Category

Culture & sorties

Category

Ca y est, il me reste quelques heures avant de fouler la pelouse de Longchamp pour Solidays, j’en profite pour vous livrer quelques infos, afin de vous mettre l’eau à la bouche !


Infos pratiques pour passer un chouette Solidays


Voici mes petits conseils et informations : 

  • Côté météo, normalement, le soleil est au rendez-vous. Pensez à prendre de la crème solaire et si vous le pouvez et quelque chose pour vous protéger la tête car parfois le soleil tape fort. Le soir, il fait frais car le bois de Boulogne n’est vraiment pas loin et il nous ramène toute sa fraîcheur, donc quelque chose de chaud vous sera utile :)
  • Côté chaussures, vous faîtes ce que vous voulez, mais je vous conseille de miser sur le confort. on oublie direct les tongs. Sauf si on veut perdre des doigts de pieds évidemment. Attention, il paraît que cela de repousse pas.
  • Ouverture des portes prévues à 16h mais je vous conseille de venir en avance. Samedi et dimanche : 14 h
  • Money, money : prévoyez du liquide, ça vous évitera de faire la queue au distributeur. Plusieurs stands proposeront le paiement sans contact, mais à mon avis pas tous.
  • Consignes : il y en a une et c’est pratique.Elle se situe  dès l’entrée du festival, sur votre gauche. Tarif : 2€
  • Objets interdits : à Solidays, on apporte surtout sa bonne humeur. Voici la liste des objets interdits, ça vous évitera des déconvenues : objets en verre, objets contondants, canettes, perches à selfie, casque de moto, etc. (liste complète ici)
  • Toilettes :  elles sont sous la responsabilité de l'équipe bénévole  qui a le plus chouette nom de tout le festival les « Harpic Monkeys ». Bonne nouvelle pour les filles : pas la peine de s’accroupir. Pour une fois, vous pouvez faire pipi debout grâce aux urinoirs de l’association « Fête le debout ». 
  • Aïe, aïe , aïe : tu t'es fait mal, tu ne te sens pas bien. Sache qu'il y a des postes de secours sur tout le festival. J'y suis allée 5 fois l'an dernier, j'ai adoré saigner du nez chez eux. Cette année, je peux te dire que j'ai du colagan sur moi ;)
  • Souvenirs : tu veux un tee-shirt, un sweat Solidays, le merch te tend les bras. Il y a même une chorégraphie de l'équipe plusieurs fois par jour, chaque année !
  • J'ai perdu un truc : il y a un stand objets trouvés pendant le festival
  • J'ai eu un coup de coeur à Solidays : et je veux le/la retrouver. Va sur la page "spotted at Solidays"
  • S'informer, devenir encore plus solidaire : c'est possible au village des assocations ou via les talks du Social Club.
  • Le programme : détaillé de la journée est vendu sur place contre don libre. L'argent va au profi de l'association Solidarité Sida.

Bon festival à vous !


Image

Tu es déjà allé à Solidays ou tu projetes de venir t'amuser avec nous. Tu as déjà repéré des noms sur la liste des artistes présents et tu trépignes d'impatience à l'idée de fouler la pelouse de Longchamp au rythme de tes musiques préférées. C'est chouette. Mais sais-tu qu'il y a aussi des mini-conférences passionnantes sous forme de talks d'une vingtaine de minutes au Social Club ?


Ici, on baisse le son, mais on donne de la voix. Qu’ils soient haut-fonctionnaire, photoreporter, cuisinier, rabbin, agriculteur, sportif… ils prennent la parole pendant une dizaine de minutes au Social Club pour changer votre perception du monde. Ces consciences pas comme les autres parlent d’altruisme, d’insertion, de lutte contre la misère, de recherche contre le sida, de combat pour une société inclusive, de courage d’agir et de parcours incroyables.


La programmation des conférences de Solidays 2019


La programmation 2019 des talks vient de tomber avec 22 speakers inspirants au Social Club. Toutes les interventions sont signées (langue des signes). Tu auras le plaisir de découvrir et d'échanger pendant le festival avec : 

    • YANN ARTHUS-BERTRAND Photographe et réalisateur humaniste : WOMAN, le monde vu par les femmes. WOMAN présente le regard sur le monde de 2 000 femmes venues de 50 pays, qui partagent leurs expériences, leurs espoirs et leurs combats).
    • MARIE POCHON Porte-parole de L'affaire du Siècle Soyons tous les avocats du climat. Aperçu des coulisses de la pétition record qui a été suivie du recours contre l’État pour qu’il respecte ses engagements climatiques.
    • PIERRE FOLDES Chirurgien et co-fondateur de l’association Women Safe Réparer les femmes. Inventeur de la technique de réparation de l’excision, Pierre Foldes répare aussi les âmes grâce à son association d’aide aux victimes de violences.
    • HUGO DÉCRYPTE et LOLA DUBINI Youtubeurs. Quand les Youtubeurs s'engagent. Ils sont jeunes et comptent des centaines de milliers de followers. Rencontre sans filtre avec des influenceurs conscients.
    • LAURENCE TUBIANA Directrice de la Fondation Européenne pour le Climat Cri d'alarme pour le climat. Quatre ans après l’accord de Paris sur le climat, les jeunes exigent des actes concrets. Conversation entre deux générations militantes.
    • ÉRIC TOLEDANO ET OLIVIER NAKACHE. Réalisateurs. L'autisme face caméra avec Hors normes Éric Toledano et Olivier Nakache changent le regard sur le handicap, et sur l'autisme dans leur dernier film Hors Normes.
    • ALICE BARBE Co-fondatrice de Singa et de Stop Harcèlement de Rue. La haine derrière l'écran. 360 menaces de mort, insultes ou appels au viol sur les réseaux sociaux en moins d’une heure. Qui dit mieux ?
    • ZEP Dessinateur Du Zizi sexuel à Happy sex Parler de sexualité avec humour, sans tabou et ni préjugé ? Zep croque des moments intimes où le plaisir glisse sans complexe vers le rire.
    • OLIVIER JOBARD, Reporter de guerre CLAIRE BILLET, Journaliste et réalisatrice GHORBAN Réfugié Afghan Ghorban, 12 ans, l'enfant de l'exil C'est l'histoire d'un enfant qui fuit l'Afghanistan pour la France. Prix du meilleur film documentaire au One World Human Rights Film Festival 2019, Prague.
    • DONALD KABERUKA, Président du Fonds mondial sida, tuberculose, paludisme MARISOL TOURAINE Présidente d'UNITAID STÉPHANIE SEYDOUX Ambassadrice Santé mondiale VIH : Des médicaments pour tous Seulement la moitié des 37 millions de personnes séropositives à travers le monde sont sous traitement. Mobilisons-nous pour l'accès aux médicaments pour tous !
    • LAURENCE FISHER Fondatrice de l’association FightForDignity CLÉMENCE PAJOT Directrice du Centre Hubertine Auclert Violences, les femmes s’en mêlent Regards croisés de deux militantes de la lutte contre les violences faites aux femmes : des approches complémentaires pour un combat commun.
    • ALEXANDRE MARS Entrepreneur philanthrope La Révolution du Partage Entrepreneur et philanthrope, Alexandre Mars plaide pour que le partage devienne la norme et le don, la règle.
    • LOÏC ET LUCIE Changeons de regard sur le VIH À 20 et 26 ans, ils ont appris leur séropositivité : ils témoignent sans tabou de ce que signifie vivre avec le VIH aujourd’hui.

Rendez-vous au Social Club du vendredi au dimanche !


Image

Et si tu ouvres l'oeil, tu me verras posée dans un coin, en train de live tweeter les conférences ;)

Toutes les photos de cet articles ont été prises par le talentueux photographe (lui aussi bénévole sur le festival) : Brice Delamarche. Son Instagram est un plaisir à suivre, son site pro est ici : https://www.bricedelamarche.com/

Retour sur les conférences 2018


Voici quelques uns des talks de l'an dernier. Si tu veux les revoir pour te donner un aperçu de la qualité et de l'humanité de ce qui s'y passe, voici le lien des replay des conférences de 2018 : http://www.solidays.org/social-club-replay/



Michaël Jérémiasz - Champion Paralympique de Tennis - “Changer de regard sur le handicap”



Anne A-R ; Photographe ; ” I am with them, les survivants” Attention cette femme est boulversante. "En allant en Ouganda, à la frontière du Soudan du Sud, elle pensait photographier le plus grand camp de réfugiés au monde. Mais c’était avant qu’ils lui racontent leurs histoires. Non pas celles de réfugiés, mais de survivants d’un nettoyage ethnique que l’on refuse encore de nommer. Anne A-R nous propose le récit en images de leurs vies en exil, mais aussi un questionnement sur la manière de regarder ceux dont la souffrance est niée."




Delphine Horvilleur - Féminisme et religion sont-ils compatibles ? Passée par la médecine et le journalisme, elle a changé de voie pour devenir rabbin. Dans la pensée religieuse, nous avons pendant très longtemps parlé des femmes, mais nous n’avons pas parlé avec les femmes. Pour elle, l’interprétation des textes sacrés souffre d’un excès de « textostérone ». Voix libre explorant les traditions, Delphine Horvilleur défend une lecture tolérante et féministe des religions et les invite, de l’intérieur, à reconsidérer la place et le rôle du féminin.



Si tu veux faire un don à l'association, c'est par ici : don Solidarité Sida

Troyes et son histoire : Rachi


L'histoire de la ville de Troyes est riche à bien des égards. Je suis toujours étonnée que cette ville ne soit pas plus connue en France. On connait par rapport à cette ville, l'histoire des foires commerciales, des templiers, mais un autre personnage mondialement connu y a vécu: Rachi.

"Rabbi Chlomo ben Itzhak HaTzarfati, plus connu sous les noms de Rachi, Rabbi Salomo et Salomon de Troyes"(parce que quand même son nom entier, c'est quand même un peu long, est" né à Troyes en France vers 1040 et mort dans la même ville le 13 juillet 1105, a été pour sa communauté juive troyenne un rabbin respecté, un exégète biblique et un poète fameux, un légiste et un décisionnaire célèbre. Pour la France septentrionale au xie siècle, en particulier par ses gloses et écrits divers en ancien français, il demeure surtout un écrivain, un philosophe, un chroniqueur peut-être vigneron champenois qui atteste la saveur et l'état de la langue orale et véhiculaire d'alors.

Principalement connu de nos jours pour ses commentaires sur la quasi-totalité de la Bible hébraïque et du Talmud de Babylone, il est l’une des principales autorités rabbiniques du Moyen Âge et compte parmi les figures les plus influentes du judaïsme.". source Wikipédia

Pourquoi je vous parle de lui, parce qu'un colloque autour de Rachi va avoir lieu à Troyes la semaine prochaine et il aborde un angle intéressant ...


Les filles de Rachi, le judaïsme au féminin


Rashi fut à Troyes au XIème siècle, un des commentateurs les plus connus de la Torah et du Talmud. Son épouse et ses trois filles sont restées dans l’ombre, plongées dans le silence d’une tradition qui voyait comme une exception l’étude des textes pour les femmes.

Pour la première fois en France, la Maison Rashi organise un congrès intitulé « les filles de Rashi » afin de leur redonner la parole, pour se réapproprier une tradition qui est pleinement la leur. Des femmes, Docteurs en Bible, en Talmud, en Midrash, en loi juive, rabbins et enseignantes de toutes les tendances du judaïsme, orthodoxe, massorti et libérale, venant de France, d’Israël, d’Angleterre et des Etats-Unis y animeront des ateliers avec des étudiantes. Le public sera mixte.

Les Filles de Rachi est le premier congrès mondial réunissant les voix de toutes les tendances du judaïsme au féminin. Inspiré par le maître de Troyes, Rachi, il est organisé du 16 au 18 juin par la Maison qui lui est dédiée à Troyes. Durant deux jours, dix-huit femmes, Docteurs en Bible, en Talmud, en Midrash, en loi juive, rabbins et enseignantes de toutes les tendances du judaïsme (orthodoxe, massorti et libérale) venant de France, d’Israël, d’Angleterre et des Etats-Unis y animeront cinq ateliers (Bible, Talmud, Halakha, Midrash, Spiritualité) avec des étudiantes.

Ne manquez pas cet événement qui contribuera à mettre en lumière des sages, des exégètes et des penseurs qui peuvent dignement se réclamer de l’héritage de Rashi..


Informations


  • Date : du 16 au 18 juin 2019
  • Lieu : Maison Rachi à Troyes (1h30 en train depuis la Gare de l'Est)
  • Programme (ateliers) : sur la bible, le Talmud, Midrash, Halakha sur la spiritualité (voir le programme complet ici)
  • Programme (conférence) : lundi 17 juin à 20H - « Les femmes doivent-elles désobéir pour être leaders ? » animée par le Rabbin Delphine Horvilleur, Perrine Simon-Nahum, directrice des recherches au CNRS et Dominique Schnapper, sociologue.
  • Tarifs et inscription : Pass conférence : 14 € tarif normal et 7 € tarif étudiants / Pass congrésiste 95€ (Bible/Talmud/Midrash/Halakha/Spiritualité + Conférence)- vous pouvez vous inscrire ici 
  • Maison Rashi site & réseaux sociaux : http://rachi-troyes.com/ - Twitter - Page Facebook

Pour vous faire une idée, je vous mets la vidéo qui a été réalisée pour la campagne de crowdfunding pour le livret de ce colloque.


Le public y sera mixte et près de soixante dix étudiant(e)s sont attendues pour participer à ces ateliers tenus par l’élève rabbin Myriam Ackermann-Sommer, le Docteur Tali Artman, l’élève Rabbin Ann-Gaëlle Attias, le Rabbin Pauline Bebe, la psychanalyste Joëlle Bernheim, le Rabbin Florianne Chinsky, le Docteur Laliv Clenman, l’enseignante Rosine Cohen, le Rabbin Tamara Eskenazi, l’élève Rabbin Iris Feirreira, l’élève Rabbin Dr. Eliora Peretz, l’élève Rabbin Yaera Ratel, le Rabbin Bitya Rozen-Goldberg, l’élève Rabbin Leah Shakdiel, le Rabbin Valérie Stessin et l’élève Rabbin Daniela Touati.

Vous ne connaissez pas encore "Old Town Road" du jeune rappeur Lil Nas X, vous allez la connaître. Sa chanson initialement produite de manière indépendante, est classée première du billboard américain pour la 9e semaine consécutive. Et elle est actuellement en tête du classement Top Single en France.

J'ai découvert cette chanson, il y a quelques jours, car le jeune chanteur a fait la surprise de la chanter dans une école primaire et les bambins ivres de joies, se sont mis à la chanter en sautillant  ... Voici l'histoire de la chanson et de comment on passe de fauché à n°1 du classement grâce à sa créativité !



Un sample libre de droits, de la créativité et un mélange de genres


Young Kio est un jeune producteur de disques hollandais, qui a repris un morceau libre de droits de Nin Inch Nails (34 Ghosts IV) pour en faire un sample (échantillonage). Il l'a mis en vente sur sa boutique en ligne.La base de la chanson Old Town road est là. Le jeune Lil Nas X, né en 1999, sans le sous, achète le "sample" 29 dollars à Young Kio. Il lui reste alors seulement 5$ sur son compte en banque. Peu importe, il se met à l'ouvrage et re-travaille le morceau en y rajoutant des "beats".

"En 2018, Lil Nas X a quitté l'université pour poursuivre une carrière musicale, mais ses parents l'ont découragé. Il a emménagé avec sa sœur, passant du temps à promouvoir sa musique sur Internet tout en ne dormant que trois heures par nuit. Lil Nas X a commencé à écrire "Old Town Road" après avoir eu le sentiment qu'il était "à court d'options". (source Wikipédia)

Il opte pour un mélange des genres : influences country et rap. Il écrit les paroles et sort sa chanson de manière indépendante en décembre 2018. Très avisé au sujet des réseaux sociaux, et travailleur, sa chanson devient un meme populaire sur TikTok (c'est lui qui fera les premiers memes, malin le petit). Elle se classe très bien dans le classement country. Certains suggèrent que Lil Nas X a classé la chanson dans la catégorie musique country sur SoundCloud et iTunes afin de bénéficier de l'avantage des algorithmes, car il serait plus facile de dépasser les charts de pays dans cette catégorie.

On s'en moque, le petit est doué et la chanson est sympa. On ne va pas lui reproché d'être malin ! Résultat : 143 millions de stream ! " La popularité de la chanson a augmenté si rapidement que les stations de radio ont dû télécharger l'audio de YouTube. Le 22 mars 2019, le succès de la chanson permit à Lil Nas X de signer avec Columbia Records, qui le distribue désormais. (source Wikipédia)"



Mais les puristes rouspètent (non, il n'y a pas de contrepétries dans cette phrase). Ce n'est pas de la country. La chanson est retirée du classement. Sauf, qu'une star de la country s'en mêle et c'est Billy Ray Cyrus (le papa de Miley Cyrus). Il décide de faire un duo avec Lil Nas X sur ce titre en avril 2019. La chanson passe dans un classement tous genres confondus ( Billboard Hot 100) , et cartonne dépassant les records de Drake !

On part donc d'une chanson, réalisée avec les moyens du bords, produite de manière indépendante pour finir avec un duo avec Billy Ray Cyrus et un clip élaborée avec des "guest stars" comme Chris Rock, Haha Davis, Rico Nasty, Diplo, Jozzy, Young Kio, and Vince Staples. Le clip a déjà plus de 109 000 vues sur Youtube ! Bravo !


Envie de danser sur cette chanson ? Voici des chorégraphies


Je suis allée fouiner sur le net pour vous trouver des chorégraphies pour danser sur ce morceau avouons-le super entraînant. Voici ma sélection !


Danse en lignes (un peu comme celle sur du charleston que l'on a pas mal vu en boite ou à des mariages). Choreographer : Pretty Girl Roll and Top Model of LDFF


On passe sur quelque chose de plus rythmé avec le détail des mouvements.  Cette choré a été crée par Matt Steffanina, et il a une invitée. C'est le  "10 Minute Dance Challenge with Kaycee Rice".


Je viens de regarder "GOT last watch" (Game of Thrones le dernier visionnage) le documentaire sur la réalisation de la dernière saison de la série. Mon avis, ça vaut le coup d'oeil si vous aimez la saison (et si vous l'avez vu, sinon vous allez vous faire spoiler) et si vous aimez les coulisses.

Moi, j'adore l'envers du décor. Quand je travaillais pour des théâtres ou des festivals, j'adorais les balances, la mise en place, les répétitions. J'adore réaliser à quel point un spectacle ou ici une série nécessite un travail considérable d'une multitude de personnes qui repoussent les limites de leur créativité, de leur engagement et de leur fatigue (pour ne pas dire de leur santé).

Soyons clair, ce documentaire, c'est aussi la dernière fois, qu'une "famille" se réunit autour d'un objectif pour nous délivrer cette série addictive, puis se sépare pour la dernière fois après cette parenthèse de vie incroyable et surement exceptionnelle dans toute une vie. Si on est transporté par la "magie" de la série, ce documentaire nous plonge directement dans la réalité : les contraintes, un stress de fou, les neurones qui turbinent, la fatigue et l'investissement d'absolument toutes les personnes de la plus connue à la plus anonyme ... Ce documentaire est une lettre d'amour à toutes les équipes qui ont permis que cette série devienne réalité.


Bande-annonce : GOT last watch


Voici la bande-annonce de ce documentaire  de 2 heures produit par HBO "From director Jeanie Finlay, a farewell to Westeros with the people who built the realm".



Game of Thrones : anecdotes & coulisses


L'émotion de cette famille d'acteurs et leur attachement aux personnages et à la série. Une des scènes marquantes et la lecture du script pour la première fois. Certains acteurs ont décidé de le lire une fois remis, d'autres de le découvrir pendant cette réunion de travail. C'est le cas de Kit Harrington qui découvre devant tout le monde, qu'il sera le meurtrier de sa compagne Daenerys. On découvre aussi la joie de Maisie Williams quand elle apprend qu'Arya tuera le roi de la nuit. Et l'émotion de Conleth Hill à la mort de Varys. 

Vous n'aviez jamais vu l'acteur qui interprête le Roi de la Nuit, dans un autre film avant ? C'est normal. Vladimir Furdik est l'un des personnages attachant du documentaire. Cet homme d'origine tchèque est un cascadeur. Il s'occupe également des chorégraphies de combat. On lui a offert le rôle alors qu'il était employé comme cascadeur sur le film. Il découvre avec un oeil neuf et innocent certains aspects du métier d'acteurs, dont celui des fans en furie ...

Les guest Stars incognito. Game of Thrones  a pris plaisir au cours des saisons, clairement à partir du moment où la série a commencé à avoir du succès, à glisser quelques visages célèbres. On avait déjà aperçu Ed Sheeran, le groupe Sigur Ros et quarterback Aaron Rodgers. Dans le documentaire, on découvre Sophie Ellis-Bextor. Il me reste à retrouver la scène dans laquelle on la voit ...

La fameuse tasse de café, fait aussi son apparition. Mais si, vous savez celle qui a été oubliée sur une table lors de l'épisode 4 de la saison 8. Ca m'a fait sourire de l'aperçevoir dans le reportage, dans la main des personnes tentant de se réchauffer ou de se donner un peu de caféine pour tenir le rythme. D'ailleurs au passage, ça n'a pas l'air d'être une Starbuck.

Un travail titanesque. Pour qu'un tel bébé voit le jour, des gens se sont acharnés au travail, merci à eux ! N'oublions pas que pour Game of Thrones, chaque épisode réclame la qualité d'un film avec moins de temps et moins de moyens. Tout est dit ! J'ai bien aimé le fait que le documentaire soit davantage centré sur eux (tous ceux qui ont donné naissance à la série) que sur les acteurs. Car ce sont tous les sacrifices et l'investissement de ces gens qui nous ont tenu en haleine. Par exemple, "Kings Landing" (Port réal) est un décor construit de toutes pièces. En 7 mois, ils ont dessinés puis construit une ville, qu'ils feront exploser après quelques tournages pour les besoins de l'attaque de la ville par Daenerys.  Pour la réalisation de l’épisode 3 de la saison 8, La Longue Nuit, par exemple, il a fallu 55 nuits de tournage avec comme horaire : 20h-6h du matin. Quand vous allez voir les contraintes, les décors à créer, les maquillages, les merdouilles qui leur tombent sur le coin du nez (notamment une tempête de neige à Belfast, "winter is coming, baby"), vous allez vous dire : quel travail putain !!!

Quand arrive la fin du tournage, la fin d'un tel investissement, moi aussi, en regardant ce reportage, j'ai versé ma petite larme ...


Bonus made in Twitter !


Voici quelques unes des réactions des fans sur Twitter ...







Ca fait des années qu'on me conseille de la regarder, et je viens enfin de m'y plonger. Je sors tout juste d'un week-end pluvieux perdu entre l'hiver et le printemps, qui m'a servi d'excellent prétexte pour "binger" la saison 1 de True Détective. J'ai beaucoup aimé, tant par le jeu complètement bluffant de Matthew McConaughey, que par l'histoire, la qualité des dialogues ou la direction de la photographie. Si vous aimez les polars avec de vrais personnages au caractère énigmatique, cette série est faite pour vous.  


La génèse de True Detective


HBO et le contexte de réalisation de la série

Il est important que dire que la société qui produit la série, l'influence aussi par son environnement de conception et de travail. HBO a marqué depuis maintenant plusieurs années sa volonté d'inscrire son processus de création de ses séries, autour de l'auteur, en l'espèce Nic Pizzolatto.  C'est la liberté laissée par HBO qui permet aux auteurs de vraiment marquer leur empreinte. Ici, on ne regarde pas seulement, une série, on s'immerge dans un univers. Outre l'intrigue, la saison 1 nous plonge au coeur de la Louisiane que connaît particulièrement bien l'auteur, pour y avoir vécu. Les 8 épisodes ont été réalisés par la même personne Cary Fukunaga. Ce qui n'est pas souvent le cas pour les séries qui multiplie les différents réalisateurs pour une même saison.  


Nic Pizzolatto : l'auteur et son univers

Nic Pizzolatto est né à la Nouvelle-Orléans, il a enseigné la littérature à l'Université. Il publie son premier roman Galveston en 2010 (prix du premier roman étranger). Et crée la série True Detective pour HBO en 2012 (sortie en 2014). Il est l'auteur de la série, le producteur délégué et le showrunner. La qualité d'écriture de la série est la première chose qui nous marque. Et cela dure pendant toute la saison. Il n'y a que l'épisode 6 qui m'a un peu lassée en matière de rythme, mais tout se remet en place dès l'épisode suivant.

La Louisiane est son terrain d'enfance. Il y décrit une vie coupée d'une certaine forme de culture américaine, qui oscille entre mysticisme et profane. Les paysages mêlent beauté et étrangeté. On y perçoit aussi  en toile de fond, la pollution issue de l'industrialisation et donc des plans qui passent de la nature atypique de la Louisiane aux raffineries. Le choix des lieux est particulièrement créateur d'ambiance dans cette série. Le décor de l'épisode final est tout à la fois, fascinant et inquiétant.


Détails & anecdotes sur la série

La production a initialement proposé le rôle de Martin Hart à Matthew Mcconaughey, mais en lisant le script, c'est celui de Rust l'a séduit. C'est donc lui qui a demandé à le jouer. Vous avez aimé les scènes d'interrogatoire de Rust ? Elles ont été tournées en une seule journée (28 pages de script). Quand on écoute Matthew Mcconaughey sur ses méthodes de travail, on comprend vite d'où vient la qualité de son jeu.

TRUE DETECTIVE

Série américiaine (2014-2019). Thématique : enquêtes policières. Conçue sous forme d’anthologie, chaque saison est une nouvelle enquête avec de nouveaux protagonistes (casting et une intrigue distincts).

Image

La série a remporté plusieurs "Emmy awards"

0
Saisons
0
épisodes par saison
0 min
par épisode

True Detective (saison 1)

Synopsis


La série se déroule en 2012, elle s'ouvre sur un interrogatoire. Celui des deux (ex) inspecteurs de la Division des Enquêtes Criminelles de la Louisiana State Police, Rust Cohle et Martin Hart. Ils sont interrogés séparément, par deux officiers de police, sur une enquête qu'ils ont menée ensemble plusieurs années auparavant, en 1995. Elle leur avait été confiée après la découverte du cadavre d'une jeune femme prostrée dans la forêt. Sa tête coiffée de bois de cerfs, son corps marqué par des symboles et diverses plaies, sa posture ... laissaient supposer qu'il s'agissait d'une sorte de crime-rituel. La traque de l’assassin fut alors une véritable obsession pour ces deux inspecteurs. L'auteur fut arrêté, l'enquête classée. Mais voici qu'un nouveau meurtre remet les choses en perspective. Les officiers de police les interrogent pour en connaître plus sur leurs méthodes de travail ou bien ... 


Réalisation


  • Ecrit par : Nic Pizzolatto
  • Réalisation : Cary Fukunaga
  • Directeur de la photographie : Adam Arkapaw
  • Musique : T Bone Burnett

Distribution


  • Matthew McConaughey : Rustin S. Cohle
  • Woody Harrelson : Martin E. Hart
  • Michelle Monaghan : Maggie Hart
  • Michael Potts : Maynard Gilbough
  • Tory Kittles : Thomas Papania

Mon avis

Sombre, intense et complexe cet travail cinématographique, balaye le concept de série. C'était déjà le cas avec d'autres oeuvres (Game of Thrones, House of Cards, Peaky Blinders). Je ne vois plus de différence qualitative entre le cinéma ("big screen") et ce type de séries ("small screen"). Le plan-séquence de 6 minutes de Cary Joji Fukunaga dans la saison 4, sur fond de "Clan in Da Front" du Wu-Tang Clan, en est un parfait exemple.

Que dire du jeu de Matthew Mcconaughey ? Pour ma part, je le connaissais sur tout pour ses rôles dans des comédies romantiques. Il a délaissé ces types de films depuis un bail, je vous l'accorde. Mais là, quelle claque devant l'intensité et la justesse de son jeu ! Ce personnage m'a fasciné pendant la série. Là où Matthew Mcconaughey est particulièrement bon, c'est qu'il a réussi à faire de ce personnage taiseux, avec une grande intériorité, un personnage intense avec une forme de tension permanente et subtile, alors qu'il aurait pu devenir complètement fade et chiant.

Je ne saurais pas vous dire, si cela me donne envie de visiter ou pas la Louisiane. La nature m'a donné envie d'aller y vivre dans une belle maison au fond des bois. Les personnages, tels que présentés dans la série, envie de fuir, loin très loin. Moi, qui suis très perplexe par la place et l'emprise du religieux dans la société contemporaine, cette série m'a beaucoup plue aussi sur ce point. Je vous laisse découvrir pourquoi ...

Bref, c'est qualitatif, c'est un beau travail. Si tu aimes le polar et les ambiances un peu "anxiogène" fonce !


Bande-annonce (trailer) saison 1


Saison 1 - 8 épisodes


  1. La Longue Obscurité lumineuse (The Long Bright Dark)
  2. Visions (Seeing Things)
  3. La Chambre forte (The Locked Room)
  4. Qui est là ? (Who Goes There)
  5. Le Destin secret de toute vie (The Secret Fate of All Life)
  6. Maisons hantées (Haunted Houses)
  7. Après ton départ (After You've Gone)
  8. Forme et vide (Form and Void)

J'ai regardé cette série, d'abord car j'avais très envie de revoir Gillian Anderson à l'écran. J'ai hésité au début, car j'avais peur de me retrouver face à une série pour ados. Il n'en n'est rien ! Même si l'action se passe au coeur d'un lycée, cédez à la tentation. Vous allez découvrir une série, intéressante, attendrissante dans laquelle les problématiques humaines et sexuelles sont abordées avec un côté direct mais rafraîchissant.

Oui, car tout ne tourne pas autour du sexe dans cette série, c'est juste l'intrigue de fond. Ca parle surtout de relations humaines et de comment on se débrouille pour bien vivre sa vie (souvent avec les moyens du bord). Les personnages ayant des contextes tous très différents, on se retrouve forcément dans une des situations. Il y a une multitude de contextes familiaux aussi : l'écrivain / thérapeute a succès, qui est divorcée et qui se concentre (trop) sur son fils (elle veut son équilibre, mais elle l'étouffe); le couple lesbien qui encourage (trop ?) leur fils vers la route du succès sportif. La famille très pratiquante qui on un fils gay (comment le comprendre, le soutenir ...). Les parents absents, etc. ... , La pression que subissent les ados (entre les attentes des parents et leur appréhension de la vie) est au coeur de la série. Et soyons honnête, ce sont des problèmatiques qui nous suivent toute notre vie. C'est quoi une vie réussie d'ailleurs ?


Synopsis


Otis, un jeune homme timide de 16 ans,  qui vit seul avec sa mère Jean, sexe-thérapeute reconnue. Alors qu'il mûrit et qu'il tente de découvrir discrètement et doucement sa propre sexualité, sa mère tente le dialogue et s'immisce (trop) dans sa vie. Otis, c'est le genre de garçon complètement transparent au lycée. Personne ne le remarque et ça lui va très bien. Il mène une vie tranquille entre l'école et son amitié avec Eric (son meilleur ami). Alors qu'il compte continuer à se rythme là, plusieurs personnes le remarquent, dont la charismatique Maeve. Décelant en lui des talents de sexologue, elle le pousse à faire des thérapies clandestines pour les élèves du lycée ...



5 bonnes raisons de regarder Sex Education


C'est une série que j'ai vraiment pris plaisir à regarder, je vous la conseille vivement. La réussite tient surtout grâce à un beau travail de fond : scenario qui tient la route (manière dont les problèmes sont abordés, intrigues, personnalités des protagonistes), bon cast et du coup bon jeu d'acteurs. Mêmes les costumes (tenues des acteurs) sont très bien choisies et mettent rapidement en lumière le contexte et la personnalité des personnages). La bande-son est un plaisir. Les 8 épisodes passent super vite. J'ai déjà hâte de découvrir la saison 2 ! 


  • Pour Gillian Anderson (et le jeu des autres acteurs)

    J'aime vraiment cette femme. Je me demandais ce qu'elle donnait dans un rôle de sexologue de 50 ans, mère qui analyse son fils sans le laisser souffler. Elle est top ! Filez la découvrir ! Le plus : ses tenues (Oh My God, je veux les mêmes. C'est fluide, élégant, minimaliste mais classe). Et le duo Asa Butterfield, Gillian Anderson fonctionne particulièrement bien.

  • Pour le très bon traitement de la sexualité

    La sexualité est très bien traitée, ici. C'est frais, direct. Ca colle à des questions qu'on s'est tous posé un jour. Et surtout, ça mêle directement sexualité et relations humaines et sa perception de soi. Bref, cette série, c'est comme le sexe, elle fait du bien.

  • Le scenario

    Le scenario est bien travaillé. Du coup, c'est fluide, touchant et sincère. Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants que les rôles principaux et c'est là, que l'on voit que tout est bien pensé. Plusieurs thématiques sont abordées : la sexualité (des ados et des adultes), le harcèlement scolaire, la quête de l'identité, comment se reconstruire après un divorce, une séparation ... Tout ça avec humour et humanité. On regarde cette série avec le sourire aux lèvres, parfois la larme à l'oeil, et on la termine le coeur léger.

  • Pour les maisons et les décors

    Nan mais la maison de Jean, on en parle ? Un grand chalet rouge perdu au milieu des bois. Transportez-moi de suite, s'il vous plait ! J'ai mis du temps à comprendre que l'action se déroulait en Angleterre. Les paysages et certaines maisons sont vraiment superbes. Plaisir des yeux !

  • La bande-son

    La bande-son est top ! Un mix bien choisi de différentes époques. Ca colle super bien à la série et certaines nous restent invariablement en tête comme le "Love really hurts without you" de Billy Ocean !


Attention, il y a un peu de "spoil" dans cette vidéo.






Distribution et personages


  • Otis Milburn (Asa Butterfield) Lycéen  de 16 ans, toujours vierge et pas très à l'aise avec son rapport à son corps et à sa sexualité. Mais qui connaît la théorie grâce au métier de sa mère, dont il semble avoir hérité du don.
  • Jean Milburn (Gillian Anderson) Sexe-thérapeute reconnue et femme décomplexée. Mère d'Otis, assez intrusive dans la vie de son fils. Divorcée, elle enchaîne les conquêtes car elle ne veut pas d'attaches. Ses passions : son métier et son fils.
  • Eric Effiong (Ncuti Gatwa) Meilleur ami d’Otis. Optimiste, gay et harcelé dans son lycée. Il vit avec ses soeurs au sein d'une famille africaine pratiquante.
  • Maeve Wiley (Emma Mackey) Lycéenne douée mais issue d'une famille compliquée (mère toxico, père absent, frère qui deale). Elle subit une réputation de "fille facile". Elle se lie d'amitié avec Otis et lui propose de prodiguer ses conseils sur la sexualité au sein du lycée afin de répondre aux interrogations de ces jeunes qui découvrent leur sexualité.
  • Adam Groff (Connor Swindells) Fils du principal de Moordale. Ses relations avec son père sont tendues et froides. Il harcèle Eric.
  • Jackson Marchetti (Kedar Williams-Stirling) jeune homme, champion de natation, enfant unique d'un couple lesbien qui l'encourage sur la voie du sport.
  • Mr Groff (Alistair Petrie) Principal de Moordale très rigide. C'est le père d'Adam.
  • Ruby (Mimi Keene) Une des filles populaires de Moordale (en mode peste).
  • Aimee Gibbs (Aimee Lou Wood) Autre fille populaire, assez espiègle et sans filtre. Elle est aussi secretement amie avec Maeve.
  • Anwar (Chaneil Kular) Un des garçons populaires de Moordale, ouvertement gay mais ayant du mal avec sa propre sexualité.
  • Olivia (Simone Ashley) Autre fille populaire de Moordale (la fille au faux sac ; )
  • Lily Iglehart (Tanya Reynolds) Personnage drôle et attachant. Elle est membre de la fanfare, dessine des bandes dessinées mêlant science-fiction et érotisme. Son obsessino : perdre sa virginité pour découvrir les sensations de la pénétration.
  • Jakob Nyman (Mikael Persbrandt) plombier venant dépanner Jean. Son authenticité et son charme vont la destabiliser.
  • Ola Nyman (Patricia Allison) l'un des deux filles de Jakob.
  • Remi Milburn (James Purefoy) Père d’Otis et ex-mari de Jean. Il vit aux Etats-Unis, aime continuer à lancer des piques à son ex-femme. Il communique essentiellement par Facetime avec Jean et Otis.

Infos sur la série


  • Sex Education série, comédie dramatique britannico-américaine
  • Création originale Netflix. Créée par Laurie Nunn. Producteurs délégués Jamie Campbell et Joel Wilson. Réalisation : Ben Taylor.
  • Diffusion 11 janvier 2019
  • Saison 1 : 2019  / 8 épisodes de 50 minutes chacun
  • Tournage : en Angleterre et au pays de Galles. Si comme moi, vous avez craqué sur le chalet d’Otis et Jean Milburn, il est à Goodrich (Ross-on-Wye).

J'ai découvert la science-fiction au travers du livre « A la poursuite des slans » d’Alfred Elton Van Vogt. Il s'agit d'un classique de la science-fiction et pour beaucoup d'un chef-d'oeuvre. Laissez-moi vous faire découvrir ce livre qui m'avait beaucoup plu.

"L'humanité compte parfois des génies qui sont admirés et respectés. Mais qu'arriverait-il si, au sein de la race humaine, se développait une autre race, d'un niveau mental infiniment supérieur, celle des Slans ? Ne seraient-ils pas craints, haïs, pourchassés puisque supérieurs et donc redoutables ? Pourtant, le Slan c'est l'avenir de l'homme, le prochain stade de son évolution. Voici son histoire à travers celle de ses membres les plus parfaits, Jommy Cross et la belle Kathleen, traqués, pourchassés par la planète entière et cependant triomphants car rien ne peut arrêter l'évolution inéluctable de l'humanité".



Image

Cette photo rétro de Van Vogt méritait un montage un peu kitch. Autant vous dire, que je me suis fait plaisir ;)


Alfred Elton van Vogt, plus connu sous ses initiales d'A. E. van Vogt, est l'auteur de ce livre. Il est né au Canada en 1912 et est mort aux États-Unis à Los Angeles en 2000. Il est considéré comme l'un des chefs de file de la science-fiction américaine pendant son âge d'or.

Il compte parmi ses livres plusieurs chefs-d'œuvre dont les romans : À la poursuite des Slans, La Faune de l'espace et Le Monde des Ā.  Ce dernier ouvrage a popularisé la sémantique générale auprès du public et provoqué une importante polémique dans le monde de la science-fiction anglo-saxonne. Annecdote : la traduction française du Monde des Ā, a été réalisée par Boris Vian. J'ai lu l'oeuvre complète de Vian, savoir qu'il avait traduit Van Vogt, n'a fait que confirmer mon amour pour ce chouette type !


Immigré néerlandais, enfant il a du mal à s'intégrer à cette nouvelle culture et se réfugie dans la solitude, mais plus encore dans les livres. Il commence par lire beaucoup de contes de fées. Puis, il se met à dévorer des livres à raison de deux par jour. C'est pendant cette période qu'il découvre le magazine de science-fiction Amazing Stories. Il a quatorze ans et commence à éprouver le besoin d'écrire. Impossible de ne pas penser au personnage George McFly, le père de Marty dans retour vers le futur.



Image

A la poursuite des Slans est d'abord paru en 1940, de septembre à décembre sous la forme de feuilleton dans la revue mensuelle « Astounding Stories ». Son titre d'origine est « Slan ». Sa publication sous forme de livre paraîtra plusieurs années plus tard en 1946.


Résumé du livre : "De même que l’Homo Sapiens a succédé à l'homme de Cro-Magnon, le Slan est appelé à le suppléer. Jommy Cross est un jeune Slan, l'un de ces mutants que les hommes pourchassent sans pitié. Les Slans surclassent en effet les humains dans tous les domaines : ils sont télépathes, possèdent « deux cœurs », ont une espérance de vie de 150 ans et sont d'une indéniable supériorité à la fois physique et mentale. La mère de Jommy Cross venant d'être assassinée par les sbires de John Petty, le chef de la police secrète, Jommy Cross trouve refuge auprès de Mémé, une ex-actrice alcoolique qui fait avec lui une sorte de « pacte », il vole de l'argent pour elle, et elle ne le dénonce pas à la police. En parallèle, la jeune Slan Kathleen Layton est maintenue en vie par Kier Gray, le dictateur de la planète, pour servir d'expérience".


Si vous vous lancez dans la lecture de ce roman, souvenez-vous que l'écriture date de 1940 et que nous sommes au début de la science-fiction. Pour ma part, je trouve que beaucoup d'oeuvres, films ou séries nés par la suite ont clairement marché dans les pas de ce roman : Heroes, Sense8, X-men ...  Les mutants ont ici, aussi des capacités supérieures à celles des humains. Ils sont notamment télépathes et sont reconnaissables à deux petites fibrilles qu'ils ont sur le front. Grâce à la télépathie, ils apprennent plus vite, communiquent mieux et surtout peuvent manipuler les humains. Du coup, évidemment ça se passe mal et une guerre terrible éclate entre les humains (qui se sentent menacés) et les Slans. Les Slans sont donc impitoyablement traqués par une humanité en pleine régression (ça vous rappelle quelque chose ?), subissant le joug de la dictature de Kier Grey. Jommy Cross (le jeune héros du livre) est un jeune Slan, fils d'un véritable génie, décédé. Quand le livre commence, sa mère se fait abattre sous ses yeux. Il n'a que 9 ans, et cherche à survivre et à rencontrer les siens sans se faire remarquer ou tuer. Nous suivons la vie de ce Slan, sa jeunesse puis son plan pour retrouver d'autres Slans. Il découvrira alors l'existence de Slans sans fibrilles, donc « diminués », qui ont choisi cette clandestinité pour contrôler l'humanité, mais ils redoutent plus que tout, les vrais Slans.


Plusieurs thématiques importantes sont traitées ici : dictature, racisme, réactions face à l'oppression, conformisme social, avidité et soif de pouvoir, théorie de l'évolution, mais aussi la question de la domination grâce à la supériorité apportée par la technologie... Soit des thématiques lourdes de sens en 1940 alors que le monde vient d'entrer dans une Seconde Guerre mondiale qui sera marquée par l'organisation étatique de meurtres de masse. En se projetant dans un monde futuriste qui n'existe pas, on explore des problématiques contemporaines avec une vraie réflexion portée par la plume intelligente de Van Vogt. Ce livre qui nous tient en haleine à travers la lutte pour la survie de nos deux héros, est un véritable appel à la tolérance. On retrouve exactement les dilemmes de positionnement et de réactions face à cet environnement, que l'on dans "X-men, first class". Une partie des mutants veulent trouver un terrain d'entente avec les humains, une autre meurtie par la cruauté qu'ils ont subie veulent leur extermination.


Je vous ai fait une petit compilation de différentes couvertures françaises du livre des années 40 à aujourd'hui.


On a vraiment l'impression d'être à la place du personnage principal, Jommy, qui vit une répression meurtrière juste parce qu'il est né Slan et qui affiche une détermination sans failles, à s'en sortir. Le livre se lit facilement, et on a vraiment envie de savoir la suite et de découvrir la nature profonde des personnages (pas tous très reluisants). Je l'ai lu deux fois, et je me souviens, la deuxième fois avoir été un peu déçue par la fin. Cela reste malgré tout, un très bon livre. Et Alfred Elton Van Vogt reste un de mes auteurs chouchous. 



<= si vous voulez acheter le livre, c'est par ici !

J’ai envie de vous faire visiter la ville où je vis depuis plusieurs années. Je suis une Parisienne pur jus, mais ma mère champenoise de souche, m’a ramené ici, il y a quelques années. A deux pas de chez moi, se trouve la ruelle des chats. C’est une rue médiévale typique du centre historique de Troyes : très étroite, pavée avec une rigole en son centre pour l’écoulement des eaux, bordée de maisons champenoises.


Découvrir la ruelle des chats : une rue médiévale typique dans le coeur historique de Troyes


Les maisons de cette rue ont pris un coup dans l’aile après l’incendie de 1524 (« le grand feu ») qui a ravagé une partie de la ville. Autant vous dire que les maisons en torchis et en pan de bois, ça brûle très bien. Toutes les maisons de cette rue ayant brûlées, on sait que celles que vous allez découvrir ont été reconstruites à partir de 1524. Comme vous pouvez le voir les maisons ont une surface moins grande au rez-de-chaussée qu’aux étages. Une des causes réside dans l’amour inconditionnel des Français d’échapper à la fiscalité. C’est donc une très vieille tradition puisque les maisons de la ville sont bâties sur une volonté d’échapper à la taxe d'habitation qui était calculée sur la surface au sol du rez-de-chaussée.

Les avancées en porte-à-faux aux étages des maisons que l'on peut trouver notamment chez nous comme en Alsace, s'appellent des encorbellements. C'est fou, comme une mesure fiscale peut impacter l'architecture d'un pays. Il y a bien évidemment, aussi des raisons d'ingénierie dans ce type de construction. "L'assemblage des éléments de bois (poutres-poteaux) est plus facile à réaliser et est plus rigide car le poteau inférieur est décalé par rapport au poteau supérieur. De plus, le porte-à-faux, du fait qu' il appuie en bout de poutre, crée une contre-flèche (bombage de la poutre vers le haut) de celle-ci et contre balance la flèche due au poids du plancher. La poutre est donc renforcée".


Image

Je me tiens à l’entrée de la rue à peu près au niveau des anciennes grilles qui la fermaient.


L'architecture médiévale plait aux chats !


Du coup, les toits des maisons se touchent presque, ce qui est super pratique pour papoter avec son voisin, on en convient. Mais pour éviter les effondrement parfois les maisons sont maintenues par des étais. Ce qui est le cas dans cette rue. Les chats y voyant une aubaine, trottinaient sur les poutres, pouvant ainsi se balader de maison en maison. On raconte que c'est cela qui a donné ce nom,  à la rue.

Une autre légende sévit sur cette rue (mais je ne sais pas si elle est avérée). La ville a été comme beaucoup d'autres villes françaises touchée par la peste. L’introduction des chats, aurait permis de tuer les rats et donc de sauver la ville de cette maladie. Le nom de la ruelle, serait un remerciement pour les chats.


Le nom de la rue (rue des chats) est apparu beaucoup plus tard, puisqu’il date de 1783. Cette ruelle pittoresque a failli disparaître dans les années 60, mais André Malraux s'en alarma et la sauva. Le 4 août 1962, elle devient officiellement la ruelle des chats. Comme vous pouvez le voir sur les photos, la configuration de la ruelle lui donne une ambiance assez sombre, ce qui lui donne tout son charme. Elle est parfaite pour un film d’époque ou un baiser à la dérobée. Au moment où, j’écris ces lignes, je réalise, que je n’ai point donné de baiser dans cette rue. Il faut impérativement que j’y remédie ! D’ailleurs en 1789, le lieutenant de police a pris un arrêté pour réglementer les allées et venues de la ruelle car elle donnait notamment lieu à des actes de libertinage. 

La rue a été rénovée récemment. Si vous passez à Troyes, n'oubliez pas d'aller visiter cette ruelle dont le charme ne vous laissera pas indifférent. Vous pouvez découvrir mes autres articles sur Troyes ici 

On connait tous Solidays, sans vraiment le connaître. Même si je le fais depuis 9 ans, cette année, je découvre encore des choses. Vous allez à Solidays, voici de chouettes raisons de venir ...


Les concerts

Le festival prend place à L'hippodrome de Longchamp sur 16 hectares. Vous avez à votre disposition, 100 concerts & talks sur 3 jours. Parmi, les concerts vous retrouvez, des têtes d'affiche, des sensations du moment en passant pour les découvertes. A Solidays, on donne du sens à la fête et des couleurs à la solidarité. 


Silent Disco

Je viens de découvrir le Silent disco, cette animation formidable de @Solidays C’est comme si tu chantais faux chez toi avec ton casque, sauf que tout le monde autour de toi fait pareil. Putain j’adore ! Concept né aux Pays-Bas il y a une dizaine d’années, « SilentDisco.com » est une expérience unique. Chacun s’équipe d’un casque sans fil et se laisse porter par les playlists des meilleurs DJs du moment. Pour les participants comme pour les curieux, ce moment est aussi paradoxal à vivre qu’intrigant à regarder: une foule dansant en silence… mais en rythme !  




Asso & expo

Solidays c'est aussi donner du sens à la fête avec des interventions de speakers inspirants. Tous les talks du Social Club on été tweetés sur le compte @Solidays. AU PROGRAMME : Vendredi Michaël Jérémiaz – Champion Paralympique de Tennis “Changer de regard sur le handicap” Ester Duflo – Économiste “Repenser la pauvreté” Laurence Geai – Photojournaliste, reporter de guerre “Le Monde en face” Samedi Cédric Herrou & Marie-France Cohen – Agriculteur et activiste / Citoyenne solidaire “Flagrant délit de solidarité” Stéphanie Seydoux – Ambassadrice Française pour la santé mondiale “Innover pour garantir l’accès à la santé” Anne A-R – Photographe ” I am with them, les survivants” ; Reza – Photographe, Fondateur de l’ONG Aina “7 milliards de migrants” Dimanche Delphine Horvilleur – Rabbin “Féminisme et religion sont-ils compatibles ?” Raphaël Glucksmann – Essayiste et militant des droits humains “Sortir de l’impasse individualiste” Rania Mustafa Ali – Réfugiée syrienne “J’ai 20 ans, je veux un futur”



©DeborahKaralou
Pendant les conférences, je suis concentrée
car je les livetweet pour le compte Solidays.
Photo @BriceDelamarche

Profiter de la consultation gynéco gratuite et sans rendez-vous du “Frottis Truck”

... avec l’Association pour le développement de la santé des femmes (ADSF). Et rencontrer les dizaines d’autres associations présentes au Village Solidarité.

L’action de l’ADSF est en faveur de l’accès aux soins gynécologiques, mais aussi à l’accueil des victimes de violences. L’ADSF a donc choisi de se rendre sur le terrain, là où vivent ces femmes, pour leur permettre un accès aux soins. 



©DeborahKaralou

Pour Toi Odette

Derrière les murs des immeubles que l'on longe lorsque nous traçons notre route vers notre quotidien, il y a des personnes âgées seules. Elles n'ont parfois que très peu d'interactions avec les autres. Personne pour leur dire une nouvelle, leur raconter leur week-end, leur partager le quotidien. L'association les petits frères des pauvres a décidé de profiter de Solidays pour mettre des paillettes dans le quotidien, d'une de ces personnes âgées : Odette.

Odette est une charmante dame de 81 ans. Elle vit en France depuis plusieurs années. C'est une réfugiée politique d'Equateur.  Plusieurs bénévoles  seront chez elle pour prouver que les jeunes (et moins jeunes) n'oublient pas les personnes âgées qui souffrent de solitude. Tout le monde est invité à penser à Odette en twittant ou en postant une photo de Solidays sur Instagram avec le hashtag #PourtoiOdette. Elle répondra sur les réseaux sociaux pendant les 3 jours du festival ! 



S'offrir un souvenir Solidays

... Autre que des paillettes, de l'amour, des éclats de rire et des pas endiablés, c'est possible. La boutique Solidays propose chaque année une série de produits hommes, femmes, enfants, accessoires comme des tee-shirts, sweats etc., ... Tous les ans, vous allez retrouver de nouveaux visuels et des basiques. Depuis cette année, vous pouvez pré-commander vos articles,  avec le Click & Collect, pour être sûr de trouver votre taille sur le site.

Tous les bénéfices générés par la boutique en ligne Solidays permettent à Solidarité Sida de financer des actions de prévention et d'aide aux malades en France et à l’international. Pour en savoir plus sur les programmes soutenus par l’association, cliquez ici.



Et vous quels sont vos meilleurs moments ou vos endroits préférés sur le festival ?

Je viens de signer ma deuxième collaboration avec ce hors série créé et publié par l'Est Eclair : l'Instant Troyen. Ce magazine a pour vocation de vous faire ou refaire découvrir Troyes et ses environs. On a tous marmonné un jour "Troyes, c'est tout petit, il n'y a rien à faire". Ce magazine qualitatif à pour but de vous faire changer d'avis. C'est un mélange de reportage et de publi-rédactionnels. J'ai créé 3 articles autour de sujets choisis par le comité rédactionnel.

C'est un magazine papier, distribué gratuitement dans différents commerces locaux. Cette édition avait déjà un grand frère "l'Instant Rémois" qui lui dispose d'un site Internet. Je milite pour que l'on en ait aussi un pour notre version troyenne, ainsi que des réseaux sociaux. Mais pour le moment, ma voix de femme connectée n'a pas encore été entendue. Je ne perds pas espoir ;)



L'équipe rédactionnelle est composée de journalistes professionnels, d'amateurs passionnés et de blogueurs dont la pétillante Amélie du blog Amélie Epicétout.

Il y a aussi une équipe de photographes, des graphistes et l'équipe de la régie publicitaire. Le magazine étant complètement auto-financé par les publicités locales.

Image

Mes articles pour ce numéro 2. Au menu, de la culture, de l'architecture et de l'expérience ;)

J'ai testé pour vous : êtes vendeuse sur le marché

A chaque numéro, je tente une expérience. La dernière fois, j'avais testé la pole dance. Autant vous dire que n'étant pas sportive, je suis plutôt soyeuse comme un loukoum que musclée comme Serena Williams. J'avais bien ri et trouvé le cours super. J'ai pu constater que le premier magazine était largement distribué et lu. Puisque je me suis entendue dire suite à une réservation dans un restaurant "Alors, Céline, on fait de la pole dance !". Même un ex, que j'avais connu, il y a fort longtemps à peu près à l'époque de l'extinction des dinosaures, m'en a parlé. C'est vous dire ! Cette fois-ci, je suis allée dans les coulisses de nos marchés locaux. En me levant beaucoup trop tôt pour un samedi matin, pour aller rejoindre l'équipe du maraîcher Le Palais Fermier


Image

La maison d'archi de Florence Alfano

Un autre article, m'a permis d'aller à la rencontre de la sympathique architecte Florence Alfano. Nous nous sommes rencontrées dans le jolie cadre du café Tonton Farine. Florence m'a parlé de son métier, de son éthique et de sa démarche. Elle dirige une agence d'architecture spécialisée dans les constructions en bois et tous matériaux naturels bio-sourcés en milieux urbains ou naturels. Sa mission, nous accompagner dans nos projets de construction, d'extension, de réaménagement depuis l'idée de départ, jusqu'à la fin du chantier. Joli programme ! Vous pourrez découvrir l'une de ses réalisations dans ce magazine.


Image

Trois raisons d'aller à la maison de l'outil

Je suis amoureuse depuis des années, (notez cette belle fidélité) du bâtiment qui abrite la maison de l'outil : l'hôtel Jean de Mauroy. J'étais donc ravie de vous trouver 3 raisons d'aller visiter cet endroit unique au monde, créé par Paul Feller. Sa mission : donner une vision complète aux jeunes pour bien démarrer dans la vie. 12000 outils représentent les métiers du 17ème au 19ème siècle. On y retrouve des cordonniers, des forgerons, des tailleurs de pierre, des charrons ou des stucateurs. J'ai découvert le mot "stucateur" lors de la visite. Depuis, je gagne au Scrabble et je m'amuse à le recaser dans des conversations. Le plus : l'équipe du musée est aussi compétente que sympathique !


Image


Vous retrouverez d'autres articles très chouettes dans ce numéro comme : une sélection de 7 terrasses de café à faire ; une escapade en vélo autour de Troyes ; une interview de l'influenceuse beauté Salima Aliani ... et beaucoup d'autres.

Si vous êtes une entreprise ou un commerce et que vous voulez faire un partenariat avec l'instant troyen, contactez le 0325716986. Je propose aussi des partenariats sur mon blog (article sponsorisé, concours ...). Vous trouverez toutes les informations sur cette page : partenariat TheCélinette