Cette conférence, que j’ai trouvé passionnante est avant tout sur l’aspect normatif de notre société et les conséquences qui en découle pour chacun d’entre nous. Cette intervention m’a assez bouleversée.

C’est une conférence de Roland Gori (professeur émérite de Psychopathologie clinique à l’Université d’Aix Marseille, psychanalyste membre d’Espace analytique) enregistrée en février 2014. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire son ouvrage éponyme : la fabrique des imposteur. »Son dernier livre, … synthétise les lignes de force d’une réflexion qui montre comment une nouvelle rationalité politique est en œuvre, qui opère davantage par la norme que par la loi, et dont la conséquence est une prolétarisation des métiers, la montée en puissance d’une bureaucratie d’expertise et une aliénation de la démocratie. Une mise en garde tonique contre nos propres renoncements. » Journal César dans son article pour Médiapart.

« Notre société de la norme, même travestie sous un hédonisme de masse et fardée de publicité tapageuse, fabrique des imposteurs. L’imposteur est un authentique martyr de notre environnement social, maître de l’opinion, éponge vivante des valeurs de son temps, fétichiste des modes et des formes ». L’imposteur est aujourd’hui dans nos sociétés comme un poisson dans l’eau : faire prévaloir la forme sur le fond, valoriser les moyens plutôt que les fins, se fier à l’apparence et à la réputation plutôt qu’au travail et à la probité. L’imposteur vit à crédit, au crédit de l’Autre.

La photo d’illustration est l’oeuvre de la photographe Leïla Garfield