Soyons clair, je suis une amoureuse de Netflix et je suis toujours très impatiente de découvrir leurs séries. Parmi mes favoris on compte, House of Cards dont la finesse des personnages, les dialogues et les jeux d’acteur m’ont passionné. Et Sense 8 que j’ai dû regarder au moins 5 fois tellement mon amour pour cette série est grand. Je remercie les Wachowski pour ce petit bijou.

Iron fist : 1ère saison – 17 épisodes

Quand je regarde une série, je me dis que beaucoup de personnes ont travaillé dur sur le sujet. Que c’est un travail de fourmi et certainement un travail acharné, donc j’aborde donc les séries avec beaucoup de bienveillance. J’ouvre mes yeux bienveillants de spectatrice et je m’installe. Une bonne série, c’est aussi bon qu’un bon café. C’est un trésor avec lequel je me blottis au fond du lit ou sur mon canapé, un bras généralement ankylosé par le chat.

En amatrice de super héros, j’étais super impatiente de découvrir Iron Fist. La bande-annonce m’avait plu. Et j’étais vierge de toutes critiques quand j’ai abordé la série.

A ce jour, j’en suis à l’épisode 5 et je crois que je n’ai pas la force de continuer, tellement ça devient mauvais. Alors oui, je vous livre un article fondé uniquement sur les premiers épisodes mais les regarder devient profondément pénible et je n’ai pas envie de m’infliger ça. Si au début, je me disais ce n’est pas terrible mais ce n’est pas raté non plus, là on franchit l’insupportable pour moi et je pense qu’un bon bouquin mérite davantage mon attention que les derniers épisodes.

Pourquoi je suis déçue par la première saison d’Iron Fist

La crédibilité du héros …

Le premier épisode annonce le retour du héros, avec un tempérament de jeune voyageur emprunt de culture bouddhiste et bienveillante. Au début, ça passe tout à fait. Puis très vite, il y a une scène de combat et là, le malaise s’installe car elle n’est pas crédible du tout. Quand je l’ai regardé, je me suis dit comment Netflix a pu laisser passer ça. Dès ce moment-là, puis dans les autres épisodes, je n’ai pas réussi à accrocher au côté moine combattant, arme humaine du personnage. Parce que s’il a le visage poupin et naïf qui peut coller avec une partie du personnage, on n’arrive pas à croire en son côté combattant, maître en arts martiaux.

Notamment, car pour en arriver à ce niveau de maîtrise des arts martiaux, moi j’imagine qu’il faut s’entrainer des heures et des heures et continuer à le faire. Là, le type ne s’entraine quasiment jamais et n’a pas l’air vraiment sportif dans sa démarche. Alors moi, le mec qui s’entraine une fois de temps en temps et qui devient un pro des arts martiaux, j’y crois pas mon lapin. Et pour preuve, j’ai fait du karaté. Je n’allais pas assez souvent à l’entrainement et je peux te dire que le résultat, c’est que je n’impressionne personne en arts martiaux. Je n’ai jamais entendu les gens dire quand j’entrais dans la salle « waaaahhouuu, attention, c’est Céline, elle s’est entraînée deux heures ce mois-ci, elle a une maîtrise de ouf, j’ai trop peur qu’elle me démolisse ».

L’acteur bien que je n’aie rien contre lui, et qu’il ait un torse magnifïïïïque et musclé n’a pas le charisme nécessaire à cet aspect du rôle. Mais vraiment pas du tout. Du coup, c’est difficile d’avancer dans la série (mais pas seulement à cause de cela). Je ne sais pas s’il y a eu un souci de direction d’acteur mais plus on avance plus le jeu devient mauvais dans l’ensemble :/

Dans un style complètement différent, j’avais adoré « Ghost dog, la voie du samouraï » de Jim Jarmush, dans lequel l’excellent Forest Whitaker joue un tueur à gages afro-américain qui vit selon les préceptes du Hagakure, code d’honneur des samouraïs du Japon médiéval. Il campe ce rôle avec une finesse et une conviction incroyable. Bon, là, clairement, ce n’est pas ça.

Les dialogues …

Au début, de la série, je me disais, c’est pas terrible mais bon c’est pas complètement raté non plus, ça se regarde. Puis plus tu avances, plus tu découvres un autre aspect assez fou, notamment lié aux dialogues… C’est qu’ils ont fait du héros, un personnage particulièrement niais, aucune finesse intellectuelle ni stratégique, mais vraiment aucune. Si je comprends, le côté naïf qui peut naître quand on est coupé du monde pendant plusieurs années, là, on finit par se dire que le personnage-clé n’est pas très intelligent … et pas convaincant du coup, ça commence à peser dans la balance.

D’une manière générale, les dialogues sont d’une platitude effrayante. On a l’impression de lire un mauvais livre. Pour planter le personnage, on retrouve deux trois citations bouddhiste ou zen de-ci, de-là. Je pense qu’on a été des milliers à se dire, il l’est a pris dans un « fortune cookie » ou quoi ?

La cohérence …

Je suis sans doute un peu terre à terre, mais j’aime qu’il y ait une certaine forme de logique dans une série ou dans un film. Quelle que soit la complexité du personnage, ça nous permet de suivre et ça met en relief la série en lui donnant de la profondeur. Pour cet aspect-là, vous reviendrez.

J’ai déjà parlé du manque de cohérence sur l’aspect combattant, mais vous allez en trouver d’autres. Je me suis arrêtée quand il récite une prière bouddhiste avant de manger de la volaille. Le mec dit qu’il était végétarien pendant des années car il suivait une discipline très stricte et là, il se remet à manger de la viande mais bon, il récite une petite prière bouddhiste avant faut pas déconner non plus. Cette série devient pénible. Le côté strict de son éducation est ce que cela lui a transmis en terme d’attitude et de concentration ne ressort pas du tout pour moi dans la série. Si vous comparez ça, à « X-men first class » on voit très bien par exemple, chez Magneto comment les évènements tragiques et difficiles de sa vie, l’ont marqué dans sa personnalité et dans sa quête. Il a une discipline de fer (le jeu de mots de fou) dans ses objectifs et ça se voit. Sa transpire dans chacune de ses paroles, dans chacun de ses regards.

L’intrigue …

Moi, je n’ai pas lu les comics donc je n’avais pas de base. Là, au 5ème épisode, je n’ai toujours pas vraiment compris pourquoi le héros revient. Il y a vaguement une histoire de combattre une organisation du mal, mais c’est pas fou fou fou, ni très convaincant.

En résumé, pas de personnage-clé convaincant, pas de véritable esthétique dans la série, une intrigue assez chiante et des dialogues que ma petite soeur de 12 ans aurait pu écrire, si elle avait existé … Netflix, je t’aime, mais sur ce coup-là, je ne te suis pas. Car, pour moi Iron fist n’est pas l’arme vivante, mais plutôt « larme vivante » ;)

Autres critiques :