Tag

humour

Browsing

[cs_content][cs_element_section _id= »1″][cs_element_row _id= »2″][cs_element_column _id= »3″][cs_element_text _id= »4″][x_gap size= »20px »][x_gap size= »20px »][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »12″][cs_element_column _id= »13″][cs_element_headline _id= »14″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »16″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »22″][cs_element_column _id= »23″][x_gap size= »20px »][cs_element_headline _id= »25″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »27″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »28″][x_gap size= »30px »][cs_element_image _id= »30″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »35″][cs_element_column _id= »36″][x_line style= »border-top-width: 1px; »][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »39″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »40″][x_line style= »border-top-width: 1px; »][x_gap size= »30px »][cs_element_image _id= »43″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »48″][cs_element_column _id= »49″][x_gap size= »20px »][cs_element_image _id= »51″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »52″][x_gap size= »20px »][cs_element_image _id= »54″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »59″][cs_element_column _id= »60″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »62″][/cs_element_column][cs_element_column _id= »63″][x_gap size= »20px »][cs_element_image _id= »65″][/cs_element_column][/cs_element_row][cs_element_row _id= »70″][cs_element_column _id= »71″][x_gap size= »20px »][cs_element_text _id= »73″][/cs_element_column][/cs_element_row][/cs_element_section][/cs_content]

Quand j’ai commencé ce blog en avril 2006, on pouvait écrire de manière quasi anonyme. J’avais choisi un pseudo ( j’ai toujours gardé le même) et j’avais une vision très « journal intime » de mon blog. J’y ai laissé mes états d’âme dont pas mal de notes sur mes ex. Cela me permettait d’être drôle et d’évacuer ce que j’avais sur le coeur. Il n’y a pas un moment où je regrette cette période-là. La créativité est une excellente thérapie et les échanges avec mes lecteurs m’ont fait un bien fou.

Aujourd’hui, en tombant sur une vidéo de la drôlissime Alison Wheeler, j’ai découvert sa chanson dédiée à ses ex. J’adore l’esprit et j’ai ri à gorge déployée. Je vous laisse découvrir. « Alison, s’est fait larguer et elle n’a pas le moral. Heureusement, sa super amie Stéfi Celma prend soin d’elle. Elles vont chanter pour les amoureux qui souffrent ou vont souffrir : »

Même si tu as des convictions, même si tu te sens plus fort que ça, tu peux jamais dire, je ne prendrais pas de drogue, non, tu ne peux pas. Enfin, pas avant d’avoir fait d’interminables réunions de travail.

Mise en situation : 6h du matin, le réveil sonne, je tends le bras vers l’objet ennemi. Je mouline un peu dans le vide, à droite, à gauche, en haut, en bas. Le chat me regarde avec stupéfaction, mais je garde la foi. 5 minutes plus tard, j’ai la main sur le fameux bouton, c’est ma première victoire de la journée. La deuxième est de mettre mes chaussons dans le bon sens. On a les victoires que l’on peut, pas de jugement, bisous, merci.

7h et des brouettes, en route pour Paris. Me voilà installée dans cette micheline diesel intercité qui fait la fierté du département. J’espère cette fois-ci pouvoir réussir à atteindre la gare de l’Est. La dernière fois mon périple a été stoppé net pour cause d’alerte à la bombe. Sans déconner, quel est le type de terroriste qui pense que la Gare de l’Est est un lieu stratégique français ?! « Ah ah, les trains ne peuvent plus atteindre Culmont Chalindrey chef, la France est P-A-R-A-L-Y-S-É-E ! ».

1H30 plus tard, me voilà au coeur de la dite réunion de travail. Soyons honnête, je reste persuadée que j’aurai mieux compris le contenu de cette réunion, avec du LSD. Mais, c’est mon avis perso.

Ca m’a sauté aux yeux quand mon boss a dit : « néanmoins les connaissances ou les compétences ne peuvent être spécifiées qu’à un niveau abstrait, celui de types, et non en tant que composants instanciés dans le scénario, car l’instanciation dépend du contexte didactique, de la discipline, du domaine d’application du concept et de nombreuses autres considérations ».

Au bout de 2H30 de ce genre de propos,on a ripé.  Il a décidé de faire un parallèle entre ses propos et le seigneur des anneaux. J’ai salué l’initiative, mais quand il a dit : « imagine que dans ce parcours, le héros ramène les oreilles et la tête du dragon, mais pas la queue, on est mal ! ». C’est là que j’ai réalisé que je n’avais pas dû complètement suivre le début du raisonnement pédagogico-fantaisy. Mais je l’ai soutenu, c’est mon chef. Une dame de l’assistance s’est fermement opposée à la théorie du dragon (un passé douloureux avec la bête à écailles, sans doute).

Mon boss nous a ensuite entrainé dans la taxonomie de Bloom. Je crois que c’est là qu’il a perdu les derniers membres de la réunion qui arrivaient encore à suivre.

J’ai continué la réunion sobre, complètement sobre. Je ne le ferai plus ;)

Nous sommes vendredi matin, bien qu’il te reste deux reco à faire, le week-end pointe le bout de son nez. Et il promet d’être festif. Posant tes yeux sur ton smartphone, tu t’aperçois que tu as un nouveau contact sur Tinder. L’homme est charmant, la conversation est fluide et pétillante. Tout s’enchaîne à merveille. Voyant le temps filer et sachant que tu as deux dossiers à impérativement clôturer, tu t’apprêtes à lui dire au revoir.

  • Tu écris un basique : « je te laisse, je dois filer … » Oui, ok, c’est banal mais il est 10h du matin, j’ai travaillé une bonne partie de la nuit, j’ai le droit !
  • Tu tapes sur envoyer, le coeur serein. Et là, tu te relis …
  • … pour te rendre compte que ton iPhone a pris la liberté de transformer « filer » en « chier » … Mon iPhone a écrit à cet homme «  »je te laisse, je dois chier … » °-°

Quelle probabilité !!!!! Quelle probabilité, il y avait booooordayyyyl pour que ça arrive ! Un jour ma vie sera une série*, j’en suis sure !

Ecrite par Malcom Gladwell, j’espère ;)