etc., . Pour ma part, j’ai choisi le quotidien de la vie. J’y épanchais mes états d’âme mais aussi l’humour que recèlent mille et unes situations.

J’aime les gens. J’aime le contact, les sourires donnés par des passants, comme ça pour rien, pour le plaisir d’échanger. Et j’aime prolonger ces instants de poésies avec ma sensibilité et mes mots.

Ici pas besoin d’être écrivain, juste l’envie de se sentir vivre. On pose ses mots sans prétention.

Aujourd’hui, je pose mes web-valises chez WordPress, faire migrer plus 7 ans de blog et environ de 800 articles va me prendre du temps (je suis obligée de le faire à la main, merci Hautetfort !).  Je vous demande donc de la patience, et de la compréhension car je vais perdre vos commentaires (quelle tristesse cette interaction me touche tant).

Je profite  de cette migration pour vous rendre hommage. Vous qui parfois, depuis des années me lisez. Vous qui à votre manière aussi me soutenez (parce que la vie nous malmène aussi). Et toi, et toi, et toi … Que j’ai rencontré grâce à Internet et qui depuis est mon ami(e).

Ecoutez-moi, je reviens vous écrire …