Tag

festival

Browsing

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »6″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »8″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »14″][cs_element_column _id= »15″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »24″][cs_element_column _id= »25″][cs_element_image _id= »26″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][x_gap size= »30px »][cs_element_text _id= »6″][x_gap size= »30px »][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][cs_element_section _id= »13″][cs_element_row _id= »14″][cs_element_column _id= »15″][x_feature_headline level= »h2″ icon= »video-camera »]La programmation des conférences de Solidays 2019[/x_feature_headline][x_gap size= »30px »][cs_element_text _id= »18″][x_gap size= »30px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »25″][cs_element_column _id= »26″][cs_element_image _id= »27″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »28″][cs_element_text _id= »29″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][cs_element_section _id= »34″][cs_element_row _id= »35″][cs_element_column _id= »36″][x_feature_headline level= »h2″ icon= »video-camera »]Retour sur les conférences 2018[/x_feature_headline][x_gap size= »30px »][cs_element_text _id= »39″][x_gap size= »30px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »46″][cs_element_column _id= »47″][x_raw_content][/x_raw_content][/cs_element_column][cs_element_column _id= »49″][x_line style= »border-top-width: 1px; »][cs_element_text _id= »51″][x_gap size= »10px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »57″][cs_element_column _id= »58″][x_line style= »border-top-width: 1px; »][cs_element_text _id= »60″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »61″][x_gap size= »30px »][x_raw_content][/x_raw_content][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »68″][cs_element_column _id= »69″][x_gap size= »30px »][x_raw_content][/x_raw_content][/cs_element_column][cs_element_column _id= »72″][x_line style= »border-top-width: 1px; »][cs_element_text _id= »74″][x_gap size= »10px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »80″][cs_element_column _id= »81″][x_gap size= »30px »][cs_element_text _id= »83″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

[cs_content][cs_section parallax= »false » separator_top_type= »none » separator_top_height= »50px » separator_top_angle_point= »50″ separator_bottom_type= »none » separator_bottom_height= »50px » separator_bottom_angle_point= »50″ style= »margin: 0px;padding: 45px 0px; »][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/1″ style= »padding: 0px; »][cs_text]

Solidays est un festival organisé par l’association Solidarité Sida. Il a pour but de collecter des fonds pour la prévention et l’aide aux malades en France et à l’international. Mais c’est avant tout un festival engagé autour de la solidarité sous toutes ses formes.

[/cs_text][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]Je suis bénévole depuis plusieurs années, voilà pourquoi[/x_custom_headline][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_gap size= »50px »][cs_text]

Quand on a plus vraiment de famille (parce que d’autres maladies sont passées par là), le sens que l’on donne à sa vie prend une ampleur significative. Quand on n’a pas réussi à construire un foyer et que chaque matin qui se lève vous le rappelle, que la société vous fait régulièrement comprendre qu’une femme seule à votre âge, c’est forcément une déséquilibrée … On ferme sa gueule, pour ne pas indisposer les gens. On sourit et on fait des blagues pour que le quotidien soit plus doux, plus acceptable. Mais on ne baisse pas les bras pour autant !

Ce qui est important à mes yeux, ce n’est pas de regarder s’écouler les jours, mais c’est de se sentir vivant vraiment. C’est ce sens que je donne à ma vie, ce sens qui est un choix et qui prend différentes formes. Il y a longtemps, j’ai fait le choix d’avoir des amis et d’aimer profondément les gens chaque seconde qui passe. Et j’ai réussi ce pari-là (putain ce que je vous aime mes compagnons de route).

J’en ai fait un autre, j’ai fait celui du « collectif ». Parce qu’un jour des gens ont refusé de voir en moi une petite fille née dans un foyer en difficulté, mais une petite fille avec du potentiel. Je me suis construite avec cette idée-là. Mais également, parce que des années plus tard, l’Etat m’a permis de faire des études. Alors, j’ai adopté ce parent-là, même si comme dans toute famille, j’ai parfois tendance à m’engueuler avec ;)

J’ai décidé que je ne pouvais pas répondre par la rancoeur à ce que j’avais subi une grande partie de ma vie, j’ai choisi de parier sur l’humain, sur les humains, tous ensemble. C’est souvent difficile, parce que nous traversons une période trouble, parce que composer avec les différences de chacun soyons clairs, c’est compliqué, mais, mais, mais … Parfois tout devient évident … Comme ce week-end à Solidays.

Je participe à ce festival depuis plusieurs années, avec ma maigre contribution (je suis rédactrice web). Et ce week-end, j’ai pris (une fois de plus) une vraie claque dans la gueule.

J’ai rencontré des gens différents : des festivaliers, des militants, des bénévoles, ma team, des engagés, des gens un peu perdus, d’autres en questionnement, des personnes célèbres, des anonymes … Ils ont tous une chose en commun : ils donnent un peu d’eux-mêmes pour une même cause : LA SOLIDARITÉ.[/cs_text][/cs_column][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/2″ style= »padding: 0px; »][x_image type= »thumbnail » src= »http://thecelinette.fr/wp-content/uploads/2015/06/solidays2015.jpg » alt= » » link= »false » href= »# » title= » » target= » » info= »none » info_place= »top » info_trigger= »hover » info_content= » »][x_image type= »thumbnail » src= »http://thecelinette.fr/wp-content/uploads/2017/08/IMG_0900-copie.jpg » alt= » » link= »false » href= »# » title= » » target= » » info= »none » info_place= »top » info_trigger= »hover » info_content= » »][x_image type= »thumbnail » src= »http://thecelinette.fr/wp-content/uploads/2017/08/thecelinette-solidays-2017-1.jpg » alt= » » link= »false » href= »# » title= » » target= » » info= »none » info_place= »top » info_trigger= »hover » info_content= » »][cs_text class= »cs-ta-center »]Oui, je suis déguisée en préservatif. C’est ça l’investissement ![/cs_text][x_image type= »thumbnail » src= »http://thecelinette.fr/wp-content/uploads/2015/06/IMG_9556.jpg » alt= » » link= »false » href= »# » title= » » target= » » info= »none » info_place= »top » info_trigger= »hover » info_content= » »][/cs_column][/cs_row][cs_row inner_container= »true » marginless_columns= »false » style= »margin: 0px auto;padding: 0px; »][cs_column fade= »false » fade_animation= »in » fade_animation_offset= »45px » fade_duration= »750″ type= »1/1″ style= »padding: 0px; »][x_gap size= »20px »][cs_text class= »cs-ta-justify »]J’ai écouté ces gens continuant à aider ceux qui se faisaient massacrer, mouraient dans l’indifférence la plus totale, subissaient le rejet et autres formes de cruauté à cause de leur genre, de leur état de santé, de leur profession, de leur handicap ou de leurs convictions. Je les ai entendus refuser l’adversité d’un contexte, d’une situation, pour poursuivre leur objectif avec une humilité incroyable. Et quant à la fin de leur récit, ils m’ont regardé droit dans les yeux avec une reconnaissance incroyable, pour me dire « mais toi, pourquoi tu nous aides, tu ne nous connais pas ». Je suis restée sans voix, les tripes à l’air, le coeur en bandoulière.

Il y avait tellement de force et d’amour si vous saviez ! Je me suis d’abord dit « je ne fais rien, j’écoute et j’écris des articles » puis j’ai compris. J’ai compris que le collectif était en marche. Que chacune de nos actions à vous, à moi, les leurs, avait une répercussion à l’autre bout de la chaîne. Et que très souvent d’une manière ou d’une autre cela sauvait des vies (par la prévention, le soin, l’assistance psychologique, l’évitement d’un suicide, l’aide au retour à une vie normale, le soutien …).

Des moments de bonheur, j’en vis au quotidien, parce que l’engagement est partout, pas uniquement à Solidays. Mais ce festival est engagé, c’est une concentration de convictions et de courage unie par un collectif de gens qui à la base ne se connaissent pas. Alors je me dis que tout est possible, que la période est terriblement compliquée mais que l’on va y arriver.

Je compte sur vous, ils comptent sur nous.[/cs_text][x_callout title= »Prêt pour être bénévole ? » message= »Pour participer en tant que bénévole à Solidays, il faut être bénévole de l'association organisatrice : Solidarité Sida » type= »left » button_text= »Clique ici » circle= »false » button_icon= »mail-forward » href= »http://www.solidarite-sida.org/passez-a-laction/devenez-benevole/ » href_title= » » target= » »][/cs_column][/cs_row][/cs_section][/cs_content]

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]Avant Solidays : les préparatifs [/x_custom_headline][cs_element_text _id= »6″][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »13″][cs_element_column _id= »14″][x_image type= »none » src= »http://thecelinette.fr/wp-content/uploads/2015/06/IMG_9530.jpg » alt= » » link= »false » href= »# » title= » » target= » » info= »none » info_place= »top » info_trigger= »hover » info_content= » »][cs_element_text _id= »16″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »17″][cs_element_image _id= »18″][cs_element_text _id= »19″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »20″][cs_element_image _id= »21″][cs_element_text _id= »22″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »26″][cs_element_column _id= »27″][x_gap size= »20px »][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]THE tenue, celle qui va bien ! [/x_custom_headline][cs_element_text _id= »30″][x_gap size= »20px »][x_line style= »border-top-width: 1px; »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »38″][cs_element_column _id= »39″][x_image type= »none » src= »http://thecelinette.fr/wp-content/uploads/2018/06/19248129_10154684157236884_5774426561648094062_n.jpg » alt= » » link= »false » href= »# » title= » » target= » » info= »none » info_place= »top » info_trigger= »hover » info_content= » »][cs_element_text _id= »41″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »42″][cs_element_image _id= »43″][cs_element_text _id= »44″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »45″][cs_element_image _id= »46″][cs_element_text _id= »47″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »51″][cs_element_column _id= »52″][x_line style= »border-top-width: 1px; »][x_gap size= »20px »][x_custom_headline level= »h2″ accent= »false »]Ce qu’il faut avoir sur place (petite liste des choses à ne pas oublier)[/x_custom_headline][cs_element_text _id= »56″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

Je suis arrivée timidement à la FNAC, je me suis poliment approchée du vendeur.

  • Bonjour Monsieur, je cherche l’album de Skip the Use.
  • Ah oui, il m’en reste un.
  • Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!
  • Euh vous poussez souvent des cris comme ça ?!!
  • Oui, oui ! dis-je en choppant le CD avant qu’il ait eu le temps de réagir davantage.
 Depuis, j’écoute l’album en boucle, le plus souvent en agitant les bras en l’air dans un mouvement frénétique, avec une furieuse envie de sautiller partout. Pourtant que je suis allée les voir en concert, j’ignorais tout d’eux. Mais en quelques heures, ils sont devenus mes chouchous ainsi que ceux de toute la team blog de Solidays. C’est un des aspects que j’aime dans ce festival mélanger les gens populaires à ceux qui méritent amplement de le devenir. Alors ces furieux de la scène qui sont-ils ? Ce sont 5 Lillois (Mat, Yan, Jay, Lionel et Max), avec des looks résolument différents (cette absence de « lissage » m’a bien plu). Ils sont déjà dans la musique depuis un bail (Carving, etc…). Leurs influences : rock, punk, ska, disco. Ils ont une pêche incroyable et un véritable plaisir à faire de la musique (cf. le sourire perpétuel de Matt Bastard, et l’enthousiasme de l’ensemble du groupe). Ca faisait longtemps que j’attendais de devenir enfin fan d’un groupe français, c’est fait !

Impossible de vous dire quel est mon morceau préféré l’album tourne en boucle … Je ne vous conseille qu’une chose, ne vous contentez pas d’écouter l’album : allez les voir sur scène !

Le bonus du jour : vous pouvez télécharger gratuitement leur chanson Give me sur leur myspace :)

Ma préoccupation du mois, et mes envies aussi se tournent vers trois journées du mois de juin. Celles consacrées aux Solidays. J’y étais l’an dernier, une floppée de souvenirs revient à moi :

  • Mes balades en scooter avec Amélie (je suis une grande fan des balades en deux roues, ça me donne l’impression de retrouver une part d’enfance).
  • Mes yeux qui scrutent la programmation pour savoir de quels sons je vais me délecter.
  • Le soir qui tombe avec la fraîcheur particulière du bois environnant. Et moi qui m’enveloppe dans mon sweat « music saved my life ».

J’y vais aussi parce que je fais partie de l’équipe du blog des solidays. D’ailleurs, j’y ai déjà laissé quelques mots : pour parler des bénévoles ici, encore ici et là ; pour vous raconter comment se passe un test IST-VIH anonyme et gratuit (du coup, je l’ai fait IRL); pour vous faire découvrir des vidéos sympathiques sur le sujet comme l’amour en graffiti ; et bien sur mes 10 bonnes raisons de venir aux Solidays ! Je vous laisse avec une vidéo ludique sur le thème de la prévention, qui traduit donc bien l’état d’esprit de Solidays.

 

Dans la vie, il est fondamental de se lancer des défis : intégrer le choeur de l’armée rouge, apprendre à nager comme l’homme de l’Atlantide, prendre un abonnement de sport (et vraiment aller en faire) … Cette année, j’ai décidé de faire tous les afters des Nuits de Champagne.

Ma première étape de ce marathon, c’était hier (rappelons-nous que ce pauvre grec, Phidippidès de son p’tit nom, est quand même mort juste après avoir délivré son message : « Perse… Fail !!! Ah Ah Ah Aarrggggghhhh ! »*). Ce matin, j’étais dans un état pré-phidippidèsque à cause du champagne bu à une quantité qui n’a pas du tout plu à mon foie (et ce crétin à souvent le dernier mot). A la première heure, ma mère ma téléphoné en me disant « alooooors malade ?! » C’est fou ce que ça nous connait bien une maman.

Dans le cadre des Nuits de Champagne, il y a des sessions appelées « Millésime ». Elles ont mes faveurs pour plusieurs raisons : parce qu’elles permettent de découvrir de nouveaux artistes et parce qu’elles ont un côté résolument intime qui me plait tant. Pour pouvoir les suivre de plus près, j’ai intégré pour une semaine l’équipe Talky Walky, faisant avec Jérémy un binôme vidéo (ok enfin surtout lui, parce que moi je me contente de caresser les poils du micro en disant, ça me rappelle un ex-amant mais lequel ?!).

* pour des raisons obscure Hérodote a refusé d’accréditer la véracité du message que je viens de vous délivrer. J’ai toujours trouvé ce type super étrange.

La journée d’hier est passée à une vitesse folle. On est là pour 3 jours et on veut quand même tout concilier :

  • Discuter avec les bénévoles (800 présents sur le site);
  • Rencontrer les associations (qui luttent contre le sida, ou qui oeuvrent tout simplement pour la solidarité au sens large que ce soit sur la tolérance ou le droit à vivre et travailler dignement);
  • Ecouter Luc Barruet parler si clairement de l’association Solidarité Sida, du festival et de tous ceux qui le composent qu’ils soient anonymes ou pas.
  • Continuer à soutenir Séb. dans un numéro de blagues douteuses sur la mort de Mickaël Jackson, que nous avons servi à The Do, et Stuck in the sound. Puis leurs poser des questions annexes à leurs engagements sur le Sida, en leur demandant quel est leur rapport à Internet et à la loi Hadopi et bien évidemment aux blogs.
  • Découvrir les autres journalistes & photographes : Bertrand de l’AFP et ceux dont j’ai oublié le nom de téléZ, C pour les parents, KritikRock. Ici les grands côtoient les novices et j’aime ça :)
  • Discutailler avec des festivaliers.

Il est bientôt midi, je suis là depuis 11h. Le festival reprend vie. J’y cours :)