Etre à son compte génère une pronfonde joie : LA LIBERTÉ. Qui traîne avec elle sa copinette : la précarité autrement appelé l’angoisse de trouver des clients. Les premiers pas dans ce nouvel univers s’accompagnent donc de cette angoisse qui fait assez rapidement place à une autre réalité : le plus dur ce n’est pas de trouver de quoi travailler mais bel et bien d’être payé. Si je tenais le type qui a inventé le paiement à 60 jours, je le clouerais sur place. Et ce sans anesthésiant, juste avec des boules quiès. Ce matin, après avoir enfin obtenu mon bon de commande de la part de mon client, je découvre une nouvelle épreuve : réussir à IMPRIMER ses factures.

  • 10h du matin : tel un héros décidé à entrer dans l’arène, je décide de faire ma comptabilité.
  • 10h05 : je consulte mes comptes bancaires. Je suis assez contente des montants que je trouve sur mes comptes. Seul bémol, je me demande pourquoi le banquier s’évertue à mettre un – devant.
  • 10h10 : mes dernières modifications sont faites, je peux imprimer mes factures.
  • 10h11 : les soucis commencent. L’imprimante refuse les cartouches génériques que je lui ai mise dans le ventre. Elle est aussi snob que moi cette conne. Achat de cartouches au prix fort. Remplacement des bestioles. La mise en route est accompagnée d’un bruit peu commun qui me fait me précipiter sur l’imprimante en lui disant : NE MEURE PAS PETITE, NE MEURE PAS !
  • 10h35 : après 6 tentatives de nettoyage de buse, mon imprimante continue à me dire qu’il y a un bourrage papier alors que ce n’est pas le cas.
  • 10h36 : je recherche sur doctissimo comment soigner la schïzophrénie des imprimantes. RIEN. Sujet tabou.
  • 10h37 : je me résigne à l’idée de contacter un dépanneur.
  • 10h40 : dans un élan majesteux, je décide de regarder à l’intérieur.
  • 10h41 : le constat et là. Un papillon de nuit s’est suicidé dans mon imprimante bloquant ainsi l’accès des feuilles. Il n’a rien écrit sur le papier … On ne saura jamais.
  • 10h55 : mon ancienne brosse à dents et moi, on est super contente de notre boulot. L’imprimante est sauvée.
  • 11h00 : tentatives pour imprimer mes factures.
  • 11h10 : Yeaaah ! Ca fonctionne enfin. J’ai pu imprimer ma facture. Mais on dirait qu’un camion lui a roulé dessus.
  • 11h15 : j’ai enfin mes deux factures d’imprimées. Elles sont un peu en biais. Le comptable penchera la tête …

9 Comments

  1. Blablasd1fille Reply

    J’ai ri !

    Les méandres de la facturation je connais aussi!
    Moi j’ai envie de faire subir ton supplice aux employés territoriaux et autres comptables qui tardent à envoyer mes factures à la Trésorerie Municipale pour règlement.

    Aaaarggghh !!! Ils s’en foutent, ils ont leur salaire à chaque fin de mois !

    Pauvre papillon de nuit… :(

    • TheCélinette Reply

      Ne sois pas triste, il va se réincarner en quelqu’un de chouette, c’est sur :)

  2. Mr Coffeepot Reply

    Welcome to a cruel world…
    Tu vas en passer des nuits blanches à broyer du noir, mais effectivement, cette liberté n’a pas de prix… mais on nous la fait payer !!!
    A noter pour ceux qui sont sous statut BNC : un changement passé sous silence mais qui entre en vigueur cette année quant à la déclaration de revenus

    http://forum.kob-one.com/mda-f65/auteurs-en-bnc-t40260.html

    Toujours bon à savoir ;-)

    • TheCélinette Reply

      Ca fait 4 ans que je suis en freelance ;)
      Merci pour ces infos, que je vais lire de ce pas !

    • TheCélinette Reply

      Ca c’est au papillon, qu’il aurait fallu le dire ;)

  3. Tout ça à cause d’un papillon de nuit?? J’ai éclaté de rire :-)

  4. Plusieurs conseils :
    – si dans ton activité de conseil, tu fais de la formation, il te faut bien évidemment une déclaration d’activité auprès de la DIRECCTE, mais il faut également avoir une comptabilité séparée entre l’activité de formation, et celle du conseil…
    – corollaire : avoir un bon expert-comptable
    – demander à la banque la mise en place d’un factor, même si cela coûte un peu d’argent, cela te permet de lisser ta trésorerie compte tenu des délais de paiement ahurissants des OPCA
    – avec le recul, je déconseille aux consultants de rester sous un statut libéral. Pour ma part, j’ai créé une SAS (qui d’ailleurs peut être une SASU, mais cela oblige à être salarié). Les avantages sont multiples : cotisation, retraite, imposition (BIC et non BNC)… et suivant les cas : primes ou dividendes
    – je conseille également de créer sa marque à l’INPI et d’adopter ce nom commercial dans les statuts déposés au Greffe
    – ne jamais prendre un repas seul
    – profiter encore des dispositions Madelin pour les différentes assurances (RCP, retraite, assurance vie….)
    – ne pas oublier de faire un règlement intérieur pour sa société

    Bref…..il y a plein de choses à savoir…..au moins autant que son expert-comptable et au moins autant que son banquier…..!

  5. assurance automobile Reply

    je partage cette news sur google+ parce que c’est véritablement un site web étincelant

Write A Comment