C’est donc le Karaté TOS de Troyes dirigé par Fabrice Vinot, qui m’a accueilli. Si simplement, je vous dis que pendant des années mon adage personnel c’était « le sport c’est comme la drogue ça ne passera pas par moi », je pense que vous avez vite en tête mon profil sportif. Je voulais présenter ce club, parce que me faire rester c’était loin d’être un pari gagné.

Comme dans toute discipline, l’accroche avec l’enseignant est fondamentale. Fabrice a 5 dan a son actif, et enseigne le karaté wado ryu depuis 30 ans, mais ce n’est pas cela qui a retenu mon attention. Ses cours reposent sur une vraie pédagogie, qui s’adapte à tous les niveaux et à tous les tempéraments. Cela se retrouve d’ailleurs fortement dans l’ambiance du club où les plus gradés encadrent les nouveaux. Du coup, si vous êtes tous perdus (comme moi) ou désireux de partager (comme moi aussi) c’est le bonheur.

Bon je ne vous cache pas qu’à l’heure actuelle, je ressemble plutôt à un bisounours sur un tatamis.
Fabrice – Tu as qui en face de toi ?
Célinette – Ben Sarah.
Fabrice – Non tu as un type horrible qui te veut du mal !
Célinette – Ah bon ?!!!

Moi qui voulait me maintenir en forme, je ne pouvais pas trouver mieux. Parce que l’échauffement au karaté c’est clairement pas pour les mauviettes. J’ai initialement opté pour la tactique de repli stratégique, en m’éloignant le plus possible de l’axe de vision de Fabrice (au fond à gauche me semblait cré cré bien). Sur ce Fabrice m’a très aimablement proposé de venir au milieu de la salle. Quand je vous dis qu’il est super sympa !

De plus je tiens à souligner le tempérament écologique de Fabrice (et vous savez l’importance que cela a pour moi) puisqu’il ne chauffe quasiment pas la salle. Si c’est pas beau tout ça :) Bon remarquez après 5 minutes d’échauffement, on a plus froid c’est clair ;)

En dehors du karaté, du self défense et de l’aïkido, le club propose du body karaté (exécution de mouvements de karaté sur un rythme musical). Je me suis dit, je vais m’y inscrire ça doit être relax. Pour finalement m’apercevoir qu’en trois cours j’avais pris des bras et des abdos, grace au dynamisme et à l’entrain de Laurent.

Malgré une pratique un peu disparate (je suis souvent en déplacement) et des difficultés personnelles à reprendre le sport, je suis ravie d’être membre de ce club. J’ai rarement trouvé un anti-stress aussi efficace que celui-là. Et j’avoue que ce sport à une incidence directe sur la confiance que l’on peut avoir en soi. Un jour, je sais que je pratiquerai le karaté avec dextérité et que je ferai au moins aussi peur qu’une tranche de jambon de chez Leader Price (si si j’vous jure).

Et voici une vidéo sur le Karaté d’Okinawa. C’est une pub pour un dvd, la présentation à l’américaine est un peu moisie mais les images valent le coup d’être vues !